Bart D. Ehrman

Bart D. Ehrman
Portrait de Bart D. Ehrman
Biographie
Naissance
Lawrence
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Thématique
Formation Historien
Titres BA (1978), MDiv (1981), PhD (1985)
Profession Philologue (d), professeur d'université (d), écrivain et théologien (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Université de Caroline du Nord à Chapel HillVoir et modifier les données sur Wikidata
Travaux Authentification du Nouveau Testament et variantes textuelles, Jésus historique, écrits des premiers chrétiens, corruption orthodoxe de l'Écriture.
Distinctions Prix Le roi est nu (d) () et bourse GuggenheimVoir et modifier les données sur Wikidata
Données clés

Bart D. Ehrman (né le ) est un spécialiste américain du Nouveau Testament, actuellement professeur émérite James A. Gray d'études religieuses à l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Il a écrit et publié plus de vingt-cinq livres, dont trois manuels de collège, et a obtenu une notoriété populaire en écrivant quatre best-sellers du New York Times. Le travail d'Ehrman met l'accent sur la critique textuelle du Nouveau Testament, le Jésus historique et l'évolution du christianisme primitif.

ÉducationModifier

Ehrman a grandi à Lawrence, Kansas, et a été élève de la High School de cette ville, où il était dans l'équipe de débat champion de l'Etat en 1973. Il a commencé à étudier la Bible et ses langues d'origine à l'Institut Biblique Moody, où il a obtenu son diplôme de trois ans en 1976[1]. Il a obtenu son baccalauréat en 1978 au Wheaton College, puis son PhD et M.Div au Princeton Theological Seminary où il a étudié avec Bruce Metzger. Il a reçu son magna cum laude à la fois pour son baccalauréat de 1978 et pour son PhD de 1985[2].

CarrièreModifier

Ehrman devint un chrétien évangélique pendant son adolescence. Il raconte dans ses livres son enthousiasme juvénile de chrétien fondamentaliste "born again", certain que Dieu avait inspiré la rédaction de la Bible et protégé ses textes de toute erreur[1]. Son désir de comprendre les paroles originales de la Bible l'a conduit à étudier les langues anciennes et la critique textuelle. Au cours de ses études supérieures cependant, il s'est convaincu qu'il existait des contradictions et des incohérences dans les manuscrits bibliques, qui ne pouvaient être harmonisées ou réconciliées et que la Bible a été de toute évidence modifiée de nombreuses fois. Il resta chrétien libéral pendant quinze ans, mais devint plus tard agnostique après avoir été confronté aux problèmes philosophiques du mal et de la souffrance[1].

Ehrman enseigne à l'Université de Caroline du Nord, à Chapel Hill, depuis 1988, après quatre ans d'enseignement à l'Université Rutgers. À l'UNC, il a été directeur des études supérieures et président du département d'études religieuses. Il s'est vu décerner le J. W. Pope "Spirit of Inquiry" Teaching Award en 2009, le UNC Undergraduate Student Teaching Award en 1993, le Phillip and Ruth Hettleman Prize for Artistic and Scholarly Achievement en 1994, et le Bowman and Gordon Gray Award pour l'excellence en enseignement[2].

Il est actuellement co-rédacteur en chef de la série New Testament Tools, Studies, and Documents (E. J. Brill), co-rédacteur en chef de la revue Vigiliae Christianae, et de plusieurs autres comités de lecture de revues et de monographies. Ehrman a en outre été président de la Southeast Region of the Society of Biblical Literature, président de la section de critique textuelle du Nouveau Testament de cette organisation, rédacteur en chef de critique de livres du Journal of Biblical Literature, et rédacteur en chef de la série de monographies The New Testament in the Greek Fathers (Scholars Press)[2].

Ehrman donne de nombreuses conférences dans tous les États-Unis, et a participé à de nombreux débats publics, notamment avec William Lane Craig, Dinesh D'Souza, Mike Licona, Craig A. Evans, Daniel B. Wallace, Richard Swinburne, Peter J. Williams, James White (en), Darrell Bock et Michael L. Brown.

En 2006 et 2009, il est apparu dans The Colbert Report[3],[4], ainsi que The Daily Show[5], pour promouvoir ses livres La construction de Jésus, et Jesus, Interrupted (respectivement).

Ehrman est intervenu à la télévision sur History Channel, National Geographic, Discovery Channel, A&E, Dateline NBC, CNN, et Fresh Air. Il a été mis en vedette par Time, Newsweek, The New York Times, The New Yorker, et The Washington Post[6].

ŒuvreModifier

Ehrman a beaucoup écrit sur des questions concernant le Nouveau Testament et le christianisme primitif, à un niveau à la fois académique et populaire, avec plus de vingt-cinq livres, dont trois manuels de collège et quatre best-sellers du New York Times : La construction de Jésus[7], Jesus, Interrupted[8], God's Problem[9] et Forged[10],[11]. Une grande partie de son travail porte sur la critique textuelle du Nouveau Testament. Ses livres ont été traduits en vingt-sept langues.

Dans The Orthodox Corruption of Scripture, Ehrman soutient qu'il y a une relation étroite entre l'histoire sociale du christianisme primitif et la tradition textuelle du Nouveau Testament émergent. Il examine comment les luttes précoces entre l'« hérésie » et l'« orthodoxie » chrétiennes affectèrent la transmission des documents. Ehrman est souvent considéré comme un pionnier à relier l'histoire de l'Église primitive et les variantes textuelles dans les manuscrits bibliques et en inventant des termes tels que "le christianisme proto-orthodoxe".

Dans Jesus: Apocalyptic Prophet of the New Millennium, Ehrman soutient que le Jésus historique était un prédicateur apocalyptique, et que les croyances apocalyptiques imminentes sont mises par écrit d'abord dans les premiers documents chrétiens (les épîtres pauliniennes authentiques, la Première épître aux Thessaloniciens et la Première épître aux Corinthiens), puis ensuite les prédications de Jésus dans les premiers évangiles chrétiens : l'évangile de Marc et l'évangile de Matthieu. Les épîtres de Paul et les paroles de Jésus indiquent que Jésus croyait que le Fils de l'Homme allait bientôt arriver, que toutes les grandes puissances tomberaient et que le royaume de Dieu serait établi sur Terre. Les douze disciples recevraient chacun un trône à côté du Fils de l'Homme et jugeraient chacune des douze tribus juives [Matt 19:28]. Jésus a peut-être cru qu'il était le Fils de l'Homme, ou sinon c'est un évangéliste qui aurait mis ces mots et cette idée dans la bouche de Jésus. Les premiers chrétiens ont cru en Jésus comme étant le Fils de l'Homme retourné. Il n'y a pas de « fin des temps » prédites dans le plus récent, et le dernier Évangile, l'Évangile de Jean.

Dans La construction de Jésus, il décrit les avancements que les chercheurs ont réalisés dans la compréhension de la Bible au cours des deux cents dernières années et les résultats de leurs études, résultats souvent inconnus du grand public. Ce faisant, il met en évidence la diversité des points de vue trouvés dans le Nouveau Testament, l'existence de livres "falsifiés" dans le Nouveau Testament qui ont été écrits dans les noms des apôtres par des écrivains chrétiens ayant vécu des décennies plus tard, et l' "invention" ultérieure des doctrines chrétiennes, comme le messie souffrant, la divinité de Jésus et la Trinité.

Dans Forged, Ehrman postule que certains livres du Nouveau Testament sont falsifiés et montre comment la pratique de la falsification était courante chez les premiers écrivains chrétiens et comment elle fut condamné dans le monde antique comme frauduleuse et illicite. Son ouvrage savant, Forgery and Counterforgery est un regard de pointe à la pratique de la contrefaçon dans le Nouveau Testament et la littérature chrétienne primitive. Il plaide en faveur de considérer les livres faussement attribués ou pseudépigraphiques dans le Nouveau Testament et la littérature chrétienne primitive comme "falsification", et regarde pourquoi certains textes du Nouveau Testament et du christianisme primitif sont considérés comme forgés, et le vaste phénomène dans le monde grec et romain.

En 2012, Ehrman publia Did Jesus Exist? et The Historical Argument for Jesus of Nazareth, où il défend la thèse que Jésus de Nazareth a existé, en opposition avec la théorie mythiciste d'après laquelle Jésus est un être entièrement mythique ou fictif[12]

Bart Ehrman concentre ses travaux sur les textes bibliques, et n'entend pas se lancer dans un processus de recherche critique sur le Coran[13].

PhilanthropieModifier

Bart Ehrman a créé la Fondation Bart Ehrman pour amasser des fonds afin de atténuer les effets de la pauvreté, la faim et l'itinérance[14]. Il a commencé son blog "Christianity in Antiquity (CIA)" en 2012 et toutes les cotisations collectées pour rejoindre le blog sont donnés à plusieurs organisations caritatives[15].

Dans son blog, Bart Ehrman fournit ses idées et opinions sur les des questions liées au Nouveau Testament et au christianisme primitif. Il parle de ses livres et de ses débats publics, répond aux critiques émanant d'autres chercheurs, et répond aux questions et préoccupations soulevées par les lecteurs. Dans sa première année d'existence, le blog a collecté 37 000 dollars pour des oeuvres de charité par les cotisations [16]. En 2013, le blog a collecté 61 000 dollars pour les oeuvres de charité[17].

BibliographieModifier

En françaisModifier

  • Les Christianismes disparus, La bataille pour les Ecritures, apocryphes, faux et censures, Paris, Bayard Culture, , 415 p. (ISBN 978-2-227-47617-2 et 2-227-47617-6)
  • La Construction de Jésus : Aux sources de la tradition chrétienne, H&O, 2010 (ISBN 9782845472174)
  • Jésus avant les Évangiles : Comment les premiers chrétiens se sont rappelé, ont transformé et inventé l'histoire du Sauveur, Bayard, 2017 (ISBN 978-2-227-48913-4)

Autres languesModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c Ehrman, Bart D.. Misquoting Jesus, HarperSanFrancisco. 2005. (ISBN 0-06-073817-0)
  2. a b et c Site officiel de Bart Ehrman – Biographie
  3. « Bart Ehrman », The Colbert Report, (consulté le 19 octobre 2013)
  4. « Bart Ehrman », The Colbert Report, (consulté le 19 octobre 2013)
  5. « Bart Ehrman », The Daily Show, (consulté le 19 octobre 2013)
  6. « Curriculum Vitae », sur Bart D Ehrman (consulté le 29 août 2020).
  7. Dwight Garner, « Inside the List: The Agnostic », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2013)
  8. Jennifer Schuessler, « Inside the List: Honest to Jesus », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2013)
  9. « Best Sellers: Hardcover Nonfiction (March 9, 2008) », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2013)
  10. « Best Sellers: Hardcover Nonfiction: Sunday, April 10th 2011 », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2013)
  11. Official website Bart Ehrman – Main Page
  12. http://www.huffingtonpost.com/bart-d-ehrman/did-jesus-exist_b_1349544.html
  13. « Bart Ehrman et le Coran »
  14. Bart D. Ehrman, « Philanthropy », sur The Bart Ehrman Blog (consulté le 23 octobre 2013)
  15. Bart D. Ehrman, « What Charities Does The Blog Support? », CIA: The Bart Ehrman Blog,‎ (lire en ligne, consulté le 23 octobre 2013)
  16. Bart D. Ehrman, « Our One-Year Anniversary! », CIA: The Bart Ehrman Blog,‎ (lire en ligne, consulté le 23 octobre 2013)
  17. Bart D. Ehrman, « End of the Year Blog Reflection », CIA: The Bart Ehrman Blog,‎ (lire en ligne, consulté le 31 décembre 2013)

Liens externesModifier