Ouvrir le menu principal

Autrey-lès-Gray

commune française du département de la Haute-Saône
Ne doit pas être confondu avec Autrey-le-Vay.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Autrey.

Autrey-lès-Gray
Autrey-lès-Gray
Église Saint-Didier d'Autrey-lès-Gray.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Dampierre-sur-Salon
Intercommunalité Communauté de communes Val de Gray
Maire
Mandat
Daniel Floch
2014-2020
Code postal 70100
Code commune 70041
Démographie
Gentilé Attuariens
Population
municipale
372 hab. (2016 en diminution de 17,15 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 29′ 14″ nord, 5° 29′ 30″ est
Altitude Min. 192 m
Max. 254 m
Superficie 32,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Autrey-lès-Gray

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Autrey-lès-Gray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Autrey-lès-Gray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Autrey-lès-Gray

Autrey-lès-Gray est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Sommaire

GéographieModifier

HistoireModifier

Le lieu est occupé depuis longtemps : on a retrouvé des cercueils mérovingien lors de la pose d'égouts, et la chronique de l'abbaye de Bèze cite le don par Amalgaire de la villa Alteriacum à l'abbaye en 630[1]. La famille de Vergy prend possession d'Autrey grâce au mariage de Guy de Vergy avec Alix de Beaumont.

À la fin du XIIe siècle, les templiers y possédaient une maison qui dépendait de la commanderie de La Romagne[2], cette maison transférée aux Hospitaliers après le procès de l'ordre du Temple[3].

L'abbaye Saint-Étienne de Dijon transfère au début du XIIIe siècle son prieuré de Vertfontaine en ce lieu à la suite d'un traité de pariage signé avec les seigneurs de Vergy[4].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle était depuis 1801 le chef-lieu du canton d'Autrey-lès-Gray[5]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Dampierre-sur-Salon.

IntercommunalitéModifier

Autrey-lès-Gray est l'une des communes fondatrices de la petite communauté de communes du Pays d'Autrey, créée le , et qui regroupait environ 3 800 habitants[6].

L'article 35 de la loi n° 2010-1563 du [7] « de réforme des collectivités territoriales » prévoyait d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre, dont la population soit normalement supérieure à 5 000 habitants.

Dans ce cadre, le schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) approuvé par le préfet de Haute-Saône le [8] a prévu la fusion de cette petite intercommunalité avec l'ancienne communauté de communes du Pays de Gray et le rattachement à cette structure des communes isolées de Chargey-lès-Gray, Onay, Velesmes-Échevanney.

La commune est donc membre depuis le de la nouvelle communauté de communes Val de Gray[9].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  17 décembre 1962 Marius Auguste Émile Jean-Baptiste Régent   militaire[n 1]
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Alain Brice    
mars 2014[10] En cours
(au 12 janvier 2016)
Daniel Floch   Retraité

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2016, la commune comptait 372 habitants[Note 1], en diminution de 17,15 % par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7441 2131 3421 4651 1101 2771 2791 3071 368
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3281 2291 2691 0961 0521 008976891858
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
782761793593619602608511584
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
533509500482505497474452390
2016 - - - - - - - -
372--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Intérieur de l'église Saint-Didier.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : de gueules aux trois chevrons d’or.

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • [Locatelli 1992] René Locatelli, Sur les chemins de la perfection : Moines et chanoines dans le diocèse de Besançon vers 1060-1220, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, , 536 p. (ISBN 978-2-8627-2024-1, lire en ligne).
  • [Mouton 1868] Abbé Mouton, Histoire d'Autrey, de sa seigneurie et de ses dépendances, Impr. de Roux, , sur books.google.fr (lire en ligne).
  • [Vergnolle 2001] Éliane Vergnolle (dir.), Christophe Jacques (chapiteaux cath. Besançon), Patricia Ruffy-Chadan (Marast), Géraldine Melot (Courtefontaine), Frédéric Joly (Cherlieu), Vania Jacquelet (Autrey-lès-Gray), Jacques Henriet (Cherlieu) et René Locatelli (introd.), La création architecturale en Franche-Comté au XIIe siècle: du roman au gothique, Besançon, Presses universitaires Franc-Comtoises, coll. « Architecture » (no 1), 2001, sur books.google.fr (ISBN 2-84627-006-6, lire en ligne), « La collégiale d'Autrey-lès-Gray », p. 281-296.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Marius Auguste Émile Jean-Baptiste Régent est décoré de la médaille militaire.
Notes sur la démographie
  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. [Suchaux 1969] Louis Suchaux, La Haute-Saône, nouveau dictionnaire des communes, t. 1, Société d'agriculture, lettres, sciences et arts de la Haute-Saône, 1969, sur books.google.fr (présentation en ligne), p. 215.
  2. Locatelli 1992, p. 437.
  3. Suchaux 1969, p. 218.
  4. Locatelli 1992, p. 360-361
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. « CC du Pays d'Autrey (N° SIREN : 247000318) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 20 mai 2019).
  7. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  8. « Arrêté préfectoral du 23 décembre 2011 portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 20 mai 2019), p. 4.
  9. « CC Val de Gray (N° SIREN : 200036549) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 20 mai 2019).
  10. « Daniel Floch, élu maire », L'Est républicain, édition Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  14. « Église (Autrey-lès-Gray) », notice no PA00102113, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Vergnolle 2001, section « À l'aube du gothique », ch. 3 (Vania Jacquelet, La collégiale d'Autrey-lès-Gray), p. 295.
  16. Suchaux 1969, p. 220.
  17. Acte de décès n° 404, registre des décès de la commune de Paris (5e arrondissement) pour l'année 1970.