Bard

page d'homonymie d'un projet Wikimédia
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Barde.
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.

Sur les autres projets Wikimedia :

ObjetModifier

  • Un bard, assemblage primitif de deux branches maîtresses avec treillis de branchage, porté par deux hommes ou trainé par un seul. Employé en traîne, les branches maîtresses se rejoignent généralement avant de toucher le sol. Le petit triangle formé est alors inverse de celui formé par un travois triangulaire.
  • Un bard (de l'ancien français bart, peut-être du gaulois barro, influencé par le latin bajulare, « porter sur le dos ou à bras ») est une civière sans pied, parfois à claire-voie pour n'importe quel fardeau ou n'importe quelle grosse charge ou amas de terre ou de pierre. Les planches, formant un support des objets portés, peuvent être disposées à claire-voie ou être assemblées de façon jointive en plancher. Le bard équipé, si besoin de bâtons porteurs latéraux ou, de manière fixe, de brancards dénommés « bardelles », tenus par les mains, peut être porté, les bras le long du corps ou sur les épaules. Ce transport par portage se nommait bardage.
  • Un bard (de l'ancien français béart ou baïard, du verbe baer, « attendre », terme confondu précocement avec le bart), encore nommé bayard ou bayart, est une civière, à claire-voie ou percée, autrefois souvent utilisée pour le stockage et le transport des linges, plus ou moins humides, plus ou moins dégoulinant d'eau, par les lavandières ou « laveuses de lessive », les blanchisseuses.
  • Un bar(d) (origine obscure, probablement par le gaulois barro ou bardo, planche et via le bas-latin barra, signifiant « bois coupé », « pal », « levier », le mot appartiendrait à la même famille que l'anglais board ou l'allemand Bahre) représente un ancien type de bâti en planches ou en petits madriers, de forme carrée ou triangulaire, permettant à l'aide d'un attelage bovin ou chevalin, de traîner grâce à des chaînes à crochet ou à anneaux fixés, des charges lourdes telles quelles, par exemple troncs ou grumes de bois, pierres ou des amas de racines, de matériaux pondéreux ou des réserves d'eau sur plateaux traînés ou glissants. Avec la généralisation de pièces en fer résistantes, transformant parfois ce soutien de traction et d'attelage à une barre minimaliste, le terme de bard tend à disparaître, pour laisser la place à diverses appellations locales caractérisant un système de traîne attelée. Ce transport du lieu d'extraction, de taille ou de (dé)coupe vers les lieux de charge sur véhicule, d'embarquement, de flottage s'appelait autrefois bardage. Il se nomme depuis le XVIIIe siècle débardage. La racine « bard » a probablement été sauvée par l'emploi du verbe « barder », signifiant « charger (au mieux ou au maximum) », « répartir la charge », « l'amonceler jusqu'à la chute », « couvrir régulièrement ». Il existait, également en ancien français, un autre verbe « bardir » signifiant « remplir », « grossir », « prendre une gigantesque ou énorme proportion ».
  • Un bard (terme technique du XIXe siècle) est un brancard en bois utilisé par les tailleurs de pierre pour effectuer le portage des pierres dans les carrières d'exploitation.

Nom de familleModifier

Bard est le nom de famille de

Personnages de fictionModifier

un détective de Gotham, il collaborait parfois avec Batgirl

ToponymesModifier

Communes françaisesModifier

Les communes françaises portant les noms de Bard sont :

Communes italiennesModifier

Autres toponymesModifier

EntrepriseModifier

Voir aussiModifier