Ouvrir le menu principal

Authoison

commune française du département de la Haute-Saône

Authoison
Authoison
Le lavoir-abreuvoir
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Rioz
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Montbozon et du Chanois
Maire
Mandat
Frédéric Tarrapey
2014-2020
Code postal 70190
Code commune 70038
Démographie
Population
municipale
318 hab. (2016 en augmentation de 4,61 % par rapport à 2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 29′ 24″ nord, 6° 08′ 53″ est
Altitude Min. 252 m
Max. 387 m
Superficie 16,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Authoison

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Authoison

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Authoison

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Authoison

Authoison est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Authoison faisait partie depuis 1801 du canton de Montbozon[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est rattachée au canton de Rioz.

IntercommunalitéModifier

Authoison était membre de la communauté de communes du Pays de Montbozon, créée le .

Dans le cadre de la mise en œuvre du schéma départemental de coopération intercommunale approuvé en décembre 2011 par le préfet de Haute-Saône, et qui prévoit notamment la fusion la fusion des communautés de communes du Pays de Montbozon et du Chanois, afin de former une nouvelle structure regroupant 27 communes et environ 6 500 habitants[2], la commune est membre depuis le de la communauté de communes du Pays de Montbozon et du Chanois[3].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Georges Lyautey MPF  
mars 2008 En cours Frédéric Tarrapey DVD[4],[5] Réélu pour le mandat 2014-2020[6]

DémographieModifier

En 2016, Authoison comptait 318 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
630637644612676629649614600
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
569515502434415432403365356
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
381367332279247247259250192
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
208179197223227214255288319
2016 - - - - - - - -
318--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

L'église Saint-Étienne date du XVIIIe siècle. On peut voir un remarquable clocher à lanterne. Ce lieu de culte est situé dans le diocèse de Besançon, desservi par l'Unité Pastorale du Pays Riolais. Le curé est l'abbé Jean-Marie Dufay.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Lucien Bersot, né le 7 juin 1881 à Authoison dans une famille de petits paysans. C'est un soldat fusillé pour l'exemple. Lucien était maréchal-ferrant, marié et père d'une petite fille. Comme il n'y avait plus en magasin de pantalon réglementaire, Lucien Bersot ne pouvait porter que celui en toile blanc fourni avec le paquetage remis lors de l'incorporation. Grelottant de froid dans les tranchées, il demanda le 11 février 1915 au sergent-fourrier un pantalon de laine identique à ceux que portaient ses camarades. Le sergent lui proposa alors un pantalon en loques et maculé de sang, pris sur un soldat mort, ce que Bersot refusa. Pour ce refus, Lucien Bersot se vit infliger une peine de huit jours de prison par le lieutenant André. Mais le lieutenant-colonel Auroux, commandant du régiment, estima cette punition insuffisante et demanda sa comparution en Conseil de guerre spécial, véritable Cour martiale. Comme de nouvelles recrues encore non aguerries venaient d'arriver, son intention était manifestement de faire un exemple de discipline militaire. Traduit pour "refus d'obéissance" le 12 février 1915 devant le Conseil de guerre "spécial" du régiment, présidé par Auroux, Bersot y fut condamné à mort. La peine infligée ne correspondait alors nullement au code de justice militaire car le délit avait été constaté à l'arrière et non au contact de l'ennemi. Deux compagnons du condamné intervinrent alors auprès du lieutenant-colonel pour tenter d'adoucir la sentence, mais ne furent pas entendus et se virent punis à leur tour de travaux forcés en Afrique du Nord. D'autres encore refusèrent de tirer sur leur camarade lors de son exécution. Le destin tragique de Lucien Bersot a été conté dans un livre d'Alain Scoff, Le Pantalon, paru en 1982 chez Jean-Claude Lattès et réédité en 1998. Il donna également lieu à un téléfilm d'Yves Boisset, diffusé sur France 2 en 1999.
  • Mickaël Ravaux, ancien footballeur professionnel habita à Authoison.
  • Anne Marie Malingrey (1904-2002) professeur de Lettres classiques avait des attaches familiales à Authoison. Ses parents Emile Malingrey et Jeanne Rousselot s'étaient mariés à Authoison le 3 septembre 1901. La plupart des lettres qu'elle reçut de Louise Pikovsky lui furent adressées à Authoison, commune où elle se trouvait en villégiature - probablement dans sa famille, à l'époque.

Voir aussiModifier

NotesModifier

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « Arrêté préfectoral du 23 décembre 2011, portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 12 août 2016), p. 3.
  3. « Présentation de la CCPMC », Communauté de communes du Pays de Montbozon et du Chanois (consulté le 16 août 2016).
  4. « Extrait de la fiche de M. Drédéric Tarrapey », sur http://www.lesbiographies.com, (consulté le 20 août 2016).
  5. « Authoison Frédéric Tarrapey reste maire », L'Est républicain, édition de Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  6. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Tourisme à Authoison : lien vers le site de l'office de tourisme au Pays des 7 Rivières : www.tourisme7rivieres.fr