Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Croix de fer ou Croix gammée nazie.

Balkenkreuz
Balkenkreuz de la Seconde Guerre mondiale utilisée sur l’extrados des ailes
Balkenkreuz de la Seconde Guerre mondiale utilisée sur l’intrados des ailes et les fuselages

La Balkenkreuz est une croix aux branches droites (aussi dite croix latine) qui fut utilisée comme marque de nationalité par l’Allemagne durant la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale, de la même manière que les Alliés utilisaient la cocarde tricolore. Cet emblème fut utilisé par toutes les composantes de la Wehrmacht (Forces armées allemandes) de 1935 à 1945 : la Heer (armée de terre), la Luftwaffe (arme aérienne), et la Kriegsmarine (Marine de guerre).

Elle ne doit pas être confondue avec :

  • la Croix de fer, avec laquelle elle a alterné de 1914 à nos jours ;
  • la Croix gammée, qui fut utilisée parallèlement par l’Allemagne nazie de 1933 à 1945. Balkenkreuz et croix gammée coexistaient sur les avions de la Luftwaffe. Les avions civils (y compris les prototypes d'avions militaires non encore adoptés officiellement) portaient sur la dérive à partir de 1933 le drapeau national, avec la croix gammée dans un cercle blanc au milieu d'une bande rouge.

En allemand Balken signifie "poutre, poutrelle, barre", aussi une traduction littérale de Balkenkreuz serait "croix à barres droites" ou "croix en potence"[1].

HistoriqueModifier

 
Le Fokker D.VII de Knowlton (Québec) avec une Balkenkreuz de fin 1918 sur le fuselage.
 
Le Focke-Wulf Fw 190F restauré de la Smithsonian Institution, montrant les deux formes de Balkenkreuz en marquages "basse-visibilité" (contours seulement)
 
Char d'assaut Panzer I dans un musée, avec la croix blanche en vigueur lors de la Campagne de Pologne (1939)

Vers la fin de la Première Guerre mondiale, la Luftstreitkräfte, la force aérienne de l’Empire allemand) fut la première à adopter officiellement la Balkenkreuz à mi-avril 1918 (environ une semaine avant la mort de Manfred von Richthofen)[2], et l’utilisa jusqu’à l’Armistice du 11 novembre 1918. La directive de l’Idflieg du à tous les constructeurs aéronautiques débute par (traduction de l’allemand) : "Pour améliorer l’identification de nos aéronefs, il est ordonné ce qui suit : [...]". Cet ordre devait être exécuté intégralement d’ici le .

Après l’Armistice de 1918, la nouvelle république allemande (dont la capitale était à Weimar) se dota d’une armée réduite, la Reichswehr. Celle-ci utilisait exclusivement la croix de fer comme insigne national.

L’usage de la Balkenkreuz reprit après l’accession au pouvoir de Adolf Hitler en 1933, avec de nouvelles dimensions standardisées, notamment sur les appareils de la Luftwaffe créée à la mi-mars 1935. Durant l’invasion de la Pologne (septembre-octobre 1939) les véhicules terrestres de la Wehrmacht utilisaient une simple croix blanche sur leur peinture gris uni, mais avant le déclenchement de la Bataille de France (mail 1940), la croix noire avec des bordures blanches de la Luftwaffe était devenue l’insigne de nationalité standard des forces armées allemandes, et ce jusqu’à la fin de la guerre (mai 1945).

La Luftwaffe utilisait deux formats pour la Balkenkreuz[3] :

  • une avec des bordures blanches plus étroites sur les extrados des ailes. Avant juillet 1939, elle était apposée à six emplacement sur un aéronef ;
  • une avec des bordures blanches plus larges entourant une croix noire centrale de la même épaisseur, apposée sur l’intrados des ailes et les côtés du fuselage des appareils militaires durant les années de guerre.

Plus tard au cours de la guerre, il devint de plus en plus frequent de voir la Balkenkreuz peinte sans la croix noire centrale, seulement avec les quatre bordures en formant le contour, pour réduire la visibilité des appareils. Ces bordures pouvaient être peintes en blanc (de préférence sur les surfaces foncées) ou en noir (sur les surfaces claires).

La Balkenkreuz n’est plus utilisée par la Bundeswehr contemporaine, qui est revenue à la Croix de fer en vigueur jusqu’en 1918 et de 1919 à 1933, mais en conservant les bordures blanches et noires de la Balkenkreuz.

 .

Notes et référencesModifier

  1. « Dictionary of Vexillology: B (Banner Roll - Bauceant) » [archive du ], sur FOTW Flags Of The World (consulté le 19 août 2012); etymologizing "balk cross" in « Dictionary of Vexillology: B (Backing - Banner of Victory) », Dictionary of Vexillology, FOTW Flags Of The World (consulté le 19 août 2012).
  2. David Méchin, « L’aviation en 1918 – Épisode 3 : le Fokker Dr.I », Le Fana de l'Aviation, no 581,‎ , p. 35.
  3. Bert Hartmann, « Luftarchiv.de - Kennzeichen - Allgemein, Abb.4 », sur Luftarchiv.de (consulté le 21 novembre 2012)

BibliographieModifier

  • (en) Tony Wood et Bill Gunston, Hitler's Luftwaffe : a pictorial history and technical encyclopedia of Hitler's air power in World War II, Londres, Salamander Books Ltd., , 247 p. (ISBN 978-0-861-01005-9 et 978-0-517-22477-9)
  • John Cochrane, Stuart Elliott, Military Aircraft Insignia of the World, Naval Institute Press, 1998, p. 50.

Liens externesModifier

  • Arnaud, « BALKENKREUZ », sur Avionslegendaires.net, (consulté le 14 avril 2018).