Avortement en Colombie

L'avortement en Colombie est légal depuis le , à la suite d'un arrêt de la Cour constitutionnelle. Les femmes ont ainsi la possibilité de recourir à un avortement pour n'importe quel motif jusqu'au sixième mois de gestation (24e semaine)[1],[2].

Manifestation en faveur du droit à l'avortement en Colombie en 2009.

La Cour constitutionnelle dépénalise son usage le pour les cas de viol, d'une malformation du fœtus empêchant sa survie après la naissance ou d'une grossesse mettant en danger la santé de la mère. Les médecins peuvent cependant refuser de procéder à un avortement par objection de conscience. Entre 1979 et 2006, cinq propositions de loi de dépénalisation sont rejetées[3].

Notes et référencesModifier

  1. « La Colombie dépénalise l’avortement jusqu’à vingt-quatre semaines », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  2. « La Colombie dépénalise l'avortement jusqu'à vingt-quatre semaines de grossesse », sur France 24, FRANCE24, (consulté le ).
  3. Michel Taille, « La Colombie fait un petit pas vers le droit à l'avortement », Libération,‎ .