Aurora Cornu

actrice, cinéaste, écrivain et traductrice roumaine
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Cornu.
Aurora Cornu
Nom de naissance Aurora Cornu
Naissance (88 ans)
Provița de Jos, Roumanie
Nationalité Drapeau de la Roumanie Roumain
Profession Actrice
Films notables Le Genou de Claire

Aurora Cornu (née le à Provița de Jos) est une actrice, cinéaste, écrivain, poétesse et traductrice roumaine.

BiographieModifier

De nature indépendante, elle s'enfuit trois fois de chez ses parents, la dernière fois pour de bon à l'âge de 14 ans[1]. Elle fut ensuite recueillie par un oncle[1]. Durant la dictature communiste, son père mourut en prison après avoir été arrêté pour avoir hébergé un général de la défunte Armée royale roumaine (qui était aussi un de ses oncles) durant onze années[1].

Elle a reçu son diplôme de l'école de littérature "Mihai Eminescu" à Bucarest, et a travaillé pendant un temps dans la section de poésie de la maison d'édition "Viața Românească" comme traductrice[2].

Son premier époux, de 1955 à 1959[3] (ou 1960)[1] fut Marin Preda qu'elle a encouragé à publier Moromeții, dont elle avait trouvé le manuscrit dans un tiroir[4].

Son fiancé au milieu des années soixante était le mathématicien Tudor Ganea. Comme toute personne capable et désireuse de penser par elle-même, elle ne parvient pas à s'adapter à la dictature totalitaire, qui cherche à contrôler non seulement la sphère publique, mais aussi les sphères privées et même intimes des citoyens : c'est pourquoi elle vit comme une opportunité le festival de poésie de Knokke–le-Zoute, en Belgique, pour fuir son pays et surtout le régime. Elle s'installe à Paris, où, à court de ressources, elle fut aidée par l'épouse de Pierre Emmanuel qui paya son loyer pendant plusieurs années[2]. À Paris elle se lie, entre autres, avec les émigrés roumains Mircea Eliade, Emil Cioran, et Jean Parvulesco[5].

Entre 1967 et 1978, elle est une collaboratrice de Monica Lovinescu et de Virgil Ierunca dans le cadre de leur programme radio littéraire diffusé par Radio Free Europe[2].

En France, elle épouse Aurel Cornea, un ingénieur du son d'origine roumaine de la télévision française, qui a été retenu en otage par le groupe musulman pro-chiite connu sous le nom de "Hezbollah" pendant dix mois et demi en 1986[2],[6].

Après la Libération roumaine de 1989, elle retrouve ses droits de citoyenne roumaine et revient fréquemment au pays, tout en résidant surtout à Paris et parfois à New York[5].

Elle a financé la construction d'une église à Cornu en Roumanie, dont l'architecture est inspirée d'un dessin du peintre Horia Damian[2].

LivresModifier

  • Studenta (1954)
  • Distanțe (1962)
  • La Déesse au sourcil blanc (1984) (ISBN 2-950057-00-4)
  • Poezii (1995)
  • Fugue roumaine vers le point C, (ISBN 978-2846081528)
  • Marin Preda, Scrisori către Aurora (1998)

TraductionsModifier

  • Hamlet, sous le pseudonyme de Ştefan Runcu dans W. Shakespeare, Romeo şi Julieta. Hamlet, Bucarest, 1962[2].

FilmographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (ro) « Bucurestiul Cultural, nr. 7/2006 », Revista 22 (consulté le 22 janvier 2014)
  2. a b c d e et f (ro) Clara Mărgineanu, « AURORA CORNU: "Literatura a fost singura femeie a lui Marin Preda, singura care nu l-a înşelat" », Flacăra (consulté le 20 janvier 2014)
  3. (ro) « Marin Preda, casatorit cu o evreica », Evenimentul Zilei (consulté le 22 janvier 2014)
  4. (ro) « Aurora Cornu, marea iubire a lui Preda căreia îi datorăm "Moromeţii" », Adevărul (consulté le 20 janvier 2014)
  5. a et b (ro) Radu Aldulescu, « Aurora Cornu – apogeul şi începutul unei poveşti », România Literară (consulté le 20 janvier 2014)
  6. « FRENCH HOSTAGE FREED IN BEIRUT; HOLIDAY GESTURE », New York Times, (consulté le 20 janvier 2014)
  7. « Bilocation », New York Times (consulté le 20 janvier 2014)

Voir aussiModifier

Liens externesModifier