Barcelo (torpilleur)

navire de guerre

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir USS Barcelo et Barcelo.

Barcelo / USS Barcelo (YT-105)
Image illustrative de l’article Barcelo (torpilleur)
Le torpilleur Barcelo à Cadix circa 1898
Autres noms Barceló (en castillan)
USS Barcelo (Tug)
USS Barcelo (YT-105)
USS Barcelo-I
Type torpilleur de la classe Barcelo (Armada espagnole)
remorqueur (US Navy)
Histoire
A servi dans Armada espagnole Naval Jack of Spain.svg
United States Navy Naval jack of the United States (2002–2019).svg
Commanditaire Armada espagnole
Chantier naval Normand / ACH (Le Havre, France)
Commandé 1886
Lancement 1886
Équipage
Équipage 18 personnes
Caractéristiques techniques
Longueur 36,4 m
Maître-bau 3,32 m
Tirant d'eau 5,3 m
Déplacement 65 tonneaux[1]
Propulsion Chaudières à vapeur multitubulaires[1]
Puissance 800 ch
Caractéristiques militaires
Armement 1 canon de 25 mm, 2 tubes lance-torpilles de 356 mm.
Rayon d'action 1200[2]
Carrière
Indicatif YT-105

Le Barcelo (ou Barceló en castillan[3]) est un torpilleur de la classe Barcelo, fabriqué en 1886 en France[4] et commissionné par l'Armada espagnole. Capturé en 1898 par les américains durant la guerre hispano-américaine, il est commissionné par l'US Navy la même année puis transformé en remorqueur sous la désignation d’USS Barcelo (YT-105) en 1920. Il a pour sister-ship le Bustamante.

HistoriqueModifier

Dom Antoine BarceloModifier

La désignation du bâtiment est un hommage de la marine espagnole à Dom Antoine Barcelo (1716–1797)[5], amiral originaire des Baléares qui, entre autres faits d'armes, commandait la flotte durant le blocus franco-espagnol de Gibraltar (1779-1783) dans le contexte de la Guerre d'indépendance des États-Unis.

ConstructionModifier

Ce torpilleur, dit de seconde classe, est construit en 1886 au chantier naval français du Havre d'Augustin Normand[6],[7]. Son navire-jumeau était le torpilleur Bustamante (parfois désigné Bustamente) construit au même arsenal français en 1887[8] et est nommé en l'honneur de l'amiral Joaquín Bustamante (es) (1847-1898) qui s'est illustré pendant la Guerre hispano-américaine.

Entre 1883 et 1887, l'Armada espagnole fait construire 12 torpilleurs, en plus des deux bâtiments de la classe Barcelo[8]. De cette flotte, un seul navire est de fabrication nationale, le Seza construit en 1885 au Ferrol par la Société espagnole de construction navale[8], tous les autres sont produits par des puissances industrielles européennes rivales.

Huit de ces torpilleurs sont ainsi construits en Angleterre. En 1885 ce sont les Acevedo et Julian Ordonez, puis en 1887 c'est au tour des Ariete, Habana et Rayo, les cinq proviennent des chantiers John I. Thornycroft & Company à Chiswick[8]. L'année suivante est construit le Retamosa puis en 1887 les Azor et Halcon, tous les trois sont construits à Poplar par Yarrow Shipbuilders[8].

Les trois torpilleurs restant sont fabriqués en Allemagne, le Rigel en 1883 à Brême par AG Weser, puis l’Orion en 1886 et l’Ejercito en 1887, les deux à Kiel-Gaarden par l'Arsenal Germania[8].

BarcelóModifier

Durant son service dans l'armada espagnole, le nom du navire était écrit sur la coque en capitales, donc comme le veut l'usage sans accent sur la dernière voyelle, soit BARCELO bien qu'il soit souvent désigné en castillan comme le torpedero Barceló (« torpilleur Barcelo ») par les auteurs espagnols[9].

Dans Buques de la armada española a través de la fotografía, 1849-1900, Agustín Ramón Rodríguez González prétend que le Barcelo, classifié comme torpilleur de seconde classe, est rebaptisé N°14 le et qu'il est décommissionné le [10].

Capture aux PhilippinesModifier

Le Barcelo est capturé à Cavite aux Philippines, alors colonie espagnole, par des troupes américaines (United States Marine Corps) embarquées sur la canonnière USS Petrel (PG-2) (en), dans la foulée de la bataille de la baie de Manille le [11].

USS BarceloModifier

 
Fort de Malate après le bombardement naval du 13 août 1898.

Le nouveau capitaine du torpilleur USS Barcelo est le Naval Cadet William R. White issu de la classe 1897 de l'académie navale américaine (« Naval Academy »). Le , durant la bataille de Manille (en) qui côté américain est une opération combinant l'armée (USMC) et la marine (US Navy), l'USS Barcelo et l'USS Calao (une autre prise espagnole) se positionnent en face du Fort Malate en soutien des troupes débarquées. Durant la bataille, le torpilleur essuie le feu d'armes à feu de faible calibre avant de se rapprocher de la plage et de riposter à la mitrailleuse (forecastle battery)[12].

Il est commissionné par l'US Navy à l'issue de la bataille le et sa nouvelle désignation est USS Barcelo[13] ; la norme du préfixe « USS » est qu'il est ajouté au nom du navire une fois celui-ci commissionné et qu'il en est retiré dès qu'il est décommissionné.

Conversion en remorqueurModifier

Le , le navire est converti en remorqueur armé (armed tug) sous la désignation USS Barcelo (YT-105) ; le code « YT » signifie Yard Tug[14].

DécorationsModifier

  Pour ses engagements dans la campagne des Philippines sous l'amiral George Dewey, l'USS Barcelo est décoré de la Spanish War Campaign (lit. « médaille de la campagne espagnole »).

Fin de serviceModifier

Le remorqueur est finalement revendu à Rogaciano A. Cosio de Manille, Philippines le qui en dispose le .

Barcelo-I et Barcelo-IIModifier

Avec l'apparition en 1944 d'un second USS Barcelo, l'USS Barcelo (IX-199), le YT-105 est parfois rétrospectivement désigné USS Barcelo-I ; et l'IX-199 devient Barcelo-II[15].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Revue maritime et coloniale, Volume 100, France, Ministère de la marine et des colonies, Le Ministère, 1889, page 212
  2. El torpedero Barceló, también de segunda clase, desplaza 66 toneladas, tiene 38 metros de eslora, 17 millas de andar, 1.200 de radio de acción, y además de dos aparatos para lanzar torpedos lleva ametralladoras y armamento Mauser. Luis Bermejo, Blanco y Negro, vol. 8, Madrid, 21 mai 1898, p. 8.
  3. Durant son service dans la marine espagnole, le nom du navire était écrit sur la coque en capitales, donc comme le veut l'usage sans accent sur la dernière voyelle, soit BARCELO. Les américains conservent cette graphie quand ils le capturent.
  4. Les Augustin-Normand : sept générations de constructeurs de navires, Jean de La Varende, Floch, 1960, page 220
  5. Ship names of the United States navy: their meaning and origin, Robert Wilden Neeser, Moffat, Yard and company, 1921, page 23
  6. avSource Online: Service Ship Photo Archive Barcelo (YT-105)
  7. US Navy - History
  8. a b c d e et f Thomas Allnutt Brassey, The Naval Annual, 1896, Elibron Classic series, Adamant Media Corporation, 2005, page 329
  9. Revista General de Marina, Volume 160, Ministerio de Marina, 1967, page 326
  10. Agustín Ramón Rodríguez González, Buques de la armada española a través de la fotografía, 1849-1900, Agualarga, 2001, page 199
  11. US Navy - History (Barcelo-I)
  12. Louis Stanley Young, The Bounding Billow: The Cruise of the U.S. Flagship Olympia from 1895 to 1899 from San Francisco to Manila Bay, San Francisco, The Whitaker & Ray Co., page 90
  13. The Boys: 1st North Dakota Volunteers in the Philippines Par John Durand
  14. Annual report of the Secretary of the Navy, United States. Navy Dept, For sale by the Supt. of Docs., U.S. Govt. Print. Off., 1924, page 162
  15. NavSource Online: Service Ship Photo Archive: AMb-17 / YP-375 / IX-199 Barcelo, US Navy

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • The Boys: 1st North Dakota Volunteers in the Philippines, John Durand, Puzzlebox Pr, 2009 (en anglais)
  • Life and Heroic Deeds of Admiral Dewey, Louis Stanley Young, Kessinger Publishing, 2005
  • A chronology of the U.S. Navy, 1775-1965, David M. Cooney, Watts histories of the United States Navy, F. Watts, 1965 (en anglais)
  • Les Augustin-Normand : sept générations de constructeurs de navires, Jean de La Varende, Floch, 1960
  • Ship names of the United States navy: their meaning and origin, Robert Wilden Neeser, Moffat, Yard and company, 1921
  • Guerre Hispano-Américaine de 1898, Capitaine de Charles-Louis-Marie Bride, Librairie Militaire, Paris, 1899
  • Torpilles et torpilleurs, H. Brillié, Bibliothèque de la Revue générale des sciences, G. Carré et C. Naud, 1898
  • Précis de quelques campagnes contemporaines : La guerre hispano-américaine, Jean Léopold Emile Bujac, Volume 4, H. Charles-Lavauzelle, 1893
  • Revue maritime et coloniale, Volume 100, France, Ministère de la marine et des colonies, Le Ministère, 1889

Liens externesModifier