Ouvrir le menu principal

Bambecque

commune française du département du Nord

Bambecque
Bambecque
Blason de Bambecque
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Canton Wormhout
Intercommunalité Communauté de communes des Hauts de Flandre
Maire
Mandat
Grégoire Francke
2014-2020
Code postal 59470
Code commune 59046
Démographie
Gentilé Bambecquois
Population
municipale
741 hab. (2016 en augmentation de 0,27 % par rapport à 2011)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 54′ 05″ nord, 2° 32′ 55″ est
Altitude Min. 2 m
Max. 24 m
Superficie 11,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Bambecque

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Bambecque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bambecque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bambecque

Bambecque est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Au cœur de l'Houtland (« le pays du bois ») et au bord de l'Yser, ce typique village du cœur de la Flandres est situé à 29 km au sud-est de Dunkerque, et à 55 km au nord de Lille.

Géologie et reliefModifier

Le bocage et la prairie ont beaucoup reculé dans le Houtland dans la seconde moitié du XXe siècle, à cause des remembrements qui ont accompagné et permis l'agriculture intensive, et à Herzeele notamment, mais il en reste quelques reliques, dont l'une a justifié un statut de réserve naturelle régionale dans la commune (en 1996) : la Réserve naturelle du Vallon de la Petite Becque. Cette réserve est un des éléments sur lesquels la commune et la région peuvent s'appuyer pour la restauration d'un maillage de corridors biologiques dit en France « Trame verte », depuis le Grenelle de l'Environnement.

L'intensification de l'agriculture s'est traduite par une eutrophisation générale de l'environnement et une dégradation des sols (perte de matière organique, d'humus, érosion et lessivage des engrais et pesticides qui polluent l'eau qui s'écoule vers la mer via l'Yser qui traverse après qu'elle a traversé la Belgique.

HydrographieModifier

ClimatModifier

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Voie de communication et transportModifier

UrbanismeModifier

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Bambecca en 1220[1], Banbeke en 1139[2], Bambeck en 1793.

En néerlandais / flamand : Bambeke[3].

HistoireModifier

 
Le bourg fut desservi par une gare des Chemins de fer des Flandres, un chemin de fer secondaire qui reliait, de 1894 à 1954, Hazebrouck à Hondschoote et Bergues.

Seigneurs de BambecqueModifier

Bambecque était le siège d'une seigneurie et d'une ammanie (circonscription administrative) relevant de la châtellenie de Bergues-Saint-Winoc et du diocèse d'Ypres[4].

Au XIVe siècle le titulaire était Robert de Fiennes dit Moreau, sire de Fiennes, Connétable de France, un grand seigneur. Robert obtint la haute justice sur sa seigneurie du Comte de Flandres Louis II de Flandre en 1366[4].

En 1406 Louis de Bambecque dit Gallois, chevalier, était seigneur de Bambecque. Sa fille Guillemine épouse Jacques de Flandres Drincham, bailli de Furnes, descendant d'un fils naturel du Comte de Flandres Louis II de Flandres,(voir Seigneurs de Drincham).

La seigneurie passe à leur fils Simon de Flandres Drincham qui épouse Jeanne de Wissocq, dame de Nieurlet.

Leur fils Jacques meurt prématurément et leur fille Marguerite devient l'héritière de la seigneurie, avec celle de Nieurlet et devient donc dame de Bambecque et de Nieurlet.

Elle épouse en premières noces Denis de Saint Omer, seigneur de Morbecque (seigneurs de Capple), et en secondes noces Charles de Hallwin (Halluin), seigneur de Piennes, chambellan de Philippe Le Beau, Roi de Castille. Charles de Hallwin est lui aussi un grand seigneur (voir Seigneurs de Drincham).

Leur petite fille fera passer la seigneurie de Bambecque dans la famille de Bonnières en épousant Jean de Bonnières. Un descendant du couple sera Adrien Louis de Bonnières, duc de Guînes[4].

Adrien vendit la seigneurie à Robert de Lattre d'Atkerque lequel la possédait en 1789[4].

Le nom Van Bambeke se transmit au-delà de la Révolution française qui abolit les titres de noblesse : en 1893, un Van Bambeke est employé à l'état civil de Lille et habite rue Gambetta à Lille[5].

Est également retrouvé en 1632, un autre seigneur de Bambecque ː le 3 février 1632, sont rendues des sentences de noblesse pour Robert le Vasseur, licencié es lois, seigneur de Bambecque, bailli général de la comté de Seninghem et échevin de la ville de Saint-Omer. Ces sentences ont été enregistrées le 4 juillet 1766 à la demande de Charles François Joseph le Vasseur, seigneur de Bambecque, lieutenant des maréchaux de France à Aire. Ses armes sont "D'or à une rose de gueules percées", timbrées d'un heaume d'où sort un cygne aux ailes étendues[6].

En juillet 1776, sont données à Versailles, des lettres de chevalerie héréditaire données à Charles François Joseph Le Vasseur de Bambecque, gentilhomme de la province d'Artois, lieutenant des maréchaux de France qui obtient pour supports à ses armes deux lions d'or armés et lampassés de gueules. Il descend d'une famille reconnue pour noble dès le XVe siècle, est entré au service en 1739 comme cornette dans le régiment de Clermont-Tonnerre (cavalerie), a participé à la bataille de Dettingen en 1743, gravement blessé le 14 octobre 1743, nommé lieutenant, a dû quitter le service pour cause de santé et prendre une charge de lieutenant des maréchaux de France[7].

Révolution françaiseModifier

En août septembre 1793, comme beaucoup de villages environnants Bambecque fut au coeur de l'affrontement entre la république Française et les troupes alliées coalisées contre elle. L'ennemi entreprend le siège de Dunkerque avec des détachements disposés dans les villages proches d'Hondschoote pour surveiller et empêcher le mouvement des troupes françaises. Stationnent ainsi à Bambecque des troupes de réserve ennemies. Un combat entre alliés et français va avoir lieu à Bambecque le 6 septembre 1793, prélude à la Bataille de Hondschoote remportée par la France qui amènera le départ de la région des troupes ennemies.

XIXe et XXe sièclesModifier

En 1895, avant le développement de l'automobile, et à l'époque des petits trains dans les campagnes, une voie ferrée relie Rexpoëde à Hazebrouck, via Bambecque, Herzeele, Winnezeele, Steenvoorde, Terdeghem, Saint-Sylvestre-Cappel, Hondeghem, Weke-Meulen. Le trajet dure 1h35, trois trains circulent par jour dans les deux sens[8]. De Rexpoëde, une autre ligne mène à Bergues.

Politique et administrationModifier

Situation administrativeModifier

 
Bambecque dans son canton et son arrondissement.

Tendance politiqueModifier

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
?? ?? JORDAENS    en fonction en 1804
?? 1852 Jean Baptiste BLANCKAERT    
1852 1860 Francois Ambroise OUTTERS    
1860 1896 Charles Louis Désiré VANBOCKSTAEL   Cultivateur, propriétaire
1896 1908 Henri Benoit OUTTERS    
1908 1936 Remi Jules Julien VERRIELE    Président de la délégation remplissant les fonctions du conseil municipal dissout (aout -septembre 1936)
1936 1971 Joseph SOYER    
1971 1995 Claude HUBAU    
1995 mars 2008 Bernard DEWITTE   enseignant
en cours Grégoire FRANCKE   agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administrativesModifier

Politique environnementaleModifier

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2016, la commune comptait 741 habitants[Note 1], en augmentation de 0,27 % par rapport à 2011 (Nord : +0,95 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0001 0191 1391 1431 1391 1641 1561 1681 126
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0771 0501 014953985998982974919
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
883875851820763741702735677
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
614642614614589655673739741
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

Pyramide des âges à Bambecque en 2007 en pourcentage[13].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,6 
4,3 
75 à 89 ans
4,3 
12,8 
60 à 74 ans
10,6 
17,9 
45 à 59 ans
20,5 
22,8 
30 à 44 ans
23,0 
17,9 
15 à 29 ans
18,6 
23,9 
0 à 14 ans
22,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage[14].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 

SantéModifier

EnseignementModifier

Bambecque fait partie de l'académie de Lille.

SportsModifier

MédiaModifier

CultesModifier

ÉconomieModifier

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Moulin à farine.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de Bambecque se blasonnent ainsi : « D'argent au lion de sable, armé et lampassé de gueules. »

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Dominique Drapie / Généalogie et Histoire du Dunkerquois / G.H.Dk.
  2. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 803 - (ISBN 2600001336).
  3. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois.
  4. a b c et d Théodore Leuridan, Armorial des communes du département du Nord, Edition des régionalismes,
  5. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Année 1893
  6. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 36, lire en ligne
  7. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 112, lire en ligne
  8. Le Journal de Bourbourg et du canton de Gravelines, n° 744 du 2 janvier 1895
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. « Evolution et structure de la population à Bambecque en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2010)
  14. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2014)
  15. http://www.monumentum.fr/eglise-saint-omer-pa59000124.html