Ouvrir le menu principal

August Heinrich Simon

politicien allemand
August Heinrich Simon
Heinrich Simon.jpg
August Heinrich Simon
Fonction
Membre du Parlement de Francfort
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

August Heinrich Simon (né le à Breslau et décédé le dans le lac de Walenstadt) est un homme politique allemand démocrate.

BiographieModifier

Simon étudie le droit et l'économie de 1824 à 1827 à l'université Humboldt de Berlin et à Breslau. En 1824, il devient membre de la Burschenschaft de cette dernière ville[1].

En 1827, il devient fonctionnaire prussien. Cependant, en 1829 après avoir provoqué la mort de son adversaire lors d'un duel, il est condamné à la prison à perpétuité. Il est emprisonné à Glogau. Il est gracié en 1830. Il travaille d'abord comme assistant puis comme titulaire au tribunal de Breslau. Il est ensuite muté à Berlin, Magdebourg et Francfort sur l'Oder. En 1841, il entre au ministère du culte prussien. En 1845, il est forcé à la démission en raison de ses opinions politiques. Il travaille ensuite comme journaliste avec Robert Blum. En 1847, il est accusé de lèse-majesté contre le roi prussien Frédéric-Guillaume IV.

En 1848, il est député au parlement prussien. Il est envoyé en tant que délégué au pré-parlement, où il exerce la fonction de secrétaire. Il devient ensuite membre du comité des cinquante. Il est élu au parlement de Francfort dans la circonscription de Magdebourg le . Il y reste jusqu'au . Il y mène le groupe parlementaire Westendhall. Il est connu pour être à l'origine avec Heinrich von Gagern du « pacte Simon-Gagern », une coalition de centre-gauche qui permet le vote de la constitution de Francfort. Le principe de l'empire héréditaire cimente la coalition.

Après le refus de la couronne impériale par Frédéric-Guillaume IV, le parlement perd sa raison d'être. Simon est membre du parlement croupion du 6 juin au et est nommé dans son exécutif : la régence provisoire[2]. Après la défaite de la révolution, il part se réfugier en Suisse en juillet. Sa participation à la régence provisoire lui vaut une condamnation à la prison à perpétuité pour haute trahison.

En Suisse, il fait des affaires. Il gère notamment un domaine agricole, est associé dans une carrière de pierres et dans la métallurgie du cuivre. L'université de Zurich lui décerne un titre de docteur honorifique en 1851.

Il meurt par noyade en 1860 dans le lac de Walenstadt, près de Murg.

BibliographieModifier

RéférencesModifier

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Heinrich Simon (Politiker, 1805) » (voir la liste des auteurs).
  1. Dvorak 2002, p. 440
  2. « provisorischen Reichsregentschaft »