Ouvrir le menu principal

Balenciaga
logo de Balenciaga
Logo de Balenciaga

Création 1917
Dates clés 1937 : Ouverture au 10 avenue George-V à Paris
1968 : Fermeture de la maison
1986 : Relance de la marque
1997 : Nicolas Ghesquière devient directeur artistique
2001 : Rachat par le groupe Gucci/PPR
Disparition Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs Cristóbal Balenciaga
Personnages clés Cristóbal Balenciaga
Nicolas Ghesquière
Demna Gvasalia
Forme juridique Société anonyme (S.A.)
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Cédric Charbit (DG)
Demna Gvasalia (DA)
Actionnaires KeringVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Industrie du luxe
Société mère Kering
Site web www.balenciaga.com

Balenciaga est une entreprise française de mode et de luxe fondée en 1917 par l'Espagnol Cristóbal Balenciaga. Couturier de la famille royale espagnole, Balenciaga s’installe à Paris à la fin des années 1930 où il s’impose comme le « couturier des couturiers » de la mode parisienne. Il cesse ses activités en 1968 et décède quelques années plus tard. À la fin des années 1990, la marque connaît un regain de popularité sous la direction artistique de Nicolas Ghesquière, puis fait son entrée dans le groupe Gucci (PPR) en 2001.

Balenciaga appartient au groupe de luxe français Kering, sa direction artistique est assurée par Demna Gvasalia depuis 2015.

Sommaire

HistoireModifier

1895-1972 : Cristóbal BalenciagaModifier

Article détaillé : Cristóbal Balenciaga.

Cristóbal Balenciaga est né en 1895 à Getaria dans le Pays basque espagnol. Sa mère, couturière de profession, lui enseigne la couture. En 1908, il entre en apprentissage chez un tailleur de San Sebastián. En 1917, il ouvre la maison de couture C. Balenciaga à San Sebastián (qui devient Balenciaga y Compañía l’année suivante) et bâtit sa renommée en habillant la famille royale d'Espagne[1].

La guerre civile espagnole pousse Cristóbal Balenciaga à fuir le pays. Il s'installe à Paris en 1937 où il ouvre sa nouvelle maison de couture au 10 avenue George-V, Balenciaga, et renoue avec la popularité dès son premier défilé. À la fin de la guerre en Espagne, il reprend le contrôle sur ses deux boutiques de Madrid et Barcelone. Il lance une activité parfums avec Le Dix (1947), La Fuite des Heures (1949) et Quadrille (1955)[2].

Dans les années 1950 et 1960, il affine son style et dévoile ses créations les plus sculpturales. Inspirées de la Renaissance espagnole, ses créations mélangent sobriété, audace des couleurs et courbes hispanisantes, aux antipodes du New Look de Christian Dior. La ligne tonneau (1947), la veste ballon (1953), la robe tunique (1955), la robe sac (1957), la robe Baby doll (1958), comptent parmi ses créations les plus remarquées[1],[3]. En 1949, il développe la conception d’un nouveau textile, le cracknyl, puis le gazar en 1958, qui lui permettent de réaliser des exploits de haute couture[4]. Des stars médiatiques comme Marlene Dietrich, Ginger Rogers, Grace Kelly, Elizabeth Taylor, Ava Gardner ou Carole Lombard s'habillent et se montrent en Balenciaga[1],[3].

Carmel Snow qualifie son travail de « Nec plus ultra de la mode ». Christian Dior le surnomme « Notre maître à tous ». Gabrielle Chanel affirme qu’il était le seul couturier existant, considérant tous les autres comme de simples dessinateurs de mode. Hubert de Givenchy le considérait comme sa principale source d’inspiration[3],[5].

En 1968, Cristóbal Balenciaga choisit de se retirer du monde de la couture. Il présente son dernier défilé, ferme sa maison, puis retourne en Espagne où il décède en 1972[6].

1986 : Relance de la marqueModifier

À la mort du couturier, sa société est reprise par ses neveux, puis passe entre les mains du groupe chimique et pharmaceutique allemand Hoechst[7].

En 1986, le groupe Jacques Bogart rachète la licence de la marque Balenciaga, et nomme le couturier Michel Goma à la direction artistique pour remettre la marque au goût du jour. Une ligne de prêt-à-porter est lancée en 1987[7],[8]. En 1992, la direction artistique est confiée à Josephus Thimister, qui préserve une ligne conservatrice[9].

En 1997, Nicolas Ghesquière est nommé à la direction artistique de Balenciaga. Il maintient le style sobre et maîtrisé qui caractérise la maison, s'imprègne des rapports corps-vêtements chers au couturier espagnol, mais vise à moderniser les références de la marque[10],[11]. Balenciaga sort son premier it-bag, le Motorcycle[12]. Plusieurs stars s'attachent à la marque, dont Madonna[13]. En 2000, la maison Balenciaga affiche des ventes en hausse de 17% à 113,2 millions de francs[14].

2001 : Rachat par Gucci/PPRModifier

En juillet 2001, Balenciaga est racheté par le groupe Gucci (lui-même propriété de PPR) qui compte parmi ses filiales Yves Saint-Laurent, Boucheron et Bottega Veneta. James Mc Arthur prend la direction générale de la marque[15],[16]. En 2004, Balenciaga dévoile les nouveaux uniformes du service général et d'honneur (mi-saison et été) de la Police nationale française[17]. En 2005, la société renoue avec les bénéfices, et devient deux ans plus tard une des marques stratégiques du groupe Gucci[18]. En mai 2007, Isabelle Guichot prend la direction générale de la marque[19]. En 2008, Balenciaga dévoile les nouveaux uniformes du personnel (de bord et commercial non navigant) de la compagnie aérienne Air Austral[20]. En 2009, Balenciaga sort son premier parfum depuis 1955, Balenciaga Paris[21], puis Florabotanica en 2012[2].

En 2012, l'Américain Alexander Wang est nommé directeur artistique de Balenciaga, et rend hommage aux codes du couturier espagnol dès son premier défilé. Alexander Wang propose une évolution pragmatique du style Balenciaga et fait souvent référence aux pièces célèbres du couturier espagnol[22]. En 2014, Balenciaga sort le parfum Rosabotanica[2]. En 2015, la marque génère un revenu de 350 millions d’euros et compte 500 magasins dans le monde. Tous les employés parisiens déménagent dans le nouveau siège social du groupe Kering[23].

En 2015, Demna Gvasalia est nommé à la direction artistique de Balenciaga[24]. La rupture avec le classicisme de la maison Balenciaga est annoncée dès son premier défilé Automne-Hiver 2016[25]. Plus éclectique, il explore différents univers, du style Matrix au style dad des années 1990[26]. En novembre 2016, Cédric Charbit est nommé Directeur Général de Balenciaga[27]. Début 2017, Balenciaga sort les chaussures Triple S au design inspiré par les chaussures de sport des années 1980[28], et les Crocs aux semelles compensées de 10 centimètres[29]. En 2018, Cédric Charbit annonce que Balenciaga est devenue la marque qui connaît le développement le plus rapide au sein du groupe Kering, devant Gucci[30].

ActivitésModifier

Détenue par le groupe Kering et basée à Paris, la société Balenciaga conçoit, fabrique et distribue en France et à l'international des vêtements prêt-à-porter et des accessoires de luxe (maroquinerie, chaussures, bijoux).

DirectionModifier

Direction généraleModifier

  • 2001-2007 : James Mc Arthur
  • 2007 - 2016 : Isabelle Guichot
  • Depuis 2016 : Cédric Charbit

Direction artistiqueModifier

ControversesModifier

En février 2018, Balenciaga est citée parmi les filiales du groupe Kering accusées d'avoir eu recours à un système d'optimisation fiscale en domiciliant une partie de leur chiffre d'affaires dans une filiale suisse du groupe[31].

RéférencesModifier

  1. a b et c (en) « Cristobal Balenciaga (1895–1972) », sur The Met
  2. a b et c « Balenciaga l'histoire », sur Mabylone.com
  3. a b et c « Balenciaga », sur Elle
  4. Farah Keram, « Balenciaga, trois traits de caractère de l'architecte de la mode », France Culture,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Nina Hyde, « The Glory That Is Givenchy », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « Balenciaga, Couturier, Is Dead », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  7. a et b Camille Demarez, « Balenciaga, la saga de la marque », LCI,‎ (lire en ligne)
  8. « Nu au regard de côté », sur Arts Graphic
  9. (en) Amy Spindler, « Reviews/Fashion;Givenchy in the Galliano Era: Clean Looks, Few Surprises », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  10. Paquita Paquin et Cédric Saint-André Perrin, « Il est devenu, à 26 ans, le styliste d'une maison de prestige. Nicolas Ghesquière enfile l'habit Balenciaga », Libération,‎ (lire en ligne)
  11. Anne-Laure Quillerie, « «Balenciaga doit rester un laboratoire» », L'Express,‎ (lire en ligne)
  12. « Story : le sac Classic First de Balenciaga », Marie Claire,‎ (lire en ligne)
  13. (en) Ian Phillips, « The man who turned Madonna into a goth », Independent,‎ (lire en ligne)
  14. Xavier Lecœur, « Balenciaga tire l'activité du groupe Jacques Bogart », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  15. « Le groupe Gucci rachète Balenciaga », Libération,‎ (lire en ligne)
  16. (en) Julia Finch, « Gucci liked the designer so much it bought Balenciaga », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  17. Françoise Caries, « Balenciaga crée une ligne « streetwear » pour la police », La Dépêche,‎ (lire en ligne)
  18. (en) Astrid Wendlandt, « Gucci Group sees Balenciaga as a rising star », Reuters,‎ (lire en ligne)
  19. « Isabelle Guichot nommée PDG de Balenciaga », Fashion Network,‎ (lire en ligne)
  20. « Balenciaga signe les uniformes d’Air Austral », Le Quotidien du Tourisme,‎ (lire en ligne)
  21. « Le retour de Balenciaga dans les parfums », Stratégies,‎ (lire en ligne)
  22. Nicola Fumo, « A Look Back at Alexander Wang's Brief Stint at Balenciaga », Racked,‎ (lire en ligne)
  23. (en) Miles Socha, « Alexander Wang, Balenciaga Said Parting Ways », WWD,‎ (lire en ligne)
  24. Mathilde Laurelli, « Demna Gvasalia de "Vetements" nommé directeur artistique de Balenciaga », L'Express,‎ (lire en ligne)
  25. Suleman Anaya, « Le paradoxe Vetements/Balenciaga », Ssense,‎ (lire en ligne)
  26. « Balenciaga : retour sur l’évolution de la marque », URL Magazine,‎ (lire en ligne)
  27. « Kering se sépare de l’ancienne DG de Balenciaga », Journal du Luxe,‎ (lire en ligne)
  28. (en) Jake Woolfe, « These Balenciaga Sneakers Are the Reason Ugly Sneakers Are Cool Again », GQ,‎ (lire en ligne)
  29. « Balenciaga dévoile sa version des Crocs à 680 €… déjà en rupture de stock », Creapills,‎ (lire en ligne)
  30. (en) Maura Brannigan, « Balenciaga is growing faster than any other Kering brand right now », Fashionista,‎ (lire en ligne)
  31. Yann Philippin, Vittorio Malagutti (L'Espresso) et Esther Rosenberg (NRC Handelsblad), « Le système Pinault : une évasion à 2,5 milliards d'euros », Mediapart,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier