Ouvrir le menu principal

Axios (cheval)

race de chevaux grecque
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Axios.

Axios
Chevaux de l'Axios dans la végétation du delta
Chevaux de l'Axios dans la végétation du delta
Région d’origine
Région Drapeau de la Grèce Grèce (Macédoine grecque)
Caractéristiques
Morphologie Poney
Robe gris, bai, bai-brun, noir, alezan ou rouan
Autre
Utilisation Population sauvage

L'Axios est une race de chevaux marronne, propre au delta de l'Axios, en Macédoine grecque, au nord de la Grèce. Ces animaux robustes et de taille moyenne, proches des races pindos et thessalien, proviennent de chevaux de travail relâchés par les agriculteurs grecs locaux dans les années 1960 et 1970. La riche zone humide formée par le delta leur offre un biotope favorable, leur permettant de survivre en troupeaux sauvages dans le parc national créé depuis lors. On compte en 2010 moins d'une centaine d'individus, ce qui inclut l'Axios dans les populations équines en danger critique d'extinction. Ces chevaux évoluant au milieu de l'eau sont désormais un argument en faveur du tourisme en Grèce. De nombreuses menaces pèsent sur ces animaux, dont la concurrence alimentaire du bétail, et la capture des juments par les agriculteurs ; la survie de cette race n'est pas assurée sur le long terme.

HistoireModifier

D'après John Menegatos, professeur d'agriculture à l'université d'Athènes, le poney des Balkans, ancêtre des poneys grecs actuels, se divise en deux types, celui des montagnes et celui des basses-terres[1]. Propre au delta de l'Axios, l'Axios relève donc du second groupe.

Ces animaux sont issus de chevaux de travail agricole, abandonnés par leurs propriétaires à la fin des années 1960 et au début des années 1970[2],[3], en raison de la motorisation de cette activité[4],[3]. Les chevaux sont relâchés dans le delta de l'Axios, une zone humide dans laquelle ils trouvent une abondante source de nourriture, et se reproduisent[3],[4]. Leur présence est cependant parfois une nuisance pour les agriculteurs locaux, puisque qu'ils quittent leur biotope durant les périodes d'inondation, et cherchent alors des sources de nourriture dans les cultures de la région environnante, qu'ils endommagent[4]. En 1997, un comptage officiel permet de dénombrer environ 80 chevaux[5].

Les responsables de la gestion du parc national d'Axios-Loudias-Aliakmonas conduisent en 2008 une étude visant à caractériser cette population équine[4]. Ils dénombrent 5 groupes et quelques chevaux isolés, en bonne condition physique dans l'ensemble[6]. Un projet de financement européen sur 2007-2013 prévoit la mise en place d'un abri pour ces chevaux et d'un poste d'observation pour l'écotourisme[7]. De 2008 à 2012, d'après l'association grecque de protection des races animales à faibles effectifs Amaltheia, aucune mesure de gestion particulière n'est cependant mise en place[8].

DescriptionModifier

Considérés comme des poneys, ils sont proches des races Pindos et Thessalien[2],[3]. Certains sujets ont vraisemblablement été croisés avec le Pur-sang[6]. La conformation est uniforme, avec une taille moyenne et un tronc robuste[2],[6].

Comme tous les chevaux à l'état sauvage, les poneys de l'Axios vivent en hardes comportant un étalon reproducteur et plusieurs juments[6], les étalons sans harde constituant des groupes de mâles célibataires[9]. Ils n'ont pas de propriétaire[1]. Les principales causes de mortalité sont les blessures et l'anthracose[8].

Les robes représentées sont le gris, le bai, le bai-brun le noir, l'alezan et le rouan[10],[11].

Argument touristiqueModifier

 
Troupeau à proximité du fleuve Axios.

Les études de caractérisation ont suggéré de valoriser la présence de ces chevaux pour permettre le développement du tourisme équestre en Grèce[1]. En effet, la présence de chevaux sauvages participe à l'attrait exercé par la région dans laquelle ils vivent[12].

Les chevaux de l'Axios constituent désormais un élément important de la faune régionale, et attirent l'attention des touristes de passage[4]. Des sites web dédiés aux visites touristiques en Grèce mentionnent leur présence[13],[14], de même qu'un guide d'observations ornithologiques en Grèce, insistant sur l'aspect « majestueux » de l'observation des chevaux dans l'eau[15].

Diffusion et menacesModifier

Les chevaux sont considérés comme partie intégrante de l'écosystème du delta de l'Axios[3]. Ils sont en compétition avec du bétail et des ovins domestiques pour l'accès aux ressources alimentaires[16], le bétail étant la principale source de dégradation du sol et de l'environnement[17],[18]. Malgré la présence de loups, ces chevaux ne semblent pas subir de prédation importante[16].

Les principales menaces pesant sur eux sont la présence de dépôts de déchets sauvages, de clôtures posées illégalement, et de cadavres d'animaux en décomposition sur le sol, vecteurs de contamination[19]. La région est touchée par la fièvre du Nil occidental[20], et les femelles sont vraisemblablement régulièrement capturées par les locaux, mettant également en péril la pérennité de cette population[21].

En 2008, le comptage a permis de dénombrer 68 chevaux[21] ; les effectifs de la race sont donc stables, ou en légère décroissance[5]. La plupart vivent dans le delta de l'Axios, environ 20 autres sur une île au large du delta du fleuve, près de Thessalonique[3] ; il en existe aussi près du fleuve Aliakmon[22]. En 2010, la population reste d'environ 90 têtes[2] ; le guide Delachaux citant également 90 individus[11]. Cela place l'Axios parmi les races de chevaux en danger critique d'extinction[2],[17]. Bien que la zone ait été déclarée parc national et soit classée Natura 2000, la survie de la race n'est pas assurée sur le long terme[22].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) John Menegatos, D.V.M. Assoc. Professor, « The rare horse and pony breeds in Greece ».
  2. a b c d et e Kugler et Monitoring Institute 2009, p. 79.
  3. a b c d e et f Porter et al. 2016, p. 469.
  4. a b c d et e Konstantinidou et Kostaras 2008, p. 3.
  5. a et b Konstantinidou et Kostaras 2008, p. 34.
  6. a b c et d Konstantinidou et Kostaras 2008, p. 20.
  7. (en) « Project – MANAGEMENT OF RIPARIAN HABITATS AND VISITORS, DISSEMINATION OF KNOWLEDGE AND PUBLIC AWARENESS IN THE PROTECTED AREAS », sur www.keep.eu (consulté le 12 avril 2018).
  8. a et b Amaltheia 2012.
  9. Konstantinidou et Kostaras 2008, p. 28.
  10. Konstantinidou et Kostaras 2008, p. 4-15.
  11. a et b Rousseau 2016, p. 157.
  12. (en) I. A. Spanοs, G. Efthimiou et K. A. Spanos, « Two Islets of Axios River, Rare Natural Biotopes Which Need Special Protection », The Seventh International Conference on Protection and Restoration of the Environment, Mykonos,‎ , p. 1-8 (lire en ligne).
  13. (en) « Visit Greece | Nearby destinations to Thessaloniki », sur www.visitgreece.gr (consulté le 12 avril 2018).
  14. (en) « Travel information National Park of Axios Delta | GreenTraveller », sur greentraveller.gr (consulté le 12 avril 2018).
  15. (en) Chris Vlachos, Birding in Greece, Hellenic ornithological society, (ISBN 978-960-6861-21-5, lire en ligne), p. 63.
  16. a et b Konstantinidou et Kostaras 2008, p. 23.
  17. a et b Konstantinidou et Kostaras 2008, p. 35.
  18. (en) Richard Smardon, Sustaining the World's Wetlands, Springer, New York, NY, (ISBN 9780387494289 et 9780387494296, DOI 10.1007/978-0-387-49429-6_3, lire en ligne), p. 57–92.
  19. Konstantinidou et Kostaras 2008, p. 23-27.
  20. (en) A. Papa, K. Xanthopoulou, S. Gewehr et S. Mourelatos, « Detection of West Nile virus lineage 2 in mosquitoes during a human outbreak in Greece », Clinical Microbiology and Infection, vol. 17, no 8,‎ , p. 1176–1180 (ISSN 1469-0691, DOI 10.1111/j.1469-0691.2010.03438.x, lire en ligne, consulté le 13 avril 2018)
  21. a et b Konstantinidou et Kostaras 2008, p. 33.
  22. a et b Kugler et Broxham 2014, p. 34.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • [Konstantinidou et Kostaras 2008] (en) Myrto Konstantinidou et Nikolas Kostaras, Survey regarding the population & ethology of feral Axios horses in Greece 2008, Amaltheia, Greek Society for the Protection and Preservation of Indigenous Breeds of Domestic Animals, (lire en ligne)
  • [Kugler et Monitoring Institute 2009] (en) Waltraud Kugler et Monitoring Institute, Rare Breeds and Varieties of Greece : Atlas 2010, Montricher, Suisse, Institute for Rare Breeds and Seeds in Europe, (lire en ligne)
  • [Kugler et Broxham 2014] (en) Waltraud Kugler et Elli Broxham, The Ecological Value of Feral Livestock Populations in Europe : Overview, situation and development of a network for management of wild livestock populations, Final Report, SAVE-Project, (lire en ligne)
  • [Porter et al. 2016] (en) Valerie Porter, Lawrence Alderson, Stephen J.G. Hall et Dan Phillip Sponenberg, Mason's World Encyclopedia of Livestock Breeds and Breeding, CAB International, , 6e éd., 1 107  p. (ISBN 1-84593-466-0, OCLC 948839453) 
  • [Rousseau 2016] Élise Rousseau (ill. Yann Le Bris), Guide des chevaux d'Europe, Delachaux et Niestlé, (ISBN 978-2-603-02437-9).   

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 27 avril 2018 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 27 avril 2018 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.