Aymeric Ier de Châtellerault

noble français, grand-père maternel d'Aliénor d'Aquitaine

Aymeric Ier de Châtellerault
Titre de noblesse
Vicomte
Biographie
Naissance
Décès
Père
Mère
Conjoint
Enfants
Aliénor de Châtellerault
Amable de Châtellerault (d)
Hugues II, Vicomte de Châtellerault (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Blason ville fr Châtellerault (Vienne).svg
Blason

Aymeric Ier (ou Aimery) de Châtellerault (né vers 1077 – décédé le 7 novembre 1151), était un vicomte de Châtellerault et le père d'Aénor de Châtellerault. Par sa fille, il était le grand-père d'Aliénor d'Aquitaine, successivement reine de France et d'Angleterre.

FamilleModifier

Aimery est le fils de Boson II de Châtellerault et de son épouse, Aliénor de Thouars. Ses grands-parents paternels étaient Hugues I de Châtellerault et son épouse, Gerberge. Ses grands-parents maternels étaient Aimery IV, vicomte de Thouars et Arengarde de Mauléon.

VieModifier

MariageModifier

Aimery était marié à Amalberge ou Dangereuse de l'Isle Bouchard, dite la Maubergeonne, fille de Barthélémy de l'Isle Bouchard et de son épouse Gerberge de Blaison[1]. Leur mariage a donné au moins trois enfants :

Le scandaleModifier

En 1115, après sept ans de mariage, Amauberge est " enlevée " de sa chambre par Guillaume IX, duc d'Aquitaine. Elle a été emmenée dans une tour du palais comtal [2]de Poitiers, la tour Maubergeon[3]. En conséquence, Amalberge ou Amauberge ou Dangereuse a été surnommée " la Maubergeonne ". Des enlèvements comme ceux-ci étaient assez courants chez les nobles au Moyen Âge. Cependant, dans ce cas particulier, elle semble avoir contribué volontiers à l'affaire[réf. nécessaire]. Le duc d'Aquitaine, le premier troubadour connu dont œuvre nous est parvenue, était très populaire auprès des femmes de son temps et était connu pour avoir eu de nombreuses liaisons amoureuses. Cependant, la vicomtesse allait devenir sa maîtresse pour le reste de sa vie. Il n'y a aucune trace de plainte d'Aimey. On pense que c'est parce que le vicomte craignait la colère de son puissant suzerain. Ce serait l'épouse du duc, Philippa de Toulouse, qui aurait pris des mesures contre " l'enlèvement " et le scandale. Ses actions conduisirent à la fois Guillaume et Dangereuse à être excommuniés par le pape. Guillaume a utilisé sa richesse et son pouvoir pour finalement se réconcilier avec le Pape et a été accepté de nouveau dans l'Église[réf. nécessaire]. En 1121, la fille d'Aimery et de Dangereuse, Aénor, épousa le fils et l'héritier de Guillaume IX, qui deviendra le duc Guillaume X d'Aquitaine. On pense que cette union a vu le jour à la demande de Dangereuse. Les historiens ne voient pas d'autre raison à l'union d'un homme aussi puissant avec la fille d'un vassal mineur. Le mariage donna naissance à trois enfants dont Aliénor d'Aquitaine[réf. nécessaire][4].

RéférencesModifier

  1. a b c et d Painter 1955, p. 381.
  2. Le palais comtal de Poitiers et ses abords (IXe-XVIe siècle)HALshs.archives-ouvertes.fr .
  3. Régine Pernoud-Aliénor d'Aquitaine-Albin Michel-poche-2000-p 24.
  4. Jean Flori - Aliénor d'Aquitaine,la reine indomptable-Payot-2004.

BibliographieModifier

  • Painter, « The Houses of Lusignan and Chatellerault 1150-1250 », Speculum, vol. 30, no 3,‎ , p. 374–384 (DOI 10.2307/2848076, JSTOR 2848076).
  • Markale, Jean. Aliénor d'Aquitaine: reine des troubadours. Rochester, Vt.: Inner Traditions, 2007. Impression.
  • Paden, Bardin, Hall et Kelly, « The Troubadour's Lady: Her Marital Status and Social Rank », Studies in Philology, vol. 72, no 1,‎ , p. 28–50 (JSTOR 4173861).
  • Swabey, Ffiona. Aliénor d'Aquitaine, l'amour courtois et les troubadours. Westport, Conn .: Greenwood Press, 2004. Impression.
  • Weir, Alison. Aliénor d'Aquitaine: une vie. New York: Ballantine Books, 2000. Impression.