Balthazar Phélypeaux de Châteauneuf

écrivain français

Balthazar Phélypeaux de Châteauneuf, marquis de Châteauneuf et Tanlay, est un homme d'État français né en 1638 et mort le [1].

Balthazar Phélypeaux de Châteauneuf
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Père
Mère
Marie Particelli (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Enfant
Autres informations
Distinctions

Origines familialesModifier

Membre de la famille Phélypeaux, Balthazar Phélypeaux de Châteauneuf est le petit-fils de Raymond Phélypeaux (né à Blois en 1560, mort à Suze en Piémont le ), seigneur d'Herbaut, de La Vrillière et du Verger, secrétaire de la chambre du roi le , trésorier des parties casuelles en 1591, trésorier de l'épargne en 1599, secrétaire d'Etat (en succession de Paul Phélypeaux de Pontchartrain, son frère cadet) du au et de Claude Gobelin (contrat de mariage du )[2].

Il est fils de Louis Ier Phélypeaux de La Vrillière (baptisé à Saint-Eustache à Paris le [3], mort à Bourbon[4] le [5]), greffier du privé conseil en 1619[6], conseiller d'Etat le [7], secrétaire d’État de la Religion prétendue réformée du au , prévôt et maître des cérémonies des ordres du roi le [8], et de Marie Particelli (morte le [9]).

BiographieModifier

Abbé de Quincy[10], docteur en théologie en [11], il est reçu conseiller clerc au parlement de Paris le [12]. Il devient secrétaire d'État de la Religion prétendue réformée en survivance de son père, sur démission de son frère aîné Louis (baptisé le , mort en 1699[13]), du [14] à 1676, en fonctions de 1676 au .

En , la seigneurie de Châteauneuf-sur-Loire est érigée en marquisat en sa faveur. Le , il obtient par commission la charge de commandeur et de secrétaire des ordres du roi en attendant la démission de Nicolas Jeannin de Castille. Il en est pourvu en titre d'office le [15]. En 1678, lors du partage de la succession de sa mère, il hérite de la terre de Saint-Florentin[16].

Dépourvu d'influence sous Louis XIV, il n'a qu'un rôle d'exécutant dans la mise en œuvre de la politique de répression du protestantisme[17]. Dans ses Mémoires, Saint-Simon estime que « depuis la révocation de l'édit de Nantes, cette charge de secrétaire d'Etat était à peu près une nulle, et Châteauneuf, de son génie et de sa personne, existait moins, s'il se pouvait »[18]. Il fait l'objet également de couplets satiriques :
« Châteauneuf comme un bon bourgeois
Mène une douce vie
On ne lui demande sa voix
Que par cérémonie.
Et quand il signe quelque édit,
Il n'est guère plus instruit

Que Jean de Vert »[19].

En , alors qu'il se rend aux eaux de Bourbon, il s'arrête chemin faisant sur ses terres de Châteauneuf-sur-Loire. Il se promène dans les jardins de son domaine et s'y endort. Il se réveille tout transi de froid. Sa fluxion s'aggrave. Le , il se confesse et reçoit le viatique à sept heures du matin, on lui donne l'extrême onction à neuf heures et il expire vers midi. Son corps est porté à l'église le 29 et y reste exposé pendant six jours. Le suivant, on célèbre ses funérailles et on le descend dans son caveau seigneurial en présence de trente-deux prêtres[20].

DescendanceModifier

Il avait épousé le à Saint-Germain l'Auxerrois[21] (et par contrat, le [22]) Marie Marguerite de Fourcy (née en 1653, morte le ), fille de Jean de Fourcy, secrétaire au Grand Conseil, dont il eut

  • Louis II Phélypeaux de La Vrillière (né le , mort à Fontainebleau le ), marquis de La Vrillière, de Châteauneuf et de Tanlay, vicomte de Saint-Florentin, secrétaire d’Etat du au , secrétaire du roi le , commandeur et secrétaire des Ordres du Roi du au , capitaine et gouverneur de Jargeau le , secrétaire d'Etat honoraire le , il épouse le Françoise de Mailly (née le , morte le , fille de Louis, comte de Mailly (né en 1662, morte 1742), Maréchal des camps, et d’Anne-Marie Françoise de Sainte-Hermine, dame d’atours de la Dauphine[23]
  • Balthazar Phélypeaux (né vers 1673, mort à Notre-Dame du Val-des-Écoliers le ) chanoine régulier de Saint-Augustin, congrégation de Sainte-Geneviève, abbé commendataire de l'abbaye Saint-Vincent de Nieul-sur-l'Autise (1693)[24]
  • Balthazar Phélypeaux (mort à Strasbourg en 1709), chevalier de Malte le [25], commandeur de Picton, brigadier des armées du Roi, colonel de dragons,
  • Charlotte Thérèse (née en 1675, morte le [26]) qui épouse Louis d'Aubusson, duc de La Feuillade (né à Marly le , mort à Marly le ), obtient un régiment de cavalerie par commission du , gouverneur du Dauphiné du à , brigadier par brevet du , lieutenant général des armées du roi par pouvoir du , lieutenant général dans le comté de Nice le , maréchal de France le [27]

NotesModifier

  1. Louis Moreri, Le grand dictionnaire historique, ou Le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane, 1759, t.8, p. 259
  2. Antoine Fauvelet Du Toc, Histoire des secrétaires d'Etat contenant l'origine, le progrès et l'établissement de leurs charges, avec les éloges, les armes, blasons et généalogies de tous ceux qui les ont possédés jusqu'à présent, 1668, p.241-246.
  3. Paul-Auguste Leroy, Notes sur les La Vrillière de Châteauneuf-sur-Loire (anecdotes, satires, portraits), 1894, p.1
  4. Le Mercure galant, mai 1681, p.170
  5. Hélion de Luçay, Les origines du pouvoir ministériel en France : les secrétaires d'État depuis leur institution jusqu'à la mort de Louis XV, 1881, p. 601
  6. Antoine Fauvelet Du Toc, Histoire des secrétaires d'Etat contenant l'origine, le progrès et l'établissement de leurs charges, avec les éloges, les armes, blasons et généalogies de tous ceux qui les ont possédés jusqu'à présent, 1668, p.265-270.
  7. Hélion de Luçay, Les origines du pouvoir ministériel en France : les secrétaires d'État depuis leur institution jusqu'à la mort de Louis XV, 1881, p. 593
  8. Mémoires de Saint-Simon : nouvelle édition collationnée sur le manuscrit autographe, augmentée des additions de Saint-Simon au Journal de Dangeau, 1888, t.6, p.269, note 7
  9. Georges-Eugène Bertin, « Notice sur l'hôtel de La Vrillière et de Toulouse occupé depuis 1810 par la Banque de France » Mémoires de la Société de l'histoire de Paris et de l'Ile-de-France, 1901, t.28, p.5
  10. Louis Pierre d' Hozier, Armorial général, ou Registres de la noblesse de France, 2de partie, 1738, p.433
  11. René et Suzanne Pilorget, France baroque France classique 1589-1715, 1996, t.2 Dictionnaire, p.238
  12. Michel Popoff, Prosopographie des gens du parlement de Paris (1266-1753), 2003, t.2, p. 848
  13. Mémoires de Saint-Simon : nouvelle édition collationnée sur le manuscrit autographe, augmentée des additions de Saint-Simon au Journal de Dangeau, 1897, t.13, p.311
  14. L'Etat de la France, 1749, t.4, p328
  15. Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la Couronne, de la Maison du Roy et des anciens barons du royaume, 1732, t.9, p.335
  16. Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne, 1911, t.15, p. 210
  17. Thierry Sarmant et Mathieu Stoll, Régner et gouverner : Louis XIV et ses ministres, Paris : Perrin, 2010, p. 229-231
  18. Louis de Rouvroy de Saint-Simon, Mémoires de Saint-Simon : nouvelle édition collationnée sur le manuscrit autographe, augmentée des additions de Saint-Simon au Journal de Dangeau, 1884, t.4, p.255-256
  19. Paul-Auguste Leroy, Notes sur les La Vrillière de Châteauneuf-sur-Loire (anecdotes, satires, portraits), 1894, p.4
  20. Stanislas Benoît Joseph Bardin, Châteauneuf, son origine et ses développements avec deux mémoires sur ses anciens noms, 1864, p.76
  21. Auguste Jal, Dictionnaire critique de biographie et d'histoire : errata et supplément pour tous les dictionnaires historiques d'après des documents authentiques inédits, 1867, p. 373
  22. Archives Nationales Minutier Central XIX, 495, cité par Mathieu Stoll, Servir le Roi-Soleil, Claude Le Pelletier (1631-1711), ministre de Louyis XIV, 2011, p308, note 121
  23. Michel Antoine, Le Gouvernement et l'administration sous Louis XV dictionnaire biographique, 1978, p.202
  24. Nicolas Petit, Prosopographie génovéfaine: répertoire biographique des chanoines, 2008, p.303
  25. René Aubert de Vertot, Histoire des Chevaliers hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, appelés depuis les Chevaliers de Rhodes, et aujourd'hui les Chevaliers de Malte, 1726, t.4, p.132
  26. Louis Trabouillet, L'État de la France , contenant tous les princes, ducs et pairs et maréchaux de France, les évêques, les juridictions du Roïaume, les gouverneurs des provinces, les chevaliers des trois ordres du Roy, les noms des officiers de la Maison du Roy, 1712, t.2, p. 362
  27. Pinard, Chronologie historique-militaire, contenant l'histoire de la création de toutes les charges, dignités et grades militaires supérieurs, de toutes les personnes qui les ont possédés, 1761, t.3, p.226-231

Liens externesModifier