Aurélien Pradié

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pradié.

Aurélien Pradié
Illustration.
Aurélien Pradié en 2017.
Fonctions
Secrétaire général des Républicains
En fonction depuis le
(2 mois et 27 jours)
Président Christian Jacob
Prédécesseur Annie Genevard
Député français
En fonction depuis le
(2 ans, 6 mois et 29 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 1re du Lot
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique LR
Prédécesseur Dominique Orliac
Conseiller régional d'Occitanie

(2 ans et 1 jour)
Élection 13 décembre 2015
Circonscription Lot
Successeur Brigitte Rivière
Président de la communauté de communes du Causse de Labastide-Murat

(3 ans, 8 mois et 20 jours)
Élection
Prédécesseur Jean-Pierre Sabrazat
Successeur Chantal Mejecaze
Maire de Labastide-Murat puis de Cœur de Causse

(3 ans, 9 mois et 6 jours)
Élection
Prédécesseur Lucien-Georges Foissac
Successeur Chantal Mejecaze
Conseiller général du Lot

(7 ans et 12 jours)
Élection 16 mars 2008
Circonscription Canton de Labastide-Murat
Prédécesseur Lucien-Georges Foissac
Biographie
Date de naissance (33 ans)
Lieu de naissance Cahors (France)
Nationalité Français
Parti politique UMP (jusqu'en 2015)
LR (depuis 2015)

Aurélien Pradié, né le à Cahors (Lot), est un homme politique français.

Membre de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), devenu Les Républicains (LR), il est successivement conseiller général du Lot, maire de Labastide-Murat — devenu Cœur de Causse en 2016 —, président de la communauté de communes du Causse de Labastide-Murat et conseiller régional d'Occitanie.

Élu député dans la 1re circonscription du Lot lors des élections législatives de 2017, il devient en 2019 secrétaire général de LR après l'élection de Christian Jacob à la présidence du parti.

FamilleModifier

Né de parents gérants d'une petite entreprise du secteur agroalimentaire[1] de négoce de noix[2], il a un frère, boulanger[2]. À la suite d'un accident vasculaire cérébral (AVC), son père devient paraplégique. Aurélien Pradié déclare que cette épreuve « a forgé [s]on engagement » notamment sur les questions liées au handicap[3].

Formation et carrière professionnelleModifier

Aurélien Pradié effectue des études de droit[4] à Toulouse. Il a travaillé pour l'entreprise agroalimentaire Andros, dont le siège est dans le Lot, auprès du PDG Frédéric Gervoson[1].

Parcours politiqueModifier

Au sein de l'UMP et LRModifier

À partir de 2007, il est président des Jeunes UMP du Lot[5].

Il parraine Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017, scrutin lors duquel est élu le président du parti[6],[7]. Il est alors membre du mouvement « Les Populaires », lancé par Guillaume Peltier au sein des Républicains[8]. En novembre 2018, il intègre le « contre-gouvernement » de Laurent Wauquiez, chargé du handicap et des solidarités[9].

En octobre 2019, après l'élection de Christian Jacob à la présidence des Républicains, il devient secrétaire général du parti[10],[11].

Mandats électifs dans le LotModifier

Lors des élections cantonales de 2008, il est élu au premier tour de scrutin sur le canton de Labastide-Murat, devenant le 2e plus jeune conseiller général de France derrière Jean Sarkozy[12] en battant Lucien-Georges Foissac, son ancien instituteur[1]. Sa campagne, menée au guidon de sa mobylette, est atypique[13].

En 2011, Xavier Bertrand, ministre du Travail, lui confie une mission sur l'emploi des jeunes[14].

En 2012, il est candidat à 26 ans de la 1re circonscription du Lot pour l'UMP. Avec 40 % des voix au second tour, il est battu par la députée sortante Dominique Orliac (PRG). Ses comptes de campagne sont rejetés par le Conseil constitutionnel, ce qui lui vaudra une inéligibilité pour un an[15],[16].

À l'issue des élections municipales de 2014, il est élu maire de Labastide-Murat[17], après que sa liste a recueilli plus de 70 % des voix. Il est élu dans la foulée président de la communauté de communes du Causse de Labastide-Murat. Dans cette fonction, il contribue notamment à implanter un pôle de santé sur la commune de Labastide-Murat. En 2016, il devient maire de la commune nouvelle de Cœur de Causse[réf. nécessaire].

Lors du redécoupage électoral qui précède les élections départementales de 2015, l'ancien canton de Labastide-Murat est coupé en deux et Labastide-Murat est fondue dans le grand canton de Causse et Vallées qui regroupe 47 communes. Aurélien Pradié dénonce alors un redécoupage pour le faire battre et renonce à briguer un nouveau mandat. En revanche, cette même année, il est élu conseiller régional d'Occitanie[18] ; il siège à la commission Emploi, Formation professionnelle et Apprentissage[19], ainsi que la commission Agriculture et Appel d'offres. Il est alors tête de liste dans le département et enregistre un des scores les plus élevés de la région Occitanie[réf. nécessaire].

Le , conformément à la loi sur le cumul des mandats, Aurélien Pradié démissionne de ses mandats de maire, président de communauté de communes et de conseiller régional[20]. Il reste cependant conseiller municipal et conseiller communautaire.

DéputéModifier

En juin 2016, il est investi par Les Républicains dans la première circonscription du Lot pour les élections législatives de 2017[21]. Au soir du premier tour, avec 24 % des voix, il est devancé par Sébastien Maurel (28 %) de La République en marche et donné battu au second tour. Mais il crée finalement la surprise en étant élu député avec 51,3 % des voix[22],[1]. Il creuse en particulier l'écart dans les zones rurales du département. Il devient un des plus jeunes députés de l'histoire du Lot et crée une nouvelle fois la surprise dans cette terre historiquement ancrée à gauche[23],[2].

En octobre 2018, il défend à l'Assemblée nationale une proposition de loi en faveur de l'inclusion des enfants et adolescents en situation de handicap au sein de l'école publique. Prévoyant également de donner un véritable statut et une meilleure rémunération pour les accompagnants de ces élèves, sa proposition de loi est soutenue par l'ensemble des groupes politiques. Elle est rejetée par le groupe La République en marche[24],[25].

Le 8 décembre 2018, il lance le premier « conseil des Lotois », à Cahors, comme il s'y était engagé lors de sa campagne législative en 2017. Rassemblant 200 habitants du Lot, il est destiné à aboutir à des propositions qui seront ensuite portées par le député à l'Assemblée nationale[26].

PositionnementModifier

Il revendique une proximité d'idées avec la sensibilité chiraquienne et la droite issue de Georges Pompidou. Membre de l'institut Georges-Pompidou[27], il intègre en avril 2018 le conseil scientifique de la fondation Jacques Chirac[28].

Détail des mandats et fonctionsModifier

À l’Assemblée nationaleModifier

Au niveau localModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d L'Obs avec AFP, « Aurélien Pradié, député du Lot, jeune loup de droite élu en terre radicale », sur L'Obs,
  2. a b et c Vanessa Schneider, « Aurélien Pradié, le jeune député LR qui roule encore à droite », sur M, le magazine du Monde,
  3. Quentin Laurent, « Les Républicains : qui est Aurélien Pradié, l'étoile montante de la droite ? », sur Le Parisien,
  4. Laurent Benayoun et Ria Calonius, « Canton de Labastide-Murat. Duel droite-gauche au cœur du département » sur La Dépêche du Midi, 29 février 2008
  5. Laurent Benayoun, « Labastide-murat. Aurélien Pradié confirme sa candidature » sur La Dépêche du Midi, 24 décembre 2007
  6. Ludovic Vigogne, « La liste des 136 parrains de Laurent Wauquiez », lopinion.fr, 11 octobre 2017.
  7. Virginie Le Guay, « La jeune garde de Laurent Wauquiez », Paris Match, semaine du 16 au 22 novembre 2017, page 42.
  8. « Peltier lance le mouvement « Les Populaires » au sein des Républicains », sur ouest-france.fr, (consulté le 16 février 2018).
  9. Laurent Dubois, « Le député (LR) du Lot Aurélien Pradié dans le "contre-gouvernement" de Laurent Wauquiez », France 3 Midi-Pyrénées,
  10. Thibaut Souperbie, « Les Républicains : Aurélien Pradié, nommé secrétaire général », sur medialot.fr,
  11. Théo Caubel, « Le député du Lot, Aurélien Pradié, nommé secrétaire général des Républicains », France Bleu Occitanie,
  12. Jean-Baptiste Garat et Bruno Jeudy, « La génération Sarkozy à l'assaut des régions » sur Le Figaro, 30 novembre 2009
  13. « Aurélien Pradié : «Je ne veux pas ressembler aux autres» », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2017)
  14. Laurent Benayoun, « Cahors. Emploi jeunes : une mission pour Pradié », sur La Dépêche du Midi,
  15. Laurent Benayoun,« Comptes de campagne déficitaires : Aurélien Pradié (UMP) inéligible un an » sur La Dépêche du Midi, 14 février 2013
  16. Laurent Benayoun, « L'affaire Pradié secoue la classe politique » sur La Dépêche du Midi, 14 février 2013
  17. Laurent Benayoun, « Labastide-Murat. Aurélien Pradié, plus jeune maire du Lot » sur La Dépêche du Midi, 8 avril 2014
  18. Véronique Haudebourg, « Qui sont les conseillers régionaux de Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon ? » sur France 3 Occitanie, 14 décembre 2015
  19. Grande région : dans quelles commissions siègent vos élus ? sur La Dépêche du Midi, 22 janvier 2016
  20. a b c d et e Marc Louison, « En 2018, Aurélien Pradié va continuer à être un "député pirate" », sur La Vie Quercynoise,
  21. Thibaut Souperbie, « Législatives 2017 : Aurélien Pradié désigné candidat » sur medialot.fr, 26 juin 2016
  22. Résultats des élections législatives 2017 - Lot sur le site du Ministère de l'Intérieur, 18 juin 2017
  23. Hervé Boucleinville, « Lot : une bonne étoile pour Aurélien Pradié », sur La Dépêche du Midi,
  24. Pauline Moullot, « Comment les députés LREM ont-ils bloqué la proposition de loi sur les élèves en situation de handicap ? », sur Libération,
  25. Mathilde Damgé et Anne-Aël Durand, « Handicap : la promesse de Macron sur les accompagnants scolaires est-elle tenue ? », sur Le Monde,
  26. « Conseil des Lotois. Première réunion d'installation à Cahors », sur actu.fr,
  27. Thibaut Souperbie, « Législatives : Aurélien Pradié entre en campagne », sur medialot.fr,
  28. Thibaut Souperbie, « Aurélien Pradié intègre le conseil scientifique de la Fondation Jacques Chirac », sur medialot.fr,

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier