Banyuls-dels-Aspres

commune française du département des Pyrénées-Orientales

Banyuls-dels-Aspres
Banyuls-dels-Aspres
Vue générale du village.
Blason de Banyuls-dels-Aspres
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Céret
Intercommunalité Communauté de communes des Aspres
Maire
Mandat
Laurent Bernardy
2020-2026
Code postal 66300
Code commune 66015
Démographie
Gentilé Banyulencqs, Banyulencques
Population
municipale
1 265 hab. (2018 en augmentation de 0,64 % par rapport à 2013)
Densité 120 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 34′ 00″ nord, 2° 52′ 05″ est
Altitude Min. 41 m
Max. 124 m
Superficie 10,53 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Perpignan
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton des Aspres
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Banyuls-dels-Aspres
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Banyuls-dels-Aspres
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Banyuls-dels-Aspres
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Banyuls-dels-Aspres

Banyuls-dels-Aspres [baɲuls dɛl.z‿aspʁ] Écouter (Banyuls dels Aspres en catalan) est une commune française située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Banyulencs.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune de Banyuls-dels-Aspres se trouve dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie[1].

Elle se situe à 15 km à vol d'oiseau de Perpignan[2], préfecture du département, à 13 km de Céret[3], sous-préfecture, et à 12 km de Thuir[4], bureau centralisateur du canton des Aspres dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[1]. La commune fait en outre partie du bassin de vie du Boulou[1].

Les communes les plus proches[Note 1] sont[5] : Saint-Jean-Lasseille (1,7 km), Brouilla (3,0 km), Tresserre (3,1 km), Villemolaque (3,3 km), Passa (4,8 km), Ortaffa (5,0 km), Bages (5,1 km), Saint-Génis-des-Fontaines (5,2 km).

Sur le plan historique et culturel, Banyuls-dels-Aspres fait partie de la région des Aspres. Compris entre les sillons de la Têt au nord et du Tech au sud, ce minusule territoire roussillonnais tire son nom de la nature caillouteuse de ses sols[6].

 
Situation de Banyuls-dels-Aspres.

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 1 053 hectares. L'altitude varie entre 41 et 124 mètres[8]. Le centre du village est à une altitude de 110 m[9].

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[10].

HydrographieModifier

ClimatModifier

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 14,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 11,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 634 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 5,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 3 j

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[11]. En 2020, la commune ressort du type « climat méditerranéen » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les hivers sont doux et les étés chauds, avec un ensoleillement important et des vents violents fréquents[12].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[13]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[11].

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[14] complétée par des études régionales[15] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Tresserre », sur la commune de Tresserre, mise en service en 1983[16]et qui se trouve à 3 km à vol d'oiseau[17],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 14,9 °C et la hauteur de précipitations de 649,4 mm pour la période 1981-2010[18]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Perpignan », sur la commune de Perpignan, mise en service en 1924 et à 15 km[19], la température moyenne annuelle évolue de 15,4 °C pour la période 1971-2000[20], à 15,7 °C pour 1981-2010[21], puis à 16,1 °C pour 1991-2020[22].

Milieux naturels et biodiversitéModifier

Réseau Natura 2000Modifier

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 4]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : « le Tech »[24], d'une superficie de 1 467 ha, héberge le Barbeau méridional qui présente une très grande variabilité génétique dans tout le bassin versant du Tech. Le haut du bassin est en outre colonisé par le Desman des Pyrénées[25].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristiqueModifier

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 5] est recensée sur la commune[26] : la « vallée du Tech de Céret à Ortaffa » (611 ha), couvrant 10 communes du département[27] et une ZNIEFF de type 2[Note 6],[26] : la « rivière le Tech » (933 ha), couvrant 14 communes du département[28].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Banyuls-dels-Aspres est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 7],[29],[30],[31].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Perpignan, dont elle est une commune de la couronne[Note 8]. Cette aire, qui regroupe 118 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[32],[33].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (90,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (81,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,9 %), zones urbanisées (5,4 %)[34].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Voies de communication et transportsModifier

Banyuls-dels-Aspres est situé sur la D 40.

La ligne 530 du réseau régional liO relie la commune à la gare de Perpignan depuis Arles-sur-Tech, et la ligne 572 relie également la commune à la gare de Perpignan depuis le centre du village.

ToponymieModifier

En catalan, le nom de la commune est Banyuls dels Aspres[35].

La première mention du lieu date de 819, sous la forme Villa Balnelonis[9] : Villam Balnelonis cum ipso stagno[36]. La forme latine balneolum renvoie à balneum (les bains) et stagno à étang, en l’occurrence ici, une référence à l’étang auprès duquel était situé le village primitif (comme pour Banyuls-sur-Mer et comme Banyoles, près de Gérone)[37]. Cet étang est aujourd'hui asséché[9].

Les mentions suivantes donnent Bagnules en 934 et Banuls en 1028[9].

La forme composée avec l'ajout de Aspres est relevée dès le XIIe siècle (Banyuls de Asperis, 1186)[9],[36] et s'est généralisée à partir du XIVe siècle. Il s'agissait de différencier le village de la commune relativement proche de Banyuls de la Marenda (Banyuls-sur-Mer)[37].

La commune est connue en 1793 sous le nom de Banyuls dels Aspres et en 1801 également sous celui de Banyuls dit des Aspres[8].

HistoireModifier

Le villageModifier

Pendant la période gallo-romaine, le site de Banyuls-dels-Aspres était sur la Via Domitia.

À l’origine du village de Banyuls-dels-Aspres, il faut attendre la conquête des territoires de l'actuelle France par Charlemagne en 811. Dès que Charlemagne récupère le Roussillon, il l'intègre dans son système féodal et le divise en comtés et marches. Le sud de la plaine est intégré au comté de Besalú.

Auparavant dominée par une aristocratie locale d’origine tribale ou wisigothique, l’indépendance que manifeste la région oblige rapidement les Carolingiens à mettre en place des comtes d’origine franque, dominés par Guifred le Velu, comte de Barcelone, à l’origine de la Catalogne. De cette aristocratie franque est originaire la famille de Banyuls que l’on retrouve comme seigneurs de Banyuls depuis l’origine.

Rien ne subsiste du village initial. Les vestiges des remparts encore visibles sont plus récents (XIIe/XIIIe siècles). Des fouilles pratiquées en 1873 ont mis en évidence que le village primitif ne se trouvait pas au même emplacement que le village actuel, mais au lieu-dit la Vila Vella, mentionné dans un document datant de 1411, qui se situe au nord, entre Banyuls et Saint-Jean-Lasseille. Les lieux se présentaient vraisemblablement ainsi : d'abord l'étang (sans doute asséché vers la fin du Moyen Âge), puis une butte, motte castrale, sur laquelle était bâtie le château de la famille de Banyuls[38]. Au pied de la butte, le village avec son église et son cimetière (mis au jour lors des fouilles de 1873).

La seigneurie de BanyulsModifier

Les plus anciens écrits mentionnant la seigneurie de Banyuls datent du XIIe siècle. Deux frères, Bernard Ier de Banyuls et Pierre Ier de Banyuls sont cités dans divers documents datés de 1132, 1134 et 1164. Le cinq des nones d'octobre 1132, ils apposent leur signature, au bas de l'acte de donation d'un manse (petit domaine féodal) adjacent à la localité de Banyuls-dels-Aspres, qui fut consenti aux templiers du Mas Deu. On sait que leur père était déjà seigneur de Banyuls-dels-Aspres. Le 10 juillet 1150 à la mort de ce dernier, Pierre Ier et Bernard Ier signent une convention afin de délimiter les propriétés de chacun, issues d’un honor que leurs parents viennent de leur transmettre en héritage, de part et d’autre du « chemin franc » reliant La Cusa à Perpignan.

Le village a une grande importance durant le haut Moyen Âge, la famille de Banyuls devenant de plus en plus importante au fil du temps. Il suit l’histoire du Roussillon, passant du royaume de Majorque au XIVe siècle, puis revenant dans le giron du royaume d'Aragon.

Les seigneurs de Banyuls-dels-Aspres sont ensuite dans l’ordre :

  • Pons de Banyuls (mort avant 1172) ;
  • Ramon de Banyuls (Raymond II de Banyuls), cavaller, commissaire du roi de Majorque Jacques Ier, chargé du ressort judiciaire sur les vallées de Ribes.
  • Dalmau de Banyuls (Dalmace Ier de Banyuls), décédé en 1345, gouverneur et capitaine-général de Ferrare de 1309 à 1313, condottiere au service de la République de Venise, conseiller du roi Sanche de Majorque, lieutenant du roi à Majorque, chancelier du royaume, il obtient, en plus de Banyuls, de Jacques II de Majorque, 12 janvier 1339 ainsi qu’à ses descendants, la haute justice sur Saint-Jean-Lasseille. Une cérémonie de prise de possession a lieu appliquant la charte royale durant laquelle il fait planter des fourches patibulaires pour marquer cette prise de droit ;
  • Dalmau de Banyuls (Dalmace II de Banyuls), également seigneur de Nyer, lieutenant du royaume de Majorque ;
  • Dalmau de Banyuls (Dalmace III de Banyuls), également seigneur de Nyer, de Porcinyans et de La Rocha en Conflent, mort en juin 1408 ;
  • Joan de Banyuls (Jehan II de Banyuls) marié en 1419, mort en Italie ;
  • Francesch de Banyuls (François Ier de Banyuls), seigneur de Banyuls-dels-Aspres et de Saint-Jean-Lasseille, propriétaire des scribanias[Note 9] de Céret (marié en 1455).

Les Banyuls avaient des liens étroits avec un petit monastère qui se trouvait au sud du territoire, près du Tech. Il s'agissait de Fontclara, dont les bâtiments furent détruits par le tremblement de terre de Catalogne le 2 février 1428 puis emportés par une crue du Tech au XVe siècle. En compensation, les religieux obtinrent le droit de s'installer dans la nouvelle église du village, construite entre 1424 et 1427.

La famille de Banyuls garde le fief de Banyuls-dels-Aspres jusqu’en 1461, date à laquelle Francesch de Banyuls alors seigneur de Banyuls-dels-Aspres et de Saint-Jean-Lasseille, se fait confisquer tous ses biens par le roi de France Louis XI qui profite de la crise de succession du royaume d’Aragon pour annexer (temporairement) la Catalogne et la Cerdagne.

La seigneurie passe alors aux mains d’Auger de La Coste. Elle est ensuite vendue et achetée par Llorens Paulet (Laurent Paulet), bourgeois et consul de Perpignan.

Au XVIIe siècle, elle devient possession du monastère de Montserrat.

Fin de l'Ancien RégimeModifier

À la Révolution, de seigneurie, Banyuls-dels-Aspres est transformée en municipalité.

Politique et administrationModifier

CantonModifier

La commune de Banyuls-dels-Aspres fait partie du canton de Céret depuis sa création en 1790[39]. À compter des élections départementales de 2015, la commune est incluse dans le nouveau canton des Aspres.

Administration municipaleModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[40]
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1795 Jean Marie    
1795 1797 Jean Rolland    
1797 1799 Gaudérique Rabixo    
1799 1802 Jean Marie    
1802 1815 Gaudérique Rabixo    
1815 1825 Gaudérique Gastu    
1825 1830 Jean-Baptiste Courp    
1830 1844 Raymond Massotta    
1844 1846 Joseph Guillemat    
1846 1847 Joseph Courp-Massotta    
1847 1848 Paul Massotta    
1848 1855 Gaudérique Rabixo    
1855 1856 Joseph Courp-Massotta    
1856 1863 Gaudérique Rabixo    
1863 1870 Barthélémy Carbasse    
1870 1871 Jacques Comes    
1871 1874 Joseph Guillemat    
20 février 1874[41] 1876 Barthélémy Carbasse    
1876 1878 Saturnin Massotta    
1878 1881 Joseph Guillemat    
1881 1885 Jacques Germa    
1885 1888 Isidore Rolland    
1888 1892 Antoine Marie    
1892 1894 François Soler    
1894 1896 Joachim Biagne    
1896 1904 Antoine Marie    
1904 1905 Louis Ey    
1905 1910 Jean Guillemat    
1910 1919 Raymond Marty    
1919 1944 Abdon Guitard    
1944 1945 Clément Farrail    
1945 1960 Amédée Clara    
1960 1989 Albert Bernadoy    
1989 mars 2014 André Marie[42] DVG  
mars 2014 En cours Laurent Bernardy[43]    

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Démographie ancienneModifier

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1365 1378 1515 1553 1643 1709 1720 1730 1767
45 f36 f30 f15 f43 f40 f32 f53 f280 H
1774 1789 - - - - - - -
53 f50 f-------
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaineModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[44]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[45].

En 2018, la commune comptait 1 265 habitants[Note 10], en augmentation de 0,64 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Orientales : +2,95 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
146268319380427442472531513
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
542501504535617744748750756
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
887889870846769749759668695
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
7387246836608501 0071 1361 1541 172
2013 2018 - - - - - - -
1 2571 265-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[46].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[47] 1975[47] 1982[47] 1990[47] 1999[47] 2006[48] 2009[49] 2013[50]
Rang de la commune dans le département 67 70 85 74 75 76 73 72
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

EnseignementModifier

Le village dispose d'une école maternelle (4 classes) et d'une école élémentaire (5 classes). Les élèves du secondaire sont dirigés vers le collège d'Elne ou vers les établissements de Perpignan.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • Fête patronale : 30 novembre ;
  • Fête communale : 1er dimanche d'octobre[51].

SantéModifier

SportsModifier

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 25 147 €[52].

EmploiModifier

Entreprises et commercesModifier

 
Chapelle Sainte-Anne de Banyuls-dels-Aspres

Culture locale et patrimoineModifier

Monuments et lieux touristiquesModifier

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armoiries de la ville, Fascé de sable et d'argent (de six pièces), sont celles de la famille éponyme, la famille de Banyuls de Montferré.

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

Fascé de sable et d'argent.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Histoire du Roussillon et Œuvres posthumes de Jean de Gazanyola, augmenté des notes recueillies et classées par Clément de Lacroix
  • Histoire de la maison des chevaliers de Banyuls, barons de Nyer, marquis de Montferré, seigneurs de La Rocha, Porcinyans, Fornols, Puig, Réal, Odeillo, Leca, Millepetit 1132-1922, par M. l'abbé Jean Capeille, curé à Banyuls-dels-Aspres

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[23].
  5. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  6. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  7. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  9. Les scribanias sont les greffes
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. a b et c « Métadonnées de la commune de Banyuls-dels-Aspres », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Banyuls-dels-Aspres et Perpignan », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Banyuls-dels-Aspres et Céret », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. Stephan Georg, « Distance entre Banyuls-dels-Aspres et Thuir », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Communes les plus proches de Banyuls-dels-Aspres », sur www.villorama.com (consulté le ).
  6. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 179-180.
  7. Carte IGN sous Géoportail
  8. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. a b c d et e Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, , 579-1133 p. (ISBN 2904610014).
  10. « Plan séisme » (consulté le ).
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  12. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  13. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  14. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  15. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  16. « Station Météo-France Tresserre - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  17. « Orthodromie entre Banyuls-dels-Aspres et Tresserre », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station Météo-France Tresserre - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  19. « Orthodromie entre Banyuls-dels-Aspres et Perpignan », sur fr.distance.to (consulté le ).
  20. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  21. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  22. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  23. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  24. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Banyuls-dels-Aspres », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « site Natura 2000 FR9101478 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  26. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Banyuls-dels-Aspres », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. « ZNIEFF la « vallée du Tech de Céret à Ortaffa » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « ZNIEFF la « rivière le Tech » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  30. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  31. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  32. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Perpignan », sur insee.fr (consulté le ).
  33. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  34. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  35. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne).
  36. a et b Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, Les noms de lieux des Pyrénées-Orientales, Editions Sud-Ouest, , 191 p. (ISBN 9782879019888).
  37. a et b Jean Tosti.com
  38. Mentionné dans Histoire de la maison des chevaliers de Banyuls, barons de Nyer, marquis de Montferré, seigneurs de La Rocha, Porcinyans, Fornols, Puig, Réal, Odeillo, Leca, Millepetit 1132-1922, par M. l'abbé Jean Capeille, curé à Banyuls-dels-Aspres
  39. Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9).
  40. MairesGenWeb
  41. Fabricio Cardenas, « Maires nommés en février 1874 dans les Pyrénées-Orientales », sur Vieux papiers des Pyrénées-Orientales, (consulté le ).
  42. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  43. « Maires », sur le site de la Préfecture du département des Pyrénées-Orientales (consulté le ).
  44. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  45. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  46. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  47. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  48. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  49. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  50. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  51. Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7).
  52. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  53. Ministère des travaux publics, « Avis et communications », Journal officiel de la République française, no 220,‎ , p. 4015 (lire en ligne, consulté le ).