Ouvrir le menu principal

Aurelio González Puente

coureur cycliste espagnol
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir González.
Aurelio González Puente
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Informations
Nom de naissance
Aurelio González PuenteVoir et modifier les données sur Wikidata
Naissance
Nationalité
Équipes professionnelles
1964-1970Kas-Kaskol
Principales victoires
2 classements annexes de grands tours
Mountains.svg Grand Prix de la montagne Tour d'Italie 1967
Mountains.svg Grand Prix de la montagne Tour de France 1968
2 étapes de grands tours
Tour de France (1 étape)
Tour d'Italie (1 étape)

Aurelio González Puente, qui figure dans les palmarès publiés à l'époque où il court sous le nom d'Aurelio Gonzales, né le à Trucíos en Biscaye, est un coureur cycliste espagnol. Bon escaladeur, il est un des rares coureurs à avoir remporté le Grand Prix de la montagne de trois des grands tours cyclistes professionnels : Italie, France, et Suisse. Victime d'une grave chute au Tour de France 1969, il ne retrouve plus ensuite l'aisance qu'il avait dans les cols et cesse la compétition en 1971.

BiographieModifier

Membre de l'équipe KAS, avec laquelle il remporte le classement par équipes du Tour de France 1966, Aurelio Gonzales réalise une bonne saison 1967. 3e de la Vuelta et premier coureur espagnol, il participe au Tour d'Italie où il remporte une demi-étape[1]. Il remporte le grand prix de la montagne de ce Tour et participe sur les routes italiennes à la victoire de son équipe au challenge collectif. L'année suivante, Aurelio se distingue sur les routes du Tour de France, où paradoxalement il est vainqueur de la 6e étape, Dinard-Lorient, qui n'est pas une des plus pentues de ce Tour. Auteur d'une échappée solitaire, il garde 9 secondes d'avance sur le peloton lancé à ses trousses, et sur le vainqueur du sprint pour la seconde place, un routier rouleur du nom de Walter Godefroot et il termine troisième de la 20e étape. Sur ce Tour, l'équipe d'Espagne conquiert la victoire finale par équipes, après qu'un des siens, Gregorio San Miguel eut porté le maillot jaune dans les Alpes. Aurelio Gonzales, pour sa part est vainqueur du grand prix de la montagne de ce Tour de France[2]. En 1969, c'est au Tour de Suisse qu'il remporte le grand prix de la montagne[3]. Il termine second du classement général remporté par le champion du monde en titre, l'Italien Vittorio Adorni. Et, comme dans les épreuves précédemment citées, il remporte avec l'équipe KAS le classement par équipes. Peu de semaines après, au Tour de France, il chute au cours de la 5e étape, Nancy-Mulhouse. Le visage en sang, ce coureur attachant et peu expansif est contraint à l'abandon.

ÉquipesModifier

De 1964[4], année où il passe chez les professionnels, à 1970 Aurelio Gonzales porte les couleurs de l'équipe espagnole KAS.

PalmarèsModifier

Palmarès année par annéeModifier

Résultats sur les grands toursModifier

Tour de FranceModifier

4 participations

  • 1966 : 24e, victoire au classement des équipes avec l'équipe KAS
  • 1968 : 13e, vainqueur   du Grand Prix de la montagne, de la 6e étape et du classement par équipes avec l'équipe d'Espagne
  • 1969 : abandon (5e étape)
  • 1970 : 25e

Tour d'ItalieModifier

1 participation

  • 1967 : 11e, vainqueur   du Grand Prix de la montagne, de la 22ea étape[7] et du classement par équipes avec l'équipe KAS

Tour d'EspagneModifier

3 participations

Notes et référencesModifier

  1. Le dernier jour du Tour d'Italie 1967, la 22e étape est divisée en deux demi-étapes. Aurelio Gonzales gagne dans le premier tronçon, 137 km couru entre Tirano et Madonna del Ghisallo
  2. « Tour de France 1968 - Classement des grimpeurs », sur siteducyclisme.net
  3. grand prix de la montagne du Tour de Suisse 1969 : 1er Aurelio Gonzales 49 points, 2e Mariano Díaz 36 points, 3e Paul Gutty (France) 34 points.
  4. Il est noté comme "néophyte" en 1965, dans la présentation des équipes professionnelles publiées par Miroir du cyclisme, N° 54, février 1965
  5. Palmarès de Aurelio Gonzales, publié dans la rubrique "Monsieur stylo vous répond" (probablement c'est le spécialiste Robert Descamps...), Miroir du cyclisme, N° 169, avril-mai 1973. Monsieur stylo répond en page 37, 2e colonne, à un lecteur de Paris nommé Rodriguez.
  6. Étape Saint-Étienne-Allevard-les-Bains : 1er Aurelio Gonzales, 2e Francisco Gabica, 3e Raymond Poulidor. Source ; N° hors série de Alpes loisirs, juin 1977, 50 ans de Critérium du Dauphiné libéré.
  7. « Giro d'Italia 1967, 22e étape secteur a », sur siteducyclisme.net

Liens externesModifier