Ouvrir le menu principal

Aussonce

commune française du département des Ardennes

Aussonce
Aussonce
Église Saint-Sindulphe.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Rethel
Canton Château-Porcien
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Rethélois
Maire
Mandat
Bruno Ponsin
2015-2020
Code postal 08310
Code commune 08032
Démographie
Gentilé Alsontains, Alsontaines
Population
municipale
214 hab. (2016 en augmentation de 12,04 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 21′ 02″ nord, 4° 19′ 24″ est
Altitude Min. 94 m
Max. 170 m
Superficie 19,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Aussonce

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Aussonce

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aussonce

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aussonce

Aussonce est une commune française située dans le département des Ardennes, en région Grand Est.

Sommaire

GéographieModifier

Le territoire de la commune est limitrophe de 8 communes, dont 5 communes se trouvent dans le département voisin de la Marne. Une neuvième commune, Selles, également dans la Marne, touche au sud-ouest à Aussonce.

Communes limitrophes de Aussonce
Ménil-Lépinois Juniville
Warmeriville (Marne)   La Neuville-en-Tourne-à-Fuy (Marne)
Heutrégiville (Marne) Pontfaverger-Moronvilliers (Marne) Bétheniville (Marne)

HistoireModifier

Dans le clocher d'Aussonce on pouvait lire l'inscription suivante : « Le 3 avril 1650,a eu lieu la bataille d'Aussonce entre les Allemands et les habitants. Elle a duré depuis neuf heures du matin jusqu'à sept heures du soir. Les habitants ayant été battus ont été obligés de fuir. Le feu a été mis au village, et il en est resté que quelques maisons et quatre granges » [1].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
XIXe siècle   Jules Frérot (1823-1894)   sylviculteur-pépiénériste
  mars 2001 Germain Hainguerlot    
mars 2001 mars 2008 Michel Peze    
mars 2008 aout 2015 Gilles Preaux[2]    
septembre 2015 En cours Bruno Ponsin[3]    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2016, la commune comptait 214 habitants[Note 1], en augmentation de 12,04 % par rapport à 2011 (Ardennes : -2,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
406416419407480512454465474
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
440426395350313316298289277
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
264196207215206194217209195
1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016 -
145136138157161188213214-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

  • Chapelle Saint Sindulphe : au pied de cette chapelle se trouve la source du ru appelé le Relais qui coule vers le département de la Marne à travers « les Marais » pour se jeter dans la Suippe sur le terroir d'Heutrégiville.
  • Le cimetière allemand d'Aussonce [8] Le cimetière allemand se trouvait dans les bois (ayant appartenu au colonel Pierre Bouchez) sur la route d'Heutrégiville face au camp de concentration russe pendant la Première Guerre mondiale. Par la suite les corps ont été mis aux cimetières d'Aussonce et de Warmeriville. Après avoir vécu à La Neuville en TAF, le service d'entretien des sépultures militaires allemandes (SESMA) s'est installé à Heutrégiville sur un terrain vendu par René Verdelet. « La réconciliation par-dessus les tombes » étant la devise.[réf. nécessaire]
  • Commanderie de Merlan.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Jules Frérot, né à Thin-le-Moutier le 9 janvier 1823, décédé à Aussonce le 5 octobre 1894, sylviculteur-pépiniériste établi à Aussonce, membre de la Société des agriculteurs de France, maire d’Aussonce pendant 21 ans, délégué cantonal, ancien suppléant de la justice de paix du canton de Juniville[9],[10].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Abbé Marcq, « Aussonce, La Neuville-en-Tourne-à-Fuy, Germigny-Pend-la-Pie, Merlan : topographie et histoire de ces communes », dans Travaux de l'académie impériale de Reims, 1873, vol. 48, p. 250-388 disponible sur Gallica

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Abbé Marc, op.cit. p. 278.
  2. http://www.lunion.fr/532038/article/2015-08-21/nouvelles-elections-suite-au-deces-du-maire-d-aussonce
  3. http://www.lunion.fr/558142/article/2015-09-26/bruno-ponsin-succedea-l-ancien-maire-d-aussonce-gilles-preaux
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. [1]
  9. « Notices nécrologiques des ALMANACHS MATOT-BRAINE. F. FRÉROT (Jules) », sur La Vie rémoise
  10. David Cannon, Semer et planter, choix des terrains, semis, plantations forestières et d'agrément, entretien des massifs... : traité pratique et économique du reboisement et des plantations des parcs et jardins, J. Rothschild (Paris) (2e édition), (lire en ligne), p. 44

Liens externesModifier