August Riedel

peintre allemand
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Riedel.
August Riedel
August Riedel.jpg
August Riedel en 1827.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Genre artistique
Distinction
Acattolico - Augusto Riedel (1883) P1060038.JPG
Tombe de Riedel au cimetière du Testaccio

Johann Friedrich Ludwig Heinrich August Riedel est un peintre allemand né à Bayreuth le et mort à Rome le [1].

BiographieModifier

Fils de l'architecte Karl Christian Riedel, August Riedel suit à partir de 1820 les cours de l'Académie des beaux-arts de Munich où il montre des dispositions particulières pour la couleur. Ses difficultés avec Peter von Cornelius le conduisent à Dresde où il se familiarise avec les maîtres anciens. En 1828, il part pour l'Italie où il s'installe définitivement en 1832 et où il développe encore son sens aigu de la couleur. Il fait partie, dans sa jeunesse, du mouvement nazaréen puis, dans ses années de maturité, de l'Académie San Luca. Précurseur des « Romains allemands » représentés par Anselm Feuerbach, il a une réputation de portraitiste sensible et est particulièrement remarqué pour ses scènes de genre folkloriques caractérisées par leur luminosité[2]. Il connaît un discret succès en Allemagne dans le milieu du XIXe siècle. Ses œuvres sont exposées à la Neue Pinakothek de Munich et à la Alte Nationalgalerie de Berlin. Il est jusqu'à sa mort professeur à l'Académie San Luca de Rome.

À l'époque de son séjour romain de l'automne 1852, Paul Heyse le décrit ainsi[3] :

« Degli artisti più vecchi [n.d.r. incontrati a Roma] devo ancora menzionare Riedel, il cui atelier si trovava in via Margutta, munito su tre lati di finestre, attraverso le cui tende, aperte a metà o del tutto, potevano filtrare i raggi del sole, ora più ora meno, sempre esattamente nella giusta intensità richiesta di volta in volta dal pittore, per dar luce trasparente a una guancia, a una nuca, o anche soltanto al lobo di un orecchio. […] Quest'uomo magnifico, totalmente romanizzato, era un artista completo, dalle cui opere si poteva trarre una vera gioia. Io mi sono anche rallegrato per qualche piacevole ora trascorsa nel suo studio, dal quale si godeva una magnifica vista sul Pincio; ho goduto del suo conversare sincero e intelligente, mentre i suoi canarini volavano, cantando e cinguettando da un cavalletto all'altro. »

— Paul Heyse[4]

À sa mort, ses « amici e colleghi in arte », comme on peut le lire dans l'épigraphe, lui érigent au cimetière du Testaccio un haut catafalque, d'où son portrait doré reçoit encore toute la lumière possible.

DistinctionModifier

  Médaille de l'ordre bavarois de Maximilien pour la science et l'art (1863)

ŒuvreModifier

Notes et référencesModifier

  1. Christa Schaper, August Riedel. Ein Bayreuther Maler-Professor an der römischen Akademie San Luca. Il existe plusieurs versions concernant sa date de naissance : le Allgemeine Deutsche Biographie donne 1800 ; David Charles Preyer quant à lui donne 1802 : (en) David Charles Preyer, The art of the Berlin galleries: giving a history of the Kaiser Friedrich Museum with a critical description of the paintings therein contained, together with a brief account of the National Gallery of XIX Century Art, L.C. Page, , 290 p. (lire en ligne)
  2. (de) « August Riedel (1799 ‐ 1883) », Neue Pinakothek, Munich (lire en ligne)
  3. (it) Paul Heyse, Un anno in Italia - Ein Jahr in Italien, Milan, Franca Belski, 2000, p. 46 (lire en ligne)
  4. « Parmi les plus vieux artistes [n.d.r. rencontrés à Rome] je dois encore mentionner Riedel, dont l'atelier de la via Margutta était muni sur trois côtés de fenêtres à travers les rideaux desquelles, tirés à moitié ou complètement, pouvaient filtrer les rayons du soleil, parfois plus, parfois moins, toujours exactement à la juste intensité voulue par l'artiste pour donner une lumière transparente à un gant, à une nuque, où simplement au lobe d'une oreille […] Cet homme magnifique, totalement romanisé, était un artiste complet, dont les œuvres procuraient une véritable joie. J'ai personnellement été enchanté des quelques heures agréables passées dans son studio, depuis lequel on pouvait profiter d'une magnifique vue sur le Pincio ; je me suis réjoui de sa conversation sincère et intelligente, pendant que ses canaris voletaient en chantant et en gazouillant d'un chevalet à l'autre. » — Traduction Wikipédia

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :