Béatrice d'Ornacieux

Béatrix ou Béatrice dite d'Ornacieux, 1260-1303[1], est une chartreuse fondatrice d'un monastère. Vénérée comme bienheureuse dans l'Église catholique romaine, son culte est confirmé en 1763 et elle est béatifiée par le Pape Pie IX le [2]. Sa fête liturgique est fixée au 13 février par les chartreux et le dans le diocèse de Valence[3].

Béatrice d'Ornacieux
Beatrice d'Ornacieux.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Religion
Ordre religieux
Étape de canonisation
Fête

VieModifier

Son hagiographie est écrite au XIVe siècle dans l'ouvrage en francoprovençal lyonnais La Vita seiti Biatrix virgina de Ornaciu (« La vie de sainte Béatrice d'Ornacieux vierge ») de la religieuse Marguerite d'Oingt[4].

Béatrix est née aux alentours de 1260 à Ornacieux dans une famille noble et puissante, les seigneurs d'Ornacieux. Entrée en 1273 à la chartreuse de Parménie, elle part ensuite fonder un monastère à Eymeux où elle vit dans l'austérité et y connait de nombreuses extases mystiques[5]. Elle en devient prieure et y meurt vers 1303[6]. Ses reliques sont alors partagées entre Eymeux et Parménie.

Écrit historiqueModifier

Le principal texte la concernant a été écrit au XIVe siècle, par Marguerite d'Oingt, en Francoprovençal, sous le titre original : Li Via seiti Biatrix, virgina de Ornaciu[7]

« § 112 : Quant vit co li diz vicayros que ay o coventavet fayre, ce alyet cela part et en ot mout de dongiers et de travayl, ancis que cil qui gardont lo lua d'Emuet li volissant layssyer co que il demandavet et que li evesques de Valenci o volit commandar. Totes veys yses com Deus o aveyt ordonat oy se fit. »

IconographieModifier

En raison de sa dévotion pour la passion du Christ et des meurtrissures de son corps, elle est souvent représentée tenant un clou ou l'enfonçant dans sa main gauche avec un marteau, pour partager en quelque chose les douleurs de Jésus crucifié[8].

Proverbe populaireModifier

Un dicton du est associé à la sainte : De Sainte Béatrice la nuée, assure six semaines mouillées.

SourcesModifier

  • Bellanger, Th., « Vie de la bienheureuse Béatrice d’Ornacieux. Vierge chartreusine de Parménie au XIIIe siècle, sa vie, sa mort et son culte », Grenoble, 1874, in-8, 200 p.
  • Le petit livre des saints - Rosa Giorgi - Larousse - 2006 - page 98 - (ISBN 2-03-582665-9)
  • Prions en Église - numéro 254 - Éditions Bayard - - page 21
  • Le livre des saints et des prénoms - Alain Guillermou - 1976 - page 55
  • (en)   Cet article contient des extraits traduits d'un article de la Catholic Encyclopedia dont le contenu se trouve dans le domaine public.
  • Escribir y meditar. Las obras de Marguerite d'Oingt, cartuja del siglo XIII - Sergi Sancho Fibla - 2018 - Madrid, Siruela, pages 244-279

Notes et référencesModifier

  1. Dates approximatives
  2. Anal. jur. pont. - 1869 - XI - 264
  3. Nominis : Bienheureuse Béatrix d'Ornacieux
  4. Gaston Tuaillon, La littérature en francoprovençal avant 1700, ELLUG, , p. 42.
  5. (es) Sergi Sancho Fibla, Escribir y meditar. Las obras de Marguerite d'Oingt, cartuja del siglo XIII, Madrid, Siruela, , 391 p. (ISBN 978-84-17454-02-9), p. 244-279
  6. F.A. Lefebvre, Saint-Bruno et l'ordre des Chartreux, Librairie catholique internationale de l'oeuvre de Saint-Paul, , p. 430.
  7. La Bienheureuse Béatrix d'Ornacieux, religieuse de Parménie
  8. Charles Cahier, Caractéristiques des saints dans l'art populaire, Poussielgue, , p. 233.