Baschéo

commune du Cameroun

Baschéo
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Nord
Département Bénoué
Démographie
Population 26 743 hab.[1] (2005)
Géographie
Coordonnées 9° 40′ 00″ nord, 13° 22′ 00″ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Baschéo
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Baschéo

Baschéo (ou Bachéo) est une commune du Cameroun située dans la région du Nord et le département de la Bénoué, à la frontière avec le Nigeria.

Structure administrative de la communeModifier

Outre Baschéo proprement dit, la commune comprend les villages suivants[2] :

Personnalités nées à BaschéoModifier

GéographieModifier

Baschéo se situe à 50km de Garoua. L'arrondissement s'étend sur 775 km²[3]. Le relief est relativement plat, à moyenne altitude, à l’exception de zones de fortes pentes dans les villages de Kobossi, Naro et Koubadjé. L'arrondissement est arrosé par trois mayos : le Mayo Tyel, qui forme la frontière avec le Nigeria, le Mayo Magariba et le Mayo Lotchi.

ClimatModifier

Le climat de la commune est de type semi-aride soudanien. Il existe deux saisons : une saison sèche qui dure sept mois, d'octobre à avril et une saison des pluies qui dure de mai à septembre. La pluviométrie moyenne annuelle est entre 900 et 1050 mm d'eau[3]. La température moyenne est de 28°C mais peut monter jusqu'à 45 en avril, mois le plus chaud.

EnvironnementModifier

La végétation de l'arrondissement est la savane arborée et arbustive par endroits. On retrouve notamment des bouleaux d'Afrique, des baobab africains, des tchaboullés ou encore des mesquites. La flore sert de lieu de vie et de cachette pour les animaux sauvages. On peut rencontrer des espèces animales variées dans l'arrondissement telles que des Cercopithèque, des damans des rochers, des cobe de Buffon ou encore des tortues terrestres.

PopulationModifier

Lors du recensement de 2005, la commune comptait 26 743 habitants[1], dont 2 751 pour Baschéo proprement dit. On retrouve plusieurs ethnies dans la ville et dans l'ensemble de l’arrondissement. Les failis, les Ndjaïns et les Foulbé forment la majorité des ethnies. Les deux religions principales sont le christianisme et l’Islam.

ÉconomieModifier

Agriculture et élevageModifier

L’agriculture représente l'essentiel de l'activité économique dans l’arrondissement. On cultive des céréales (maïs, riz, sorgho), des légumineuses (arachide, niébé, sésame), des tubercules (manioc, patate, taro) et des légumes[3]. La production est destinée à la consommation ou à la vente locale à part pour le coton, le niébé et le soja qui sont des cultures de rente. On élève principiellement des bovins, ovins, caprins et de la volaille. Un abattoir existe à Bougour. Néanmoins il existe peu de pâturages dans l'arrondissement et de nombreuses bêtes souffrent de maladie en l'absence de services de vétérinaire suffisants[3].

Artisanat, commerce et ressources naturellesModifier

L'artisanat est très développé dans l’arrondissement. On répertorie des tisserands, forgerons, des potiers et des potières ainsi que du travailleurs du bois.

Le commerce concerne en général ces produits de l'artisanat ainsi que les récoltes agricoles. Le marché du Nigeria représente un intérêt économique conséquent[3]. Un marché hebdomadaire se tient à Baschéo. La ville est équipée de trois hangars et de dix boutiques.

Les villages de l'arrondissement sont dotés de ressources naturelles importantes. On retrouve des carrières de pierre, des carrières de gravier ainsi que du sable au fond des mayos. Néanmoins ces ressources sont peu exploitées en raison du manque de financement et d'outils et du mauvais état des routes[3].

UrbanismeModifier

JeunesseModifier

L'arrondissement est doté de plusieurs infrastructures d'éducation. À Baschéo on retrouve une école maternelle, des écoles publiques et un lycée. La ville est aussi équipée d'un stade de football[3].

Santé et eauModifier

Baschéo dispose d'un centre de santé intégré, il en existe trois autres dans l'arrondissement. L'approvisionnement en eau potable se fait au moyen de forages et de puits, mais nombre d'entre eux ne sont pas fonctionnels et la population doit parfois boire l'eau des mayos ou des mares[3].

Énergie et communicationModifier

Le réseau électrique de la ville n'étant pas fonctionnel, l'alimentation en électricité se fait au moyen de groupes électrogènes à usage personnel ou commercial.

L'arrondissement est équipé de deux antennes publiques pour la radio et le téléphone ainsi qu'une antenne privée.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Troisième recensement général de la population et de l'habitat (3e RGPH, 2005), Bureau central des recensements et des études de population du Cameroun (BUCREP), 2010.
  2. Source : Mapanet [1]
  3. a b c d e f g et h Programme National de Développement participatif, « Plan communal de développement de Baschéo », sur http://www.pndp.org/plan-communaux-developpement.php?dest=plan&crc=22, (consulté en octobre 2020)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Jean Boulet, Atlas régional Cameroun. Les pays de la Bénoué, ORSTOM, Yaoundé, 1975, 101 p. [lire en ligne]
  • Jean Boutrais (et al.), Le Nord du Cameroun. Des hommes. Une région, ORSTOM, Paris, 1984, 539 p. [lire en ligne]
  • P. Tjeega et H. Elingui, Dictionnaire des villages de la Bénoué, Institut des Sciences humaines, Centre géographique national, Yaoundé, 1981

Liens externesModifier