Ouvrir le menu principal

Aux Morts des Armées de Champagne

monument aux morts à Sainte-Marie-à-Py et Souain-Perthes-lès-Hurlus (Marne)

Monument « Aux Morts des Armées de Champagne »
Ossuaire de Navarin
Monument de Navarin
Navarin-FR-51-mémorial-A.jpg
Monument de la ferme de Navarin
Présentation
Type
Mémorial
Destination initiale
Monument commémoratif des combats de Champagne (1914-1915-1917)
Destination actuelle
Monument commémoratif des combats de Champagne (1914-1915-1917)
Style
Architecte
Bauer
Construction
Propriétaire
Propriété privée
Statut patrimonial
 Inscrit MH (1994, monument et ossuaire)
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de la Marne
voir sur la carte de la Marne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le monument Aux Morts des Armées de Champagne fut créé en 1923 pour commémorer les sacrifices des soldats lors de la Première Guerre mondiale, il est aussi appelé « ossuaire de Navarin » ou encore « monument de Navarin ». Il est situé dans le département de la Marne (51), sur la D977 entre Sommepy-Tahure et Souain-Perthes-lès-Hurlus, au lieu-dit « La ferme de Navarin », sur le territoire des communes de Sainte-Marie-à-Py et Souain-Perthes-lès-Hurlus.

Le monument et l’ossuaire ont été inscrits au titre des monuments historiques le 27 janvier 1994[1].

ToponymieModifier

Le monument se trouve sur le lieu de la ferme-auberge de Rougemeont dont un dénommé Parfait Camus était propriétaire. Deux versions populaires existent pour l'explication du nom Navarin, soit le nom est dû à la bataille de Navarin à laquelle le propriétaire aurait participé, soit en réponse aux questions des visiteurs « quoi de neuf aujourd'hui » il aurait répondu en patois « n'ava a rin » (rien de nouveau).

HistoriqueModifier

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, un mouvement de mémoire fit que chaque village, ou presque, s'est fait construire son monument en hommage aux soldats morts au combat ; dans certaines communes y furent ajoutées les victimes civiles. Des associations se créèrent aussi pour garder en mémoire les grands lieux de bataille, les actions de certaines unités ; ici, l'association d'anciens combattants se mobilisait pour créer un objet mémoriel aux soldats qui participèrent aux combats de Champagne. Les généraux Henri Gouraud et Alexis Hély d'Oissel avaient pris la tête de l'Association du souvenir aux morts des armées de Champagne (l'ASMAC, qui existe toujours) et collectèrent des dons de la France entière pour que le 4 novembre 1923 la première pierre soit posée. Il fut inauguré le 28 septembre 1924 avec la participation du maréchal Joffre et du général Gouraud. Le monument est l'œuvre des architectes Bauer et Perrin.

Il rappelle, entre autres, les faits d'armes de la 4e armée française, des batailles comme la première bataille de Champagne, la seconde bataille de Champagne ou la bataille des monts de Champagne.

Description du monumentModifier

 
Autel de l'entrée

L'ossuaire - monument Aux Armées de Champagne a la forme d'une pyramide surmontée de trois statues de soldats menaçants, dont celle du général Gouraud qui est inhumé dans le monument. Cette pyramide de grès rose est coiffée au sommet par une sculpture géante de Maxime Real del Sarte, magnifiant un assaut de deux soldats français aidés d'un soldat américain. Le sculpteur se servit, comme modèle, pour le soldat de gauche, de son frère tombé au combat au Moulin de Laffaux sur le Chemin des Dames qui charge avec son fusil en enjambant la borne 25 km de Châlons. Sur la droite le soldat américain est figuré par Quentin Roosevelt, aviateur mort à Chamery, fils du président Théodore Roosevelt, qui scrute l'horizon avec sa mitrailleuse en réserve sur l'épaule. Le centre est tenu par la figure du général Gouraud, surplombant les autres et frappant de sa force l'ennemi, le poing tenant une grenade.

Au centre de la pyramide, se trouve une chapelle avec des plaques déposées par les familles. La rosace centrale est en forme de Croix de guerre. Un deuxième niveau, plus bas fait le tour de la chapelle d'entrée qui est autant un lieu d'exposition, de caveau pour les deux généraux qui y reposent et un lieu de mémoire avec les plaques pour des unités et les trois enfants du président.

InscriptionsModifier

En plus grand :

« Aux Morts des Armées de Champagne »

Juste au-dessus, la liste des 102 divisions françaises, quatre divisions américaines, deux brigades russes, une brigade tchécoslovaque et un régiment polonais.

Sur le côté « Sculp. Réal-del-Sarte 1924, A. Bauer arch. D.P.L.G. » ; En dessous :

« ci gît
le général Henri Gouraud
au milieu de ses soldats de la 4e Armée
qu'il avait tant aimés.
Priez pour eux et pour lui. »

Une plaque à l'intérieur du monument rappelle le sacrifice de quatre des fils de Paul Doumer :

« Au Président de la République
Paul Doumer
6 mai 1932
et à ses quatre fils
André René Marcel Armand
Morts pour la France. »

Galerie d'imagesModifier

PostéritéModifier

Le monument Aux Morts des Armées de Champagne servit au fil des années à recueillir les ossements retrouvés et anonymes ; ils finirent par être plus de 10 000 et l'ossuaire a aussi accueilli comme lieu de dernier repos les dépouilles des généraux Gouraud et Prételat.

Son entretien et son administration sont faits par l'Association du souvenir aux Armées de Champagne et à leur chef le général Gouraud.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier