Ouvrir le menu principal
Shalom2.svg Cette page contient des caractères hébreux. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Cet article traite du sanctuaire dans les églises paléochrétiennes. Pour l'estrade de lecture dans les synagogues, voir bimah

Église à croix inscrite compacte.

Le bêma désigne en grec le sanctuaire, la zone (dans les églises paléochrétiennes et orientales actuelles) située à l'extrémité orientale de l'édifice, devant l'abside, où est placé l'autel. Il est en général surélevé par une plateforme et clos par une barrière de chancel puis par un templon. Son accès est réservé aux membres du clergé qui célèbrent la liturgie.

Il est aussi désigné par les termes presbytérion et hiératéion.

Sommaire

OrigineModifier

Le mot grec βῆμα (bêma), qui désignait les plates-formes d'où les différentes parties s'adressaient à un tribunal, est utilisé dans la Septante, traduction grecque de la Bible, pour rendre l'expression hébraïque מִגְדַּל-עֵץ (migdal-etz) qui signifie « estrade » ou « tour en bois[1],[2] ». C'est de là qu'Ezra le Scribe lisait la Torah au peuple assemblé au Ve siècle avant l'ère commune dans le Temple de Jérusalem.

Ce mot grec a été repris par le judaïsme comme par le christianisme pour désigner dans certains cas l'estrade où se pratique la liturgie.

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :