Bakweri
Description de cette image, également commentée ci-après
Fermier bakweri dans son champ de cocoyam
(Région du Sud-Ouest)

Populations importantes par région
Drapeau du Cameroun Cameroun 32 000 (1982)[1]
Autres
Langues mòkpè
Religions christianisme, animisme
Ethnies liées Kpe
Description de cette image, également commentée ci-après
Implantation des Bakweri (en jaune)

Les Bakweri sont une population bantoue d'Afrique centrale établi dans la région du Sud-Ouest du Cameroun, principalement à Buéa, sur les pentes du mont Cameroun et les villages côtiers des alentours[2].

Ethnonymie modifier

Selon les sources et le contexte, on observe de nombreuses variantes : Baakpe, Bakouiri, Bakpwe, Bakwedi, Bakwele, Bakweris, Bakwiri, Ba-Kwiri, Bekwiri, Kpe, Kwedi, Kweli, Kwili, Kwiri, Kwiris, Makpe, Mokpe, Mokpwe, Ujuwa, Vakpe, Vakweli, Vambeng[3]

Histoire modifier

Premiers mouvements de population modifier

Selon les traditions orales des Bakweri, ils sont originaires du pays Ibibio, la région située au sud-ouest du Mont Cameroun[4]. Les Bakweri ont probablement migré vers leur habitat actuel à l'est de la montagne au milieu du XVIIIe siècle. Depuis les contreforts, ils se sont progressivement répandus vers la côte, et en remontant la rivière Moungo et les différentes criques qui s'y jettent. Une tradition rivale Bakweri dit qu'ils descendent de Mokuri ou Mokule, un frère de l'ancêtre Ewale des Douala, qui a migré vers la région du Mont Cameroun pour la chasse[5]. En outre, quelques villages isolés, tels que Maumu et Bojongo, revendiquent une autre descendance et peuvent représenter des groupes antérieurs que les Bakweri en expansion ont absorbés[6].

Contacts européens modifier

Les commerçants portugais ont atteint la côte camerounaise en 1472. Au cours des décennies suivantes, d'autres aventuriers sont venus explorer l'estuaire et les rivières qui l'alimentent, et établir des comptoirs commerciaux. Les Bakweri fournissaient des matériaux aux tribus côtières, qui jouaient le rôle d'intermédiaires.

Colonisation allemande modifier

L'Allemagne a annexé le Cameroun en 1884. En 1891, le clan Gbea Bakweri s'est soulevé pour défendre son système judiciaire traditionnel lorsque les Allemands lui ont interdit de recourir à un procès par l'épreuve du poison pour déterminer si un récent converti chrétien était en fait une sorcière. Cette révolte a été étouffée par la destruction de Buéa en décembre 1894 et la mort du chef Kuv'a Likenye.

Les Allemands gouvernent d'abord depuis Douala, qu'ils appellent Kamerunstadt, mais ils déplacent leur capitale vers la colonie Bakweri de Buéa en 1901. La principale activité des colons était l'établissement de plantations de bananes dans la région fertile du Mont Cameroun. Les Bakweri ont été impressionnés pour les travailler, mais leur récalcitrance et leur faible population ont conduit les coloniaux à encourager les peuples de l'intérieur des terres, comme les Bamilékés, à se déplacer vers la côte. En outre, le trafic maritime constant le long de la côte permettait aux individus de se déplacer d'une plantation ou d'une ville à l'autre à la recherche de travail.

Colonisation britannique modifier

En 1918, l'Allemagne perd la Première Guerre mondiale et ses colonies deviennent des mandats de la Société des Nations. Le Royaume-Uni prend le contrôle des terres Bakweri et intègre sa partie de l'ancien Cameroun allemand à sa colonie et protectorat du Nigeria, fixant la capitale de la nouvelle province à Buéa. Les Britanniques pratiquent une politique d'indirect rule, confiant de plus grands pouvoirs aux chefs Bakweri à Buéa.

Les nouveaux colonisateurs maintiennent les politiques allemandes d'éviction des souverains non coopératifs et d'impression des travailleurs pour les plantations[7], mais les individus peuvent choisir de payer une amende pour éviter le travail, ce qui entraîne une pénurie de travailleurs issus des régions les plus riches. Les Britanniques encouragent donc à nouveau les gens de l'intérieur à se rendre sur la côte pour travailler dans les plantations. De nombreux Igbo du Nigeria sont arrivés dans la région, et les nouveaux arrivants sont devenus numériquement et économiquement dominants au fil du temps. Cela a entraîné des tensions ethniques avec les indigènes. L'expropriation des terres était un autre problème, rencontré notamment en 1946.

Un Bakweri, le Dr E. M. L. Endeley, a été le premier Premier ministre du Cameroun méridional de 1954 à 1959. Il a conduit d'autres parlementaires du Cameroun méridional à faire sécession de la Chambre d'assemblée de l'Est du Nigeria en 1954[8].

Langues modifier

Les Bakweri parlent le bakweri (ou mòkpè), une langue bantoue, dont le nombre de locuteurs au Cameroun était estimé à 32 000 en 1982[1]. Le pidgin camerounais et le douala sont aussi très utilisés.

Culture et société modifier

Personnalités d'ethnie Bakweri modifier

Notes et références modifier

  1. a et b (en) Fiche langue[bri]dans la base de données linguistique Ethnologue.
  2. (en) Mark Dike DeLancey, Rebecca Mbuh, Mark W. Delancey, « Bakweri », in Historical Dictionary of the Republic of Cameroon, Scarecrow Press, 2010 (4e éd.), p. 54-55 (ISBN 9780810873995)
  3. Source : RAMEAU, BnF [1]
  4. Fanso 50-1
  5. Ngoh 27.
  6. Fanso 50
  7. Derrick 133.
  8. DeLancey and DeLancey 113–4.

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie modifier

  • (en) Joanna Edwards Ambaye, « The Kpe : Bambuko and Bakweri », in Bibliographic surveys of African peoples, Department of Fine Arts, Indiana University, Bloomington, 1981, vol. 2, pages 7-8
  • (en) Edwin Ardener, « Kingdom on Mount Cameroon : the Bakweri and the Europeans », in Shirley Ardener (dir.), Kingdom on Mount Cameroon : studies in the history of the Cameroon Coast, 1500-1970, Berghahn Books, Providence, 1996, p. 41-150 (écrit en 1969)
  • (en) Edwin Ardener, « Bakweri fertility and marriage », in Shirley Ardener (dir.), op. cit., p. 227-242 (texte d'une conférence de 1958)
  • (en) Edwin Ardener, « The Bakweri elephant dance », in Shirley Ardener (dir.), op. cit., p. 227-242 (d'abord publié dans Nigeria (Lagos), n° 60, 1959)
  • (en) Daniel Lyonga Matute, The socio-cultural legacies of the Bakweris of Cameroon, The Publishing and Production Centre for Teaching and Research, Yaoundé, 1988, 66 p.
  • (en) Renaud Paulian, « Bakwirian tales of the bush », Folk-Lore (Londres), vol. 51, , p. 213-219
  • G. Courade, « Marginalité volontaire ou imposée? Le cas des Bakweri (Kpe) du mont Cameroun », Cahiers de l’ORSTOM, Série Sciences humaines, 1981, vol. 18, n° 3, p. 357-388
  • Michel Damon, Les états dépressifs en pays Bakweri, Université de Franche-Comté, Faculté de médecine et de pharmacie, 1981, 57 p. (thèse)

Filmographie modifier

  • (en) Kuva Likenye, documentaire historique réalisé par Kome Epule Mathias et produit par AFRICAphonie, 2008, 30 min (les exploits de Kuva Likenye, un héros de la résistance Bakweri contre la colonisation allemande)

Articles connexes modifier

Liens externes modifier