Babrius

fabuliste greco-romain
Babrius
Biographie
Époque
Activités
Période d'activité
IIe siècle ou IIIe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata

Babrius est un fabuliste, imité par La Fontaine. Romain de langue grecque, il a vécu au niveau de l’actuelle Syrie[1]. À la fin du Ier siècle, il réécrit les fables d'Ésope. Villemain, ministre de l’Instruction publique, organise sa redécouverte en 1843. On trouve aussi les graphies Gabrias, ou Babrias (Βαβρίας) pour le nom de ce poète.

Papyrus du IIIe siècle ou IVe siècle avec texte grec de Babrius et traduction latine (coll. Amherst)

Deux cents de ses fables nous sont parvenues. Elles sont recueillies dans quelques fragments publiés par Franz Xaver Berger (Munich, 1816), et dans un manuscrit, trouvé par Minoïde Mynas au Mont Athos. Reprenant les textes d’Ésope, Babrius ouvre une nouvelle tradition de la fable[2]. À la place de la prose, il les réécrit en vers (le vers « choliambique ») et les raccourcit. Il transcrit aussi des fables indiennes. Novateur, il sera largement imité, de l’Antiquité à la période classique[3]. Notons que La Fontaine s’en inspire. En conclusion de la fable « Le Pâtre et le lion » (VI, 1), la fabuliste cite ainsi le nom de Babrius dans une note.

ÉditionModifier

Jean François Boissonade de Fontarabie en tira alors une édition princeps à Paris, en 1844 (in-8). Johann Caspar von Orelli, Karl Lachmann, et Théobald Fix en publièrent par la suite des éditions critiques, tandis que Léon Boyer en donna une traduction en vers français. Par la suite, George Cornewall Lewis fit publier à Londres, en 1859, un second recueil attribué à Babrius, contenant apparemment 95 fables nouvelles, mais dont le manuscrit paraîtrait en fait avoir été forgé par M. Mynas.


BibliographieModifier

  • Léon Herrmann, Babrius et ses poèmes, Bruxelles, coll. Latomus CXXXV, 1973.
  • Léon Herrmann, « Babrius et Titus », Revue des Études Grecques, t. 92, nos 436-437,‎ , p. 113-119.
  • Philippe Renault, Babrius, un fabuliste oublié, FEC, n°6, 2003
  • Chloé Laruelle, La réception byzantine des Fables de Babrius, Le Fablier, n°28, 2017
  • P. Soullié, La Fontaine et ses devanciers, 1861, p. 75-77

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. P. Soullié, La Fontaine et ses devanciers, 1861, p. 75-77
  2. Philippe Renault, Babrius, un fabuliste oublié, FEC, n°6, 2003
  3. Chloé Laruelle, La réception byzantine des Fables de Babrius, Le Fablier, n°28, 2017