Börek

patisserie salée

Börek
Image illustrative de l’article Börek
Börek aux épinards

Autre nom Burek, boureka
Lieu d’origine Asie centrale
Créateur Peuples turcs
Place dans le service snack
Température de service ambiante ou chaud
Ingrédients pâte phyllo, viande, fromage ou épinards
Classification cuisine de rue

Un börek, burek, ou beurek, est une variété de pâtisserie salée, originaire d'Asie centrale, qui s'est développée sous l'Empire ottoman. La venue des Turcs, nomades des steppes d'Asie centrale, les popularisèrent dans tout le bassin méditerranéen.

Les böreks sont fourrés avec du fromage, des épinards, de la viande hachée (viande de porc, parfois, pour les pays chrétiens) ou des pommes de terre. Ils sont souvent à base de pâte phyllo (ou yufka), frits (sigara böreği en turc) ou cuits au four. On trouve aussi des variétés à l'eau (su böreği) ou en grec tiropita (au fromage), spanakopita (aux épinards) ou kreatopita (à la viande).

Étymologie et origineModifier

Le mot dérive de la langue turque börek qui désigne tout mets réalisé avec la pâte yufka. Le mot aurait une étymologie turcique, pouvant provenir de la racine bur- signifiant « enrouler » [1],[2]. D'autres proposent au contraire une étymologie persane, le terme pouvant provenir de bûrak[3].

La présence du börek est attestée en Asie Centrale dès le IXe siècle.

Ce mets, très ancien, vient de la cuisine turque et aurait même été développé par les Turcs en Asie Centrale avant leur arrivée en Anatolie[4],[5]. Il s'est probablement répandu dans les Balkans à l'époque de l'Empire ottoman mais selon d'autres sources, ce mets faisait partie de la cuisine byzantine, très répandu en Anatolie (ancienne région byzantine). Mais selon des recherches plus récentes, le börek aurait été créé indépendamment par les turcs nomades d'Asie centrale peu avant le VIIe siècle[6].

AppellationsModifier

La précision doit être apportée systématiquement pour indiquer la région de provenance, le type de cuisson ou le fourrage : peynirli börek pour ceux au fromage, ıspanaklı börek ceux aux épinards ou su böreği ceux qui sont cuits à l'eau.

Ils se vendent en pâtisserie ou dans des échoppes spécialisées — appelées buregdžinica en ex-Yougoslavie, sachébureké en Géorgie ou pita en Grèce —, en Arménie, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Serbie, Albanie, Turquie et plus généralement dans les régions anciennement dominées par l'Empire ottoman.

Les bourek sont également présents en Afrique du Nord, préparés avec des feuilles de brik et spécialement en Algérie, où ils sont préparés sous forme de tube et consommés pendant le ramadan. En Tunisie, le brick n'est qu'une recette du boureq avec un œuf à l'intérieur. Les feuilles de brick sont appelées dioul, khatfa ou warka en dialecte algérien.

En Israël, il est connu sous le nom de borekass et en Bulgarie, il s'appelle banitsa (баница). En Serbie, il existe un plat portant le nom de gibanica, très proche du burek (serbe), mais qui peut aussi être fourré avec de la viande de porc.

RéférencesModifier

  1. Tietze, Türkisches etymologisches Wörterbuch, Band I, Ankara/Wien
  2. Ahmet Toprak, « Articles on Turkish language » (consulté le 27 janvier 2015)
  3. J.-P. de Tonnac (dir.), Dictionnaire universel du pain, Robert Laffont, , 1222 p.
  4. Algar Ayla Esen, The Complete Book of Turkish Cooking, (ISBN 0-7103-0334-3).
  5. Charles Perry, « The taste for layered bread among the nomadic Turks and the Central Asian origins of baklava », in A Taste of Thyme: Culinary Cultures of the Middle East, éd. Sami Zubaida, Richard Tapper, 1994 (ISBN 1-86064-603-4).
  6. Alexander Lee, « A History of Börek » [archive du ], sur History Today, (consulté le 17 septembre 2019)

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :