Avrainville (Meurthe-et-Moselle)

commune française du département de Meurthe-et-Moselle

Avrainville
Avrainville (Meurthe-et-Moselle)
Entrée du village
Blason de Avrainville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Toul
Intercommunalité Communauté de communes Terres Touloises
Maire
Mandat
Charles Bilot
2014-2020
Code postal 54385
Code commune 54034
Démographie
Gentilé Avrainvillois
Population
municipale
219 hab. (2017 en augmentation de 6,83 % par rapport à 2012)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 46′ 24″ nord, 5° 56′ 18″ est
Altitude Min. 207 m
Max. 302 m
Superficie 9,73 km2
Élections
Départementales Canton du Nord-Toulois
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Avrainville
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Avrainville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avrainville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avrainville

Avrainville est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

GéographieModifier

 
Fig1 - Avrainville (ban communal)

Avrainville est situé au nord de Toul, à proximité de l'ancienne base aérienne 136 Toul-Rosières. Le territoire de 873 hectares, entre les anciennes voies Toul-Dieulouard et Toul-Montsec comprend ,d'après les données Corine Land Cover de 2011 : 63 % de terres arables, 27 % de forêts et prairies arbustives , 2.7 % de mines et carrières et 6,3 % de zones industrielles[1]. Il est arrosé par les cours d'eau suivants : Le Terrouin (3.818 km), le Ruisseau de l’Étang de Bailly (1.2 km), le Ruisseau de Mandrelle (0.444 km)[2].

E. Grosse indique dans son ouvrage, pour le XIXe siècle[3] :

« Le territoire d'Avrainville est très-productif, c'est un des meilleurs de ces contrées ; il y a quelques vignes d'assez bonne qualité. Ce village possède aussi un moulin (fig1) sur le Terrouin. »

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Avrainville
Manoncourt-en-Woëvre Manoncourt-en-Woëvre Manoncourt-en-Woëvre
Andilly (Meurthe-et-Moselle)   Rosières-en-Haye
Bouvron (Meurthe-et-Moselle) Francheville Jaillon

ToponymieModifier

Avarinvilla (1359), Apvrainville (1602) et Avrainville-sur-Terrouin (1779), sont les graphies recensées par le Dictionnaire topographique du département de la Meurthe[4].

Ce toponyme pourrait avoir été formé par association d'un nom (Avarin-) et du suffixe -villa pour signifier "domaine de".Une source cite également la graphie apri-villa, soit le village du sanglier ou d'Aper[5], d'après la signification latine de ce mot : aper (apri au génitif singulier ) ou nom de personne. C'est le cas pour Saint-Epvre de Toul

HistoireModifier

Préhistoire et antiquitéModifier

Bien que des silex trouvés sur le territoire communal soient signalés[6], les premières traces d'occupation semblent être concentrées autour du lieu-dit (Haie de) Sercourt (Cercourt/ Circourt) (fig1 - Avrainville (ban communal)) ou furent trouvés des objets et constructions attribués à la période gallo-romaine :

«On trouve des vestiges d'habitations romaines à la Croix-Camarade, à la Chatte-Noyée et à la Haie-de-Circourt en ce dernier canton, on a découvert une tête en pierre sculptée, et en Brugné, dans des substructions d'où l'on a tiré des pierres de taille, il a été trouvé des monnaies romaines[7]. »

Moyen âgeModifier

Un carrier a trouvé un vase en poterie grise au lieu-dit Charmoux, un sabre, un stylet, une boucle et des ossements qui évoquent la possibilité d'existence d'une nécropole[6] possiblement du moyen-âge[8] selon E Salin.

«A la Chapelle-Saint-Quirin, vestiges d'habitations. En 1484, les habitants demandent de réédifier une tour de défense, dont la tradition a perdu le souvenir de l'emplacement»

Epoque moderneModifier

Les annales indiquent sous l'ancien régime :

«Dans la forêt (le haut de la croix -fig1), il existe un autel restauré, surmonté d'une statue de la Vierge très-ancienne, but d'un pèlerinage fréquenté avant la Révolution autrefois cette statue était placée dans une niche pratiquée dans un vieil arbre dit le Chêne-de-la-Vierge-au-Bois.

A cent mètres derrière l'église., maison de ferme, anciennement seigneuriale, à laquelle la tradition donne le nom de Château; »


Plusieurs seigneurs se sont disputé les revenus des impôts communaux, notamment les familles de Viange et de Saintignon de Viller :Jean Ier seigneur de Dampierre et seigneur de Saint-Dizier et seigneur de Sompuis, mort en 1258, épouse en 1250: Laure dame d'Avrainville (née en 1225, décédée après août 1281) fille du duc Mathieu II de Lorraine, dynastie de Lorraine). Deux enfants naissent de cette union dont Guillaume Ier seigneur de Saint-Dizier et seigneur d'Urville et seigneur d'Hulbercourt et seigneur d'Avrainville. Laure de Lorraine, fut dame d'Avrainville, par le don que lui en fit Thibaud VI. du nom, comte de Champagne et de Brie, mourut après le 26. août 1281.[réf. souhaitée]

Entre le XIIe siècle et le XVIIe siècle, les commandeurs de Libdeau firent de nombreux échanges de terres avec les seigneurs d'Avrainville[10] puis comme l'indique Lepage :

«En 1708, la seigneurie en haute, moyenne et basse justice, appartenait au duc de Lorraine. Il y avait un maire pour exécuter ses ordres et lever les rentes de son domaine. Ce village dépendait de la prévôté de Pont-à-Mousson, avec appel des causes au bailliage de la même ville en première instance, et en dernier ressort à la Cour Souveraine, Avrainville étant Barrois non mouvant. Il y avait 15 laboureurs, 13 artisans et 5 veuves.»

Enfin en 1836, E Grosse indique :

«Population : 510 habitants, 51 électeurs communaux, 12 conseillers municipaux, 125 feux et 100 habitations.»

AnecdotesModifier

«En 1624, une nommée Marguerite, femme de J. Gugnon d'Avrainville, fut exécutée comme sorcière»[11].

«Monsieur le comte D'Avrainville qui était d'après les gens du pays, un homme très dur et autoritaire ; qu'il employait souvent la cravache sur ses gens alors qu'il était perché sur son cheval. Si bien qu'un jour, ces derniers, ont juré de se venger. Ils ont attendu le soir tombant pour le désarçonner, le dévêtir, et lui dire de se sauver, ce qu'il a fait sans demander son reste. les gens ont jeté tous ses vêtements lui appartement dans un puits, qui est devenu depuis le "trou du Comte". Voila pour la petite histoire, qui est amusante.»

(source : Madeleine Vigneault-D'Avrainville)[réf. souhaitée].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 En cours Charles Bilot    

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13].

En 2017, la commune comptait 219 habitants[Note 1], en augmentation de 6,83 % par rapport à 2012 (Meurthe-et-Moselle : +0,03 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
460406410413463485488470454
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
402406392394376359324318282
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
273261221189172161160203170
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017
166142132144170231213221219
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

SportsModifier

Ce village possède un golf sur les terrains attenant à l'ancien château.

ÉconomieModifier

Les historiens s'accordent à décrire une économie essentiellement agricole et faiblement viticole , au XIXe siècle:  

« Surf. territ. : 708 hectares , dont 490 en terres arables , 164 en bois et 26 en prés et quelques vignes, dont les produits sont d'assez bonne qualité.»[16]

Secteur primaire ou AgricultureModifier

Le secteur primaire comprend, outre les exploitations agricoles et les élevages, les établissements liés à l’exploitation de la forêt et les pêcheurs.

D'après le recensement agricole 2010 du Ministère de l'agriculture (Agreste[17]), la commune d' Avrainville était majoritairement orientée [Note 2] sur la polyculture et le poly - élevage (auparavant même production ) sur une surface agricole utilisée[Note 3] d'environ 395 hectares (surface cultivable communale) en baisse depuis 1988 - Le cheptel en unité de gros bétail s'est réduit de 401 à 238 entre 1988 et 2010. Il n'y avait plus que 4 exploitations agricoles ayant leur siège dans la commune employant 5 unités de travail[Note 4].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Vestiges de la voie romaine de Lyon à Trèves.


  • Château des D'Avrainville XIXe siècle, de style XVIIIe siècle, les années, les changements de propriétaires ont fait qu'il a subi beaucoup de transformations. Dans les années 1800, il a été transformé en moulin à huile[18], qui aujourd'hui est devenu une ferme.



Personnalités liées à la communeModifier

  • Matthias Gérard, Sous-lieutenant, né le 10 décembre à Avreinville, district de Toul, département de la Meurthe , demeurant à Avreinville, Vigneron, dragon au présent régiment, le 10 août 1760, brigadier, le 2 septembre 1767, maréchal-des-logis le premier septembre 1784, sous-lieutenant le 25 janvier 1792, a fait  les campagnes, de Corse en 1760, 61 et 62 et s'est trouvé l'affaire de Nancy, le 31 août 1790[19].
  • Le sculpteur Jean-No exerce dans la commune[20].

Héraldique, logotype et deviseModifier

Avrainville
  Blason
Coupé de gueules à quatre piles d'or et d'azur à la clef d'argent mise en fasce.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • G. Hamm, Carte Archéologique de la Gaule. 54. La Meurthe-et-Moselle, Paris, 2005.
  • Lettre de Liliane Davrainville Rouland à Pierre Davrainville et Madeleine (Vigneault) du Québec.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.
  2. Orientation technico-économique de la commune :  production dominante de la commune, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel de l'ensemble des exploitations agricoles de la commune à la production brute standard.
  3. Superficie agricole utilisée : superficies des terres labourables, superficies des cultures permanentes, superficies toujours en herbe, superficies de légumes, fleurs et autres superficies cultivées de l'exploitation agricole.
  4. Unité de travail annuel : mesure  en équivalent temps complet du volume de travail fourni par toutes les personnes intervenant sur l'exploitation. Cette notion est une estimation du volume de travail utilisé comme moyen de production et non une mesure de l'emploi sur les exploitations agricoles.

RéférencesModifier

  1. http://sigesrm.brgm.fr/?page=ficheMaCommune&codeCommune=54034
  2. « Sandre Portail national d'accès aux référentiels sur l'eau | Fiche cours d'eau », sur services.sandre.eaufrance.fr (consulté le 13 mars 2019) : Le Terrouin (A58-0200) PK: 974713 | Ruisseau de Trondes (A5800330) PK: 978376 | Rupt de Bagneux (A5800390) PK: 980440 | Ruisseau du Moulin de Lacore (A5800410) PK: 982347 | Ruisseau de Woevre (A5810310) PK: 984119 | Ruisseau de Menil-La-Tour (A5820320) PK: 989286 | Ruisseau de la Grande Tourniere (A5820360) PK: 989854 | Ruisseau de Mandrelle (A5820370) PK: 990019 | Ruisseau de l'Etang de Bailly (A5820400)
  3. E. Grosse, Dictionnaire statistique du département de la Meurthe : contenant une introduction historique..., Nabu Press, (réimpr. 2012) (1re éd. 1836), 972 p. (ISBN 978-1-278-24895-0 et 1-278-24895-1, OCLC 936241814, lire en ligne), p. 35
  4. Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, Paris, Imprimerie impériale, 1862
  5. Aper sur wiktionary.fr
  6. a et b Jules (18-1921) Auteur du texte Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle, époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes , par le Cte J. Beaupré,..., (lire en ligne), p. 19

    « Hache en silex »

  7. http://visualiseur.bnf.fr/CadresFenetre?O=NUMM-33691&M=notice Type :PERIODIQUE Auteur :Société d'archéologie lorraine Titre(s) :Mémoires de la Société d'archéologie lorraine Publication :A. Lepage (Nancy)
  8. Édouard Salin, « Caractères généraux, nomenclature et carte archéologique des cimetières du haut moyen âge du département de Meurthe-et-Moselle », Bulletin Monumental, vol. 96, no 2,‎ , p. 191–218 (DOI 10.3406/bulmo.1937.8528, lire en ligne, consulté le 13 mars 2019)
  9. Société d'archéologie lorraine Auteur du texte et Musée lorrain (Nancy) Auteur du texte, « Le Pays lorrain : revue régionale bimensuelle illustrée / dir. Charles Sadoul », sur Gallica, (consulté le 13 mars 2019)
  10. Henri (1814-1887) Auteur du texte Lepage, Les communes de la Meurthe : journal historique des villes, bourgs, villages, hameaux et censes de ce département.... Volume 1 : par Henri Lepage,..., (lire en ligne)
  11. Henri (1814-1887) Auteur du texte Lepage, Les communes de la Meurthe : journal historique des villes, bourgs, villages, hameaux et censes de ce département.... Volume 1 : par Henri Lepage,..., (lire en ligne), p. 63
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  16. Grosse, E., Dictionnaire statistique du departement de la meurthe : contenant une introduction historique ..., Nabu Press, (ISBN 1-278-24895-1 et 978-1-278-24895-0, OCLC 936241814, lire en ligne)
  17. « Ministère de l'agriculture et de l'alimentation - agreste - La statistique, l'évaluation et la prospective agricole - Résultats - Données chiffrées », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le 28 novembre 2019) : Principaux résultats par commune (Zip : 4.4 Mo) - 26/04/2012 - http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/zip/Donnees_principales__commune.zip
  18. Statistique administrative et historique du département de la Meurthe de Louis Antoine Michel,page 162,Publié par chez l'auteur, 1822
  19. Chasseurs à cheval de la République française : services des officiers de tous grades ([Reprod.]), (lire en ligne), p. 48
  20. www.jean-no.fr/