Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avant-garde.
Avant-Garde caennaise
Logo du Avant-Garde caennaise
Généralités
Surnoms l'Avant-Garde
Noms précédents Avant-Garde caennaise Saint-Sauveur
Fondation 1902
Siège 6 Rue du Petit Clos Saint-Marc
14000 Caen
Président Michel Charpentier
Sections actuelles basket-ball, football,
gymnastique, judo,
karaté, tennis de table
volley-ball, pétanque
Site web http://www.agcaen.com

L'Avant-Garde caennaise (AGC) est un club omnisports fondé en 1902 à Caen (Calvados).

HistoriqueModifier

OriginesModifier

Le club est fondé en 1902 comme patronage paroissial par trois personnes de la paroisse Saint-Sauveur avec l'aide du vicaire, l'abbé Adam. Il se fait alors appeler Avant-Garde caennaise Saint-Sauveur et a son siège rue de la Monnaie de 1902 à 1903 puis 10 rue Froide[1]. La pratique de la gymnastique est la première activité du club.

En 1906, une section de football et une de cross-country sont créées[1]. Le club change alors de nom pour prendre celui, définitif, d'Avant-Garde caennaise (AGC)[2] et déménage 27 rue Froide. M. Savare, conseiller général, est en le président. La clique, le tir et le théâtre se développent. La gymnastique obtient des premières places aux concours régionaux de gymnastique de la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France (FGSPF)[N 1].

En 1913, le club enseigne la préparation militaire. Durant la Première Guerre mondiale, soixante quatre membres sont mobilisés, dix-sept y perdent la vie[1].

L’Avant-Garde est agréée du gouvernement en 1917.

L'entre-deux guerresModifier

Après le conflit, le club redémarre en 1919 avec les anciennes sections plus une section d'athlétisme[1]. Le football se développe avec quatre équipes ainsi que la musique, l’athlétisme et la préparation militaire qui accueille dans ses rangs un futur maréchal de France, Marie-Pierre Koenig. La gymnastique progresse avec ses sections adultes et pupilles dont l’une des équipes participe aux concours fédéraux, est classée 3e au plan national. Une équipe féminine de gymnastique, La Phalange Notre-Dame, est créée.

Le théâtre fait vivre l'association avec des représentations régulières, à Caen et dans le département, de pièces religieuses ou revues écrites par l’un de ses membres, Jean Letellier.

En 1929, l’Abbé Adam, directeur fondateur, est nommé vicaire général du diocèse. En 1930 sont fêtées les noces d’argent de l'association et on assiste aux nominations successives des abbés Harel, Agasse, André et Coeuret comme directeurs jusqu’en 1939. En 1938,M. Domin, imprimeur, remplace M. Savare qui meurt en 1944.

Seconde Guerre mondialeModifier

Pendant la Seconde Guerre mondiale cent membres sont mobilisés, quarante-cinq sont faits prisonniers et deux tombent au champ d'honneur. Parmi les déportés et résistants, trois disparus et sept victimes civiles sont dénombrés. Pendant l’Occupation, les activités fonctionnent clandestinement. Le président Collin meurt en 1942 et est remplacé par M. Voidies, moniteur fondateur. Les locaux de la rue Froide sont détruits par les bombardements en 1944.

L'après-guerreModifier

En 1945, les activités reprennent progressivement en gymnastique et football, dans les ruines de la rue Froide et dans plusieurs locaux en ville (Maladrerie et Hélitas) grâce aux anciens. On assiste aux débuts du tennis de table, du volley-ball et du basket-ball. Les effectifs passent à 350 membres.

Les activités ne redémarrent pleinement qu'en 1951[1]. M. Berrier, ancien de l’AGC, chef d’entreprise devient le président et s’attelle à la reconstitution des installations dans le centre-ville de Caen. Il meurt en 1956 et est remplacé par M. Lefauconnier, maire de Ouistreham.

En août 1958, le directeur-fondateur Mgr Adam meurt et l’abbé Gires est nommé directeur.

En 1960, les nouveaux locaux sont inaugurés, 20 rue de l'Oratoire[1] en présence de l’évêque Mgr Jacquemin, de M. Triboulet ministre, Leroy Ladurie ancien ministre, du sénateur-maire Jean-Marie Louvel ancien ministre, du président du Conseil général, de M. Gilbert Olivier président de la Fédération sportive et culturelle de France (FSCF) et du général d’armée Marie-Pierre Koenig, ancien membre de l’AGC. De nouvelles sections sont créées : judo, hand-ball, une troupe scoute et un groupe de sans-filistes. La branche féminine entre à l’Avant-Garde, en basket, volley et gymnastique.

Toutes les activités sont regroupées au nouveau siège. Les effectifs progressent très sensiblement et les équipes se trouvent en excellence régionale basket, le volley en régionale et au plan national, le tennis de table en Nationale 1, le judo occupe les premières places en régional ainsi qu'au plan national FSCF. Un centre sportif de vacances fonctionne à Veaussieux ainsi que des camps en montagne.

En 1964, Bernard Nourry remplace M. Lefauconnier.

En 1970, l’abbé Gires est nommé vicaire général. Le volley-ball évolue en Nationale 2 pendant deux années. Le tennis de table revient à nouveau en régionale et nationale 4. Des sections de karaté, d'aérobic et de gymnastique volontaire voient le jour ainsi qu’une chorale, le cyclotourisme et des randonneurs. En 1971, Georges Mallet succède à Bernard Nourry.

En 1979, Roland Magdelaine prend la présidence de l'association. Il est remplacé en 1981 par Georges Mallet. Depuis cette date, il est à noter que l’ensemble des activités regroupe plus de 1 100 membres venant de Caen et des environs.

Les nécessités de la pratique des activités nous font une obligation d’utiliser les installations municipales au stade Hélitas, en football à l’Institut universitaire de technologie (IUT) ainsi qu’un gymnase. Un groupe d’anciens et amis fonctionne au sein de l’AGC. Reprenant des manifestations de la FSCF à Caen depuis 1960, les championnats fédéraux ont été accueillis en judo, tennis de table, gymnastique, musique ainsi qu’en athlétisme.

En 1992, le club quitte ses locaux du centre-ville pour des locaux neufs situés 6 rue du Petit Clos Saint-Marc, à La Folie-Couvrechef, au nord de Caen, tout près du campus 2 de l'université[1].

Le XXIe siècleModifier

En 2002, la gymnastique compte plus de 550 adhérents. Le judo et le tennis de table se distinguent sans discontinuer depuis plusieurs années au niveau national. Les activités proposées sont encadrées par des moniteurs professionnels diplômés d’État. Ce sont plus de 1 650 personnes qui pratiquent leur sport préféré au sein de l'AGC.

En 2018, le club compte environ 1 800 adhérents[1]. Le bureau, présidé par Michel Charpentier, est complété par le premier vice-président Guy Cressier, le deuxième vice-président Moïse Claire, le trésorier général André Croguennoc et le secrétaire général Jean Jagut.

PrésidentsModifier

# Nom Période
1 Louis Savare 1906-1938
2 Edmond Domin 1938-1941
3 Collin 1941-1942
4 Voidies 1942-1951
5 Raymond Berrier 1951-1956
6 Charles Lefauconnier 1956-1964
7 Bernard Nourry 1964-1971
8 Georges Mallet 1971-1979
9 Roland Magdelaine 1979-1981
10 Georges Mallet 1981-1993
11 Roger Coum 1993 – 2005
12 Michel Charpentier depuis 2005

DirecteursModifier

# Nom Période
1 abbé Adam 1902-1929
2 abbé Harel 1929-1931
3 abbé Agasse 1931-1937
4 abbé André 1937-1938
5 abbé Cœuret 1938-1939
6 Chatillon 1939-1943
7 Morin 1943-1947
8 Marguerite 1947-1958
9 abbé Gires 1958-1970

Depuis 1970 les abbés Guilbert, Cloteau et le frère Gilles se sont succédé.

Football fémininModifier

La section féminine de football du club est créée en 2008.

PalmarèsModifier

Saisons Division 1 Division 2 Division 3 Phase d'Accession Nationale (PAN) Championnat interrégional féminin (CIR) Championnat Maine-Normand DH Basse-Normandie féminine Coupe de Basse-Normandie féminine Coupe de France féminine
2008-2009 - - - Championnat inexistant Championnat inexistant Championnat inexistant Championnat inexistant - -
2009-2010 - - - - -
2010-2011 - - Championnat inexistant - 6e - 1er tour fédéral
2011-2012 - - - 2e - finale régionale
2012-2013 - - - 3e - finale régionale
2013-2014 - - - 2e 1/2 finale finale régionale
2014-2015 - - 4e (Gr.A) 1er Championnat inexistant finaliste 16e de finale
2015-2016 - - Vainqueur Championnat inexistant 1er Vainqueur 32e de finale
2016-2017 - e (Gr.A) - - - -
2017-2018 - - - - - -
2018-2019 - - - - - - -
2019-2020 - - - - - - -

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. ancien nom de la FSCF

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g et h « Avant-Garde caennaise : Histoire », sur agcaen.com/ (consulté le 21 décembre 2017)
  2. « Une sexagénaire de plus en plus jeune, l'avant garde caennaise », Ouest France,‎

Liens externesModifier