Ouvrir le menu principal

Baie d'Ōmura
Image satellite de la baie d'Ōmura.
Image satellite de la baie d'Ōmura.
Géographie humaine
Pays côtiers Drapeau du Japon Japon
Géographie physique
Type Baie
Localisation Mer de Chine orientale
Coordonnées 32° 58′ 00″ nord, 129° 51′ 50″ est
Superficie 321 km2
Longueur 26 km
Largeur
· Maximale 11 km
Profondeur
· Moyenne 14,8 m
· Maximale 54 m

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Baie d'Ōmura

La baie d'Ōmura (大村湾, Ōmura-wan?) est une anse naturelle située dans le Nord-Ouest de l'île de Kyūshū, au Japon.

Sommaire

GéographieModifier

La baie d'Ōmura, appelée aussi « mer de koto »[l 1] en raison de sa forme qui évoque le koto[1], instrument de musique à cordes pincées de la musique japonaise traditionnelle, constitue le centre de la partie de la préfecture de Nagasaki intégrée à l'île de Kyūshū[2],[1]. Étendue sur une superficie de 321 km2 (26 km du nord au sud et 11 km d'est en ouest[1]), elle s'ouvre au nord sur la baie de Sasebo (0,33 km d'ouverture), à laquelle elle est reliée par les détroits d'Hario[l 2] et d'Haiki[l 3],[3]. Ses rives occidentales et méridionales sont formées par la côte nord de la péninsule de Nishisonogi. Sa profondeur moyenne est de 14,8 m et sa profondeur maximale atteint 54 m dans la partie Nord-Ouest[3],[1].

Île de MinoModifier

La baie d'Ōmura comprend plusieurs îles dont l'île de Mino[l 4] (Sud-Est de la baie) qui appartient à la ville d'Ōmura[4]. En 1971, la population de Mino-shima était de 74 habitants (16 foyers), répartis sur une superficie de 0,92 km2. Sur cette île, dont le relief ne dépasse pas 100 m d'altitude, des mandarines satsuma et du radis chinois étaient cultivés[4]. Au milieu des années 1970, les îliens ont été expropriés et l'île a été aménagée en un aéroport. À partir de 1975, l'aéroport international de Nagasaki, relié à Kyushu par un pont long de 970 m, occupe les 2,4 km2 de superficie de l'île de Mino[4],[3],[1].

Culture de perlesModifier

À l'époque d'Edo (1603 - 1868), après la découverte d'huîtres perlières en baie d'Ōmura, la perliculture est pratiquée dans le domaine d'Ōmura de la province de Hizen[3],[1]. Au début du XXIe siècle, l'ostréiculture et l'aquaculture de perles sont des traditions qui se perpétuent en baie de Katagami[l 5], une baie secondaire le long de la côte occidentale de la baie d'Ōmura[3],[5],[6].

Notes et référencesModifier

Notes lexicales bilinguesModifier

  1. La mer de koto (琴の海, koto no umi?).
  2. Le détroit d'Hario (針尾瀬戸, Hario-seto?).
  3. Le détroit d'Haiki (早岐瀬戸, Haiki-seto?).
  4. L'île de Mino (箕島, Mino-shima?).
  5. La baie de Katagami (形上湾, Katagami-wan?).

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f (ja) Asahi Shinbun, « 大村湾 » [« La baie d'Ōmura »], sur Kotobank,‎ (consulté le 17 janvier 2019).
  2. (ja) Institut d'études géographiques du Japon, « GSI Maps », sur www.gsi.go.jp (consulté le 18 janvier 2019).
  3. a b c d et e (ja) Ministère japonais de l'Environnement, « 大村湾 » [« La baie d'Ōmura »], sur www.env.go.jp,‎ (consulté le 19 janvier 2019).
  4. a b et c (ja) Asahi Shinbun, « 箕島 » [« Île de Mino »], sur Kotobank,‎ (consulté le 19 janvier 2019).
  5. (ja) Japan Agency for Marine-Earth Science and Technology (en), « 形上湾におけるパイロットスタディー » [« Étude pilote en baie de Katagami »], sur www.jamstec.go.jp,‎ (consulté le 17 janvier 2019).
  6. (ja) Asahi Shinbun, « 形上湾 » [« La baie de Katagami »], sur Kotobank,‎ (consulté le 19 janvier 2019).

Voir aussiModifier