Bas-Lieu

commune française du département du Nord

Bas-Lieu
Bas-Lieu
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de l'Avesnois
Maire
Mandat
Ghislain François
2020-2026
Code postal 59440
Code commune 59050
Démographie
Gentilé Baslieusards, Baslieusardes
Population
municipale
349 hab. (2017 en augmentation de 3,87 % par rapport à 2012)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 08′ 05″ nord, 3° 56′ 30″ est
Altitude 180 m
Min. 146 m
Max. 211 m
Superficie 7,62 km2
Élections
Départementales Canton de Fourmies
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Bas-Lieu
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Bas-Lieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bas-Lieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bas-Lieu

Bas-Lieu est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
Le bocage à Bas-Lieu en hiver.

Bas-Lieu se situe dans le Sud-Est du département du Nord (Hainaut) en plein cœur du Parc naturel régional de l'Avesnois. L'Avesnois est connu pour son bocage et son relief un peu vallonné dans sa partie sud-est (début des contreforts des Ardennes), dite « petite Suisse du Nord ».

Bas-Lieu fait partie administrativement de l'Avesnois, historiquement du Hainaut, géologiquement des Ardennes et est situé dans la région naturelle de la Thiérache.

La commune se trouve à 100 km de Lille (préfecture du Nord), Bruxelles (Belgique) ou Reims (Marne), à 45 km de Valenciennes, Mons (B) ou Charleroi (B) et juste à côté d'Avesnes-sur-Helpe (sous-préfecture).

Elle est incluse dans le Parc naturel régional de l'Avesnois.

Communes limitrophesModifier

La commune est bordée par les communes d'Avesnes-sur-Helpe, Beugnies, Dourlers, Flaumont-Waudrechies, Semousies et Saint-Hilaire-sur-Helpe.

La Belgique et le département de l'Aisne se trouvent à 15 km.


Communes limitrophes de Bas-Lieu
Saint-Aubin Dourlers et Semousies Avesnelles
Saint-Hilaire-sur-Helpe   Beugnies
Avesnes-sur-Helpe Avesnelles Flaumont-Waudrechies

ToponymieModifier

Avant la Révolution française, dénommé Banlieue-Basse (par rapport à Avesnes-sur-Helpe).

HistoireModifier

  • L'époque gallo-romaine: À plusieurs endroits sur le territoire de la commune de Bas-Lieu des restes gallo-romaines ont été trouvés.
  • La première mention d'une location situé sur le territoire de la commune est en 1200 : le hameau de Guerzignies situé à l'est du village, apparaît dans la charte de Gauthier, seigneur d'Avesnes, sous le nom de Gresignies.
  • Au XVIIIe siècle il existait un château-manoir agricole, La Joncquière, avec un cimetière privé où les familles aristocratiques se faisaient enterrer.
  • En 1793, lors de la bataille de Wattignies, Carnot et Jourdan avaient leur quartier général dans la Cense à Longeau au lieu-dit les Trois Pavés.
  • Le Bas-Lieu figure sur les Plans du cadastre napoléonien (1813 et 1869)[1].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la troisième circonscription du Nord.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton d'Avesnes-sur-Helpe-Nord[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, Bas-lieu est rattaché au canton de Fourmies.

IntercommunalitéModifier

La commune faisait partie de la communauté de communes du Pays d'Avesnes, créée fin 1992.

Celle-ci fusionne avecx ses voisines pour former, fin 2011, la communauté de communes du Cœur de l’Avesnois dont est désormais membre Bas-Lieu.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Juin 1995 Léon Bonamy SE Agriculteur
1995 1999 Louis François SE Agriculteur
1999 mars 2008 René Peleriaux DVD Vétérinaire
mars 2008 En cours
(au 16 décembre 2019[3])
Ghislain François[4] SE Agriculteur

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2017, la commune comptait 349 habitants[Note 1], en augmentation de 3,87 % par rapport à 2012 (Nord : +0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
250245274341369393395423377
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
410412375407436440474427427
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
401440413377408387366401400
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
421372355357349366328323317
2013 2017 - - - - - - -
347349-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007
Pyramide des âges à Bas-Lieu en 2007 en pourcentage[8].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,6 
3,9 
75 à 89 ans
9,8 
17,5 
60 à 74 ans
16,6 
27,3 
45 à 59 ans
21,5 
18,8 
30 à 44 ans
17,2 
15,6 
15 à 29 ans
20,9 
16,9 
0 à 14 ans
13,5 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage[9].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 

EnseignementModifier

Bas-Lieu fait partie de l'académie de Lille.

Jusqu'à la fin des années 1990, la commune abritait une école primaire qui était dirigée par Jean Cauderlier, secrétaire de mairie.

SportsModifier

La commune possède un terrain de pétanque situé dans le Jardin Louis François, sis route de Maubeuge.

ÉconomieModifier

La ville présente en 2013 un taux de chômage de 16,5 %, comptant 25 demandeurs d'emploi (12 hommes et 13 femmes).

En 2018, le groupe de transports exceptionnels Altéad, basé à Bas-lieu

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Cette commune a la particularité de ne pas disposer de cimetière, ni d'église.

  • Quatre chapelles-oratories : Notre-Dame-des-Affligés (1765), Notre-Dame-du-Bois, Saint-Liénard (1696), Saint-Antoine-de-Padoue (1717).
  • Monument aux morts.
  • Kiosque à musique, type kiosque à danser. Il a été reconstruit à l'identique en 2016[3]

Personnalités liées à la communeModifier

  • Simone Jacques-Yahiel, née en 1917 et décédée en 2011, déportée au camp de concentration de Ravensbrück et aux mines de sel de Beendorf, avec sa mère Alice, pour faits de résistance durant la Seconde Guerre mondiale, est rendue à la liberté le à Hambourg.
    Elle devient une personnalité notable et indissociable de la commune de Bas-Lieu et intervient dans de nombreux établissements scolaires de l'Avesnois et au Cateau-Cambrésis pour transmettre son vécu et est également professeur de danse jusqu'en 2005 dans de nombreuses écoles en Belgique et dans le nord de la France.
    Elle donne son nom à la maison de retraite d'Avesnes-sur-Helpe et à la salle des sports du Bastion dans la même ville. Un foulard signé par sa mère et elle à Ravensbrück est exposé au Musée de l'Ordre de la Libération à Paris. La tenue de déporté de son frère Georges est entrée dans les collections du Mémorial de la Seconde Guerre mondiale à Caen le .
    Citée par la Voix du Nord le , comme « nordiste qui mériterait le Panthéon », Simone Jacques-Yahiel publie, grâce à son ami historien Arnaud Richard, en 2015, Ma raison d'être, souvenirs d'une famille de déportés résistants, aux éditions L'Harmattan. Alors doyenne de Bas-Lieu, elle reçoit le , par le maire Ghislain François, le diplôme des combattants de l'armée française.

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. site internet des Archives départementales du Nord
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. a et b G.B., « Bas-Lieu inaugure son kiosque à musique : La commune de Bas-Lieu aura connu sous le mandat de Ghislain François qui s’achève la réintroduction d’un kiosque à musique, le bordurage de l’ancienne RN2 et le remaniement parcellaire motivé par la future RN2 », La Voix-du-Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mars 2020).
  4. « Ghislain François a été élu maire », L'Observateur de l'Avesnois, no 19461,‎ , p. 12
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. « Evolution et structure de la population à Bas-Lieu en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2014)