Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BMR.

Les bactéries sont dites multirésistantes (BMR) aux antibiotiques lorsque du fait de l’accumulation de résistances acquises à plusieurs familles d’antibiotiques, elles ne sont plus sensibles qu’à un petit nombre d’antibiotiques utilisables en thérapeutique (résistance à plus de 3 familles différentes).

Ces bactéries font partie des organismes dotés de multirésistance aux médicaments (en), appelée aussi résistance polymédicamenteuse.

La multirésistance est ainsi une étape vers l’impasse thérapeutique. Les chercheurs et médecins ont d'ailleurs introduit le concept de « superbug » (super-germe), redoutant l'apparition, possible partout, à tout instant, d'un micro-organisme dévastateur résistant à tous les médicaments connus à ce jour, et le recrudescence d'épidémies[1].

Sommaire

Bactéries concernéesModifier

Elle concerne les bactéries des infections communautaires (ex : pneumocoque, bacilles de la tuberculose) et les bactéries des Infections Nosocomiales (IN)[2].

Les BMR les plus souvent détectées en microbiologie sont par ordre de fréquence :

Une étude[3] publiée par le Journal of Antimicrobial Chemotherapy et menée par une équipe dirigée par des scientifiques de l'Université Murdoch de Perth a montré qu'environ 20 % des mouettes argentées australiennes seraient infectées par des bactéries ultrarésistantes comme le E-coli, qui peuvent provoquer des infections urinaires, des méningites ou des septicémies[4].

Prise en chargeModifier

Le malade est généralement isolé. Un sigle distinctif est apposé sur le dossier médical, infirmier et sur la porte de la chambre. L'identification du germe, sa date d'apparition et le site sont apposés sur la porte de la chambre et sur la feuille de surveillance.

Le lavage des mains effectué à l'entrée et à la sortie de la chambre, avant et après chaque soin, est antiseptique. On pense généralement que ce lavage antiseptique des mains peut être réalisé par des solutés hydroalcooliques. En réalité, des gants doivent être portés pour tout contact avec le patient ou avec le matériel contaminé (drap, lit,...). La consigne stricte est : « Un patient = une paire de gants ; un geste = une paire de gants ». Le port du tablier est obligatoire dès l'entrée dans la chambre et sera jeté avant la sortie.

Le nettoyage des surfaces et de l'environnement se fait au moins une fois par équipe à l'aide de lingettes et de spray désinfectants. Les chambres infectées sont les dernières à être nettoyées quotidiennement. Le matériel entré dans la chambre n'en sort qu'après une décontamination. Les soins nécessitant du matériel réutilisable comme le fibroscope doivent être programmés en dernier, et suivis d'une décontamination (glutaraldéhyde).

TraitementModifier

Ces bactéries exposent au risque d’impasse thérapeutique, imposent une antibiothérapie probabiliste à large spectre responsable de nouvelles sélections bactériennes.

Lorsque cela est possible, un traitement par bactériophagique dans le cadre réglementaire d'une ATUn reste la voie la plus facile pour éradiquer le germe.

Etant donné les difficultés d'accès à la phagothérapie en France et le nombre limité de bactériophagiques autorisés dans le cadre des ATUn, des patients se regroupent en associations pour faciliter l'accès à la phagothérapie[5],[6],[7], voire pour partir se faire soigner à l'étranger lorsque leur état le leur permet.

SurveillanceModifier

En FranceModifier

Dans ce pays existe un Comité technique national des infections nosocomiales qui suit également les accidents avec exposition au sang (AES), comme l'une de ses priorités depuis 1998[8].

Notes et référencesModifier

  1. Éric Postaire, Les épidémies du XXIe siècle, L'Age d'homme, (lire en ligne), p. 64.
  2. source : rapport RAISIN, janvier 2006
  3. (en) « Resistance to critically important antimicrobials in Australian silver gulls (Chroicocephalus novaehollandiae) and evidence of anthropogenic origins », Journal of Antimicrobial Chemotherapy, (consulté le 10 juillet 2019)
  4. « Les mouettes australiennes sont porteuses de "superbactéries" humaines », sur www.lefigaro.fr, (consulté le 10 juillet 2019).
  5. « Phag Espoirs », sur phagespoirs.unblog.fr (consulté le 12 avril 2018)
  6. « Association Phages sans Frontières », sur phages-sans-frontieres.com,
  7. « EuroPhages », sur http://europhages.com (consulté le 14 avril 2018)
  8. Rapport commun GERES, InVS, RAISIN, Surveillance des accidents avec exposition au sang dans les établissements de santé français en 2008, Résultats.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier