Auguste François

consul et photographe français

Auguste François est un diplomate et photographe français né le à Lunéville (Meurthe-et-Moselle)[1] et mort le à Belligné (Loire-Atlantique). Il est connu en Chine sous le nom de 方苏雅 (Fang Su Ya).

Auguste François
Image dans Infobox.
Portrait d'Auguste François portant le costume d’un fonctionnaire chinois (1898)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
BellignéVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions
Le consul Auguste François en 1901

BiographieModifier

Auguste François a commencé sa carrière en France dans l'administration départementale à Arras, à Nancy puis à Paris. En 1886, rattaché aux Affaires étrangères, il part pour l'Extrême-Orient avec Paul Bert le nouveau résident général en Annam-Tonkin. Il passe deux ans au Tonkin, d'abord Vice-résident à Sontay, puis Vice-résident Chef de cabinet du résident général Paul Bihourd à Hanoï. Dans le cadre du protectorat, il est chargé de l’organisation administrative et des relations avec les fonctionnaires annamites. Rappelé en France en 1888, Auguste François exerce diverses fonctions à Paris puis devient le secrétaire du ministre Jules Develle dont il intègre le cabinet aux Affaires étrangères. Auguste François est nommé consul de France, d'abord à Asunciớn au Paraguay de 1893 à 1895, puis en Chine à Longzhou (Guangxi) jusqu'en 1898.

 
Auguste François, consul de France, avec le général Su à Yunnanfu, 1902.

De 1899 à 1904 il est affecté à Yunnan-fu, (aujourd'hui Kunming) dans le Yunnan en qualité de consul général et de délégué du gouvernement français. Fin 1904, il rentre en France avec une santé affaiblie. Le , il épouse à Paris Hélène Gabrielle de Mallmann et en 1908 met fin à sa carrière administrative avec le titre de ministre plénipotentiaire honoraire.

Les documentaires tournés par Auguste François vers 1902 au Yunnan et conservés au Pitt Rivers Museum (en) sont considérés comme les plus anciens films réalisés en Chine.

Auguste François fut nommé consul général honoraire délégué au chemin de fer par le ministère des Affaires étrangères français. Au Yunnan, sa mission était d'organiser et de superviser les négociations qui rendirent possible la construction de la ligne de chemin de fer reliant Lao-Kay au Tonkin et Yunnanfu. Légaliste, il évita un conflit armé entre la France et la Chine en s'opposant aux velléités d'annexion du gouverneur général de l'Indochine, Paul Doumer. La construction du « Chemin de fer du Yunnan », au vu des reliefs abrupts traversés, constitue une performance humaine et technique exceptionnelle.

Auguste François participa à des explorations dans l'est du Tibet et photographia en détail les lieux qu'il visita en Chine (Guangdong, Guangxi, Guizhou, Yunnan, Sichuan), mais aussi les personnalités officielles, et les gens du peuple. Son œuvre est l'un des plus importants témoignages de la vie en Chine à la fin de la dynastie Qing. En outre, ami de Léon Gaumont, ses reportages cinématographiques sont considérés comme les premiers films tournés en Chine. Officier de la Légion d'Honneur (1900) et grand officier de l'ordre du Dragon d'Annam (1901), il avait aussi reçu en 1897 la décoration de l'Ordre du Double Dragon de la Chine impériale.

Auguste François était le beau-frère du physicien René de Mallmann et l'oncle de l'orientaliste Marie-Thérèse de Mallmann.

Collections, expositionsModifier

De nombreuses institutions françaises conservent des écrits, des documents, des photographies ou des objets laissés par Auguste François, notamment :

Des expositions de ses photos ont souvent été présentées en France et à l'étranger : Lunéville, Angers, Nantes, Versailles, Toulouse, Huesca, Singapour, Kunming, Chengdu, Pékin, Asunciớn, Curitiba, Nice, Paris...

Des images cinématographiques tournées au Yunnan entre 1900 et 1903 sont conservées au CNC, à la Cinémathèque française, aux Archives Gaumont et dans des institutions scientifiques à Londres, Oxford et Leiden.

Des photos et documents concernant le Paraguay sont conservés au Cabildo à Asunción et aux archives du ministère des Affaires étrangères à La Courneuve.

NotoriétéModifier

Depuis 1898, une espèce de singe originaire du sud de la Chine qu'Auguste François avait fait découvrir au musée d'Histoire naturelle de Paris porte son nom : Trachypithecus francoisi, connu aussi sous les noms de Semnopithèque de François, François' langur ou François' leaf monkey et que les Chinois appellent 黑叶猴[2].

Dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l'établissement des relations diplomatiques France-Chine, deux expositions photographiques ont été consacrées au consul Auguste François :

En 2011, Auguste François avait également été sélectionné par le ministère des Affaires étrangères pour figurer en bonne place dans l'exposition « Diplomates-Écrivains XIXe – XXe siècles ».

Le nom d'Auguste François a été donné à une rue de Lunéville (Meurthe-et-Moselle), à une résidence sociale à Muzillac (Morbihan), à un square à Belligné (Loire-Atlantique) ainsi qu'à un parc public de Kunming, la capitale du Yunnan ( 方苏雅公园 ).

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Acte naissance naissances AD 54 p. 579/879
  2. (en) Bo Beolens, Michael Watkins et Michael Grayson, The Eponym Dictionary of Mammals, Baltimore, Johns Hopkins University, , 574 p. (ISBN 978-0-8018-9304-9).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • L'Œil du consul - Auguste François en Chine (1896-1904), textes et photographies d'Auguste François, Éd. Le Chêne, Musée Guimet, J.-F. Jarrige, D. Liabœuf, G. Svartzman, P. Seydoux, 1989, (ISBN 978-2851086075)
  • Le Mandarin blanc - Souvenirs d'un consul en Extrême-Orient 1886-1904, éditions l'Harmattan, 2006, (ISBN 2-296-00291-9)
  • Le Consul qui en savait trop - Les ambitions secrètes de la France en Chine, Désirée Lenoir, Nouveau Monde éditions, 2011, (ISBN 978-2-84736-571-9), sélectionné par le Centre mondial pour la paix parmi les finalistes du « prix mondes en guerre, mondes en paix » 2011
  • 领事方苏雅:滇越铁路与云南往事, Désirée Lenoir(希 望), Yi Lin Editions (Nanjing, PRC Chine), 2019, ISBN: 978-5-905474-02-6, édition chinoise de l'ouvrage Le Consul qui en savait trop-Les ambitions secrètes de la France en Chine, avant-propos de Sylvie-Agnès Bermann, ambassadeur de France en Chine (2011-2014)
  • L'Iconoclaste : L'histoire véritable d'Auguste François, consul, photographe, explorateur, misanthrope, incorruptible et ennemi des intrigants, Boris Martin, Les Editions du Pacifique, 2014, (ISBN 978-2-87868-174-1)
  • De la Mer de Chine au Tonkin - Photographies 1886-1904, Musée Georges Labit, Toulouse - Somogy Editions d'Art, Paris, 1996, (ISBN 2-85056-247-5)
  • Auguste François en/au Paraguay - Fotografias/Photographies 1894-1895, Adriana Almada, Alianza Francesca - FONDEC - Fausto Ediciones, Asunciõn, 2011, (ISBN 978-99953-917-4-4)
  • 历史的凝眸--清末民初昆明社会风貌摄影纪实(1896-1925), Kunming, 2000, (ISBN 7-80586-655-4)

Télévision et médiasModifier

  • L'Œil du consul, documentaire de Jorge Amat, Tanguera Films / France 3 /RMN, Paris, 1999

Liens externesModifier