Auguste Poulet-Malassis

éditeur et bibliographe français

Auguste Poulet-Malassis, né le à Alençon et mort le à Paris, est un éditeur et bibliographe français. Son nom est associé à celui de son ami Charles Baudelaire dont il édita Les Fleurs du mal.

Auguste Poulet-Malassis
Image dans Infobox.
Auguste Poulet-Malassis en 1878.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 52 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Emmanuel RouillonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Jean-Zacharie-Augustin Poulet-Malassis (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Issu d’une longue lignée d’imprimeurs alençonnais à laquelle on doit une impression de la Bible en français à la Réforme (vers 1540), Poulet-Malassis commence très jeune son apprentissage dans l’entreprise familiale. Il se lie d’amitié avec Léon de La Sicotière au lycée des jésuites d’Alençon. En 1845, il va à Paris faire des études de lettres en tant qu'élève de l'École des chartes. Il découvre aussi les bouquinistes.

Il prend part à la Révolution de 1848 en publiant son propre journal, l’Aimable Faubourien, journal de la canaille : vendu par la crapule et acheté par les honnêtes gens, qui lui vaudra sept mois de prison.

En 1855, il reprend la direction de l’imprimerie familiale avec son beau-frère, Eugène de Broise. Il ouvre une librairie à Paris, rue de Buci.

Il connaît Charles Baudelaire depuis 1850 et est devenu son ami (Baudelaire le surnomme « Coco Mal-Perché »). Le , les éditions Malassis-de Broise et le poète signent le contrat de publication des Fleurs du mal. Attaqué en justice, l'ouvrage est condamné pour outrage à la morale publique : six poèmes devront en être retirés ; Poulet-Malassis et de Broise devront débourser chacun 100 francs d’amende. Le , Baudelaire cède à l’éditeur le droit de reproduction exclusif de ses œuvres littéraires parues ou à paraître, ainsi que de ses traductions d’Edgar Allan Poe.

Auguste Poulet-Malassis édite les poètes du Parnasse, tels Théodore de Banville et Leconte de Lisle.

Mais son goût des auteurs marginaux et des textes licencieux (Nerciat, Crébillon) le conduit à la faillite, prononcée le . Condamné à la prison pour dettes, il s’exile en Belgique, où il continue d'imprimer clandestinement des textes prohibés, en lien avec René Pincebourde, son ancien commis.

Revenu à Paris en , il y meurt, en son domicile sis 59 rue de Grenelle-Saint-Germain.

Un hommage de Baudelaire à l'époque de l'exilModifier

 
1re édition des Fleurs du mal de Charles Baudelaire. Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1857, relié ici par Charles Meunier vers 1900.

Tiré des poèmes divers (Fleurs du Mal) de Baudelaire :


                 XVIII

Monsieur Auguste Malassis
Rue de Mercélis
Numéro trente-cinq bis
Dans le faubourg d’Ixelles,
Bruxelles.
(Recommandée à l’Arioste
De la poste,
C’est-à-dire à quelque facteur
Versificateur)

BibliographieModifier

  • Christophe Carrère, « Vingt lettres retrouvées d'Auguste Poulet-Malassis et Charles Asselineau », Histoires littéraires, Tusson, Du Lérot, n° 62, avril-mai-, p. 91-119.
  • Auguste Poulet-Malassis, Lettres à Charles Asselineau (1854-1873), édition établie, présentée et annotée par Christophe Carrère, Paris, Honoré Champion, coll. « Bibliothèque des correspondances, mémoires et journaux », no 73, 2013, (ISBN 978-2-74532-477-1).
  • Benoît Noël, Auguste Poulet-Malassis & Charles Baudelaire, 150 ans de l’édition des Fleurs du Mal, Ville d’Alençon éditeur, 2007.
  • Benoît Noël et Laurent Paturaud, Auguste Poulet-Malassis, éditeur alençonnais d’avant-garde, Ville d’Alençon éditeur, 2007.
  • Gérard Oberlé, Auguste Poulet-Malassis, un imprimeur sur le Parnasse. Ses ancêtres, ses auteurs, ses amis, ses écrits, Montigny-sur-Canne, Manoir de Pron et Imprimerie alençonnaise, 1996.
  • Claude Pichois, Auguste Poulet Malassis : l’éditeur de Baudelaire, Paris, Fayard, 1996, (OCLC 782242711), (ISBN 978-2-21359-600-6)
  • René Jouanne, Baudelaire et Poulet-Malassis. Le procès des Fleurs du mal, Imprimerie alençonnaise, 1952.
  • Maurice Tourneux, Auguste Poulet-Malassis, notes et souvenirs intimes, Aux bureaux de l’Artiste, 1893, lire en ligne sur Gallica.
  • Comte Gérard de Contades, Bibliographie raisonnée et anecdotique des livres édités par Auguste Poulet-Malassis (1853-1862), collection Poulet-Malassis, Paris, Rouquette, 1885, lire en ligne sur Gallica.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :