Ouvrir le menu principal

Aux bons soins du docteur Kellogg

film sorti en 1994
Aux bons soins
du docteur Kellogg
Titre original The Road to Wellville
Réalisation Alan Parker
Scénario Alan Parker
Sociétés de production Beacon Communications
Columbia Pictures
Dirty Hands Productions
Per-Fo Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique
Durée 118 minutes
Sortie 1994

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Aux bons soins du docteur Kellogg (The Road to Wellville) est un film américain réalisé par Alan Parker et sorti en 1994. C'est l'adaptation cinématographique du roman homonyme de T. C. Boyle.

SynopsisModifier

Au début du XXe siècle, le docteur John Harvey Kellogg, frère de Will Keith Kellogg (fondateur de la Kellogg Company), invente le beurre d'arachide, les corn flakes, la couverture chauffante, ainsi que les régimes amaigrissants. Les méthodes « révolutionnaires » du docteur attirent de nombreux patients à son sanitarium de Battle Creek, à la fois palace et centre de santé du Michigan, où il exerce des méthodes hétérodoxes pour entretenir la santé, comme l’irrigation du côlon, les chocs électriques, le végétarisme, l’exercice physique et l’abstinence sexuelle. Tout le monde ne pense plus qu’à confier ses problèmes au docteur si bienveillant. C'est justement le cas de la jeune Eleanor Lightbody qui, accompagné de son mari Will, ne voit que dans les soins prodigués par le docteur, le meilleur moyen de sauver son couple au bord de la rupture.

Au même moment, Charles Ossinning, jeune entrepreneur, tente, dans l'espoir de faire fortune en exploitant l'engouement pour les céréales alimentaires de santé, de créer à Battle Creek une fabrique d'aliments céréaliers, aidé par Goodloe Bender, un escroc, et George Kellogg, un fils adoptif de John Harvey Kellogg, à la personnalité instable et dont les rapports avec son père sont exécrables.

Côté patients, Will Lightbody, séparé de sa femme au sanatorium, nourrit bientôt des pensées lubriques pour l’infirmière Graves et la patiente Ida Muntz. Lightbody finira par succomber à ses charmes tandis que sa femme Eleanor, quant à elle, se lie d’amitié avec Virginie Cranehill dont l'attitude à l'égard du plaisir sexuel est, sous l'influence des travaux du Dr Allemand Spitzvogel, très moderne. Lightbody apprendra, par la suite, qu'Ida est morte pendant le traitement. Après la mort d'un patient russe dans le bain sinusoïdal et la découverte d'une autre mort, il s'enfuira du sanatorium lors de l'incendie de celui-ci déclenché à la suite d'une dispute entre John Harvey Kellogg et son fils George.

Eleanor et Will finiront par se réconcilier et auront quatre filles nées de leur mariage.

Ossinning fera fortune en devenant magnat des boissons à base de cola.

Selon le film, John Harvey Kellogg meurt accidentellement en 1943, à l'âge de 91 ans, d'une crise cardiaque lors d'un plongeon (en réalité, il est mort d'une pneumonie).

Fiche techniqueModifier

  • Titre original : The Road to Wellville
  • Titre français : Aux bons soins du docteur Kellogg
  • Réalisation : Alan Parker
  • Scénario : Alan Parker, d'après le roman de T. C. Boyle
  • Direction artistique : John Willett
  • Décors : Brian Morris
  • Costumes : Penny Rose
  • Photographie : Peter Biziou
  • Montage : Gerry Hambling
  • Musique : Rachel Portman
  • Production : Armyan Bernstein, Robert F. Colesberry et Alan Parker ; Marc Abraham et Tom Rosenberg (délégués) ; Lisa Moran (associée)
  • Sociétés de production : Beacon Communications, Columbia Pictures, Dirty Hands Productions et Per-Fo Pictures
  • Sociétés de distribution :   Columbia Pictures,   ARP Sélection
  • Pays d'origine :   États-Unis
  • Langue originale : anglais
  • Budget : 25 millions de dollars
  • Format : Couleur - 35 mm - 1,85:1 - son Dolby SR / SDDS
  • Genre : comédie dramatique
  • Durée : 118 minutes
  • Dates de sortie[1] :
  États-Unis :
  France :

DistributionModifier

ProductionModifier

Le film a été tourné en Caroline du NordWinnabow (en), Wilmington, ...) ainsi qu'au complexe hôtelier du Mohonk Mountain House à New Paltz dans l'État de New York[2].

AccueilModifier

Malgré un budget important de 25 millions de dollars et une distribution de qualité, ce film n'a rapporté que 6,5 millions de dollars aux États-Unis, ce qui constitue un échec important[réf. nécessaire]. Le portrait acide (et en partie imaginaire) du docteur Kellogg, importante icône hygiéniste et religieuse, a déplu, de même que les nombreuses évocations scatologiques et les vues de J. H. Kellogg sur la sexualité tournées en dérision[réf. nécessaire].

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier