Ouvrir le menu principal

Auger-Saint-Vincent

commune française du département de l'Oise
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Auger et Saint-Vincent.

Auger-Saint-Vincent
Auger-Saint-Vincent
Église Saint-Caprais.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Senlis
Canton Crépy-en-Valois
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Valois
Maire
Mandat
Fabrice Dalongeville
2014-2020
Code postal 60800
Code commune 60027
Démographie
Gentilé Augerois
Population
municipale
507 hab. (2016 en augmentation de 1,2 % par rapport à 2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 13′ 10″ nord, 2° 48′ 32″ est
Altitude Min. 73 m
Max. 135 m
Superficie 13,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Auger-Saint-Vincent

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Auger-Saint-Vincent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Auger-Saint-Vincent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Auger-Saint-Vincent

Auger-Saint-Vincent est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les Augerois.

GéographieModifier

Communes limitrophes d’Auger-Saint-Vincent
Trumilly Duvy
Fresnoy-le-Luat  
Rosières Versigny Ormoy-Villers

ToponymieModifier

Pour Auger-Saint-Vincent : Ogerus Sancti Vincentii, Ogerium (1192), Ogerum (1140), Otgerius, Ogier-Sainct-Vincent, Oger, Otger[1].

Pour Saint Mard : Ogerius Sancti Medardi, Ogerus, Oger-Saint-Médard, Auger-Saint-Mard[2].

Pour le Parc-aux-Dames : abbatia de Parco Dominarum, Parcus Dominarum, Parc-en-Valois, Parc-de-Bouville[3].

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2004 Richard Jezierski    
mars 2004 En cours
(au 23 août 2014)
Fabrice Dalongeville PRG Journaliste et consultant indépendant
Conseiller régional (2010 →)
Vice-président de la CCPV (2014 →)
Réélu pour le mandat 2014-2020[4]

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2016, la commune comptait 507 habitants[Note 1], en augmentation de 1,2 % par rapport à 2011 (Oise : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
336391397378426396413381358
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
365395430410401399414390375
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
380377361370376374379350370
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
362342302324395439493501492
2016 - - - - - - - -
507--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,7 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,7 %, 15 à 29 ans = 20,1 %, 30 à 44 ans = 21,3 %, 45 à 59 ans = 22,8 %, plus de 60 ans = 14,1 %) ;
  • 49,3 % de femmes (0 à 14 ans = 19,4 %, 15 à 29 ans = 21,1 %, 30 à 44 ans = 19 %, 45 à 59 ans = 21,9 %, plus de 60 ans = 18,7 %).
Pyramide des âges à Auger-Saint-Vincent en 2007 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,8 
3,9 
75 à 89 ans
5,3 
10,2 
60 à 74 ans
12,6 
22,8 
45 à 59 ans
21,9 
21,3 
30 à 44 ans
19,0 
20,1 
15 à 29 ans
21,1 
21,7 
0 à 14 ans
19,4 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monumentsModifier

 
Ancien puits public.

Auger-Saint-Vincent ne compte aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire.

  • Église Saint-Vincent-et-Saint-Caprais : Ses origines remontent au moins aux années 930 / 940, quand Raoul II de Vexin donne le patronage de la cure au prieuré Saint-Arnoul de Crépy-en-Valois. Une petite église romane est construite au premier quart du XIIe siècle, et des éléments de sa nef et de son chœur sont englobées dans la construction actuelle. À partir du milieu du XIIe siècle et jusqu'au début du XIIIe siècle, puis à la fin du XVe siècle et au milieu du XVIe siècle, l'église est agrandie à six reprises, et le plus souvent, les adjonctions ne portent que sur une seule travée, de sorte que l'édifice actuel est d'une complexité déconcertante. À l'extérieur, il offre toutefois une image assez harmonieuse, car les différentes campagnes de construction sont pour la plupart très rapprochées, si bien que les ruptures stylistiques trop évidentes sont évitées. Le clocher du milieu du XIIe siècle est imposant, et coiffé d'une élégante flèche de pierre. À l'intérieur, l'église présente aussi un réel intérêt, et surprend par son unicité spatiale, qui a été obtenue au détriment de son unicité architecturale. Les deux voûtes d'ogives du chœur des années 1150 / 1160, très bombées et encore archaïques, sont sans doute les éléments les plus remarquables, ainsi que les peintures murales. L'église n'a pas encore été classée aux monuments historiques[11].
  • Ancien puits public avec pompe, rue Rambure.
  • Calvaires avec des socles en pierre et des croix en fer forgé aux extrémités nord, ouest et sud du village.
  • Lavoir de la fontaine Courtichaine, au bout de l'impasse éponyme, près de la jeune Sainte-Marie.
  • Lavoir de la fontaine de l'Orme, au bout de la ruelle du même nom : C'est un lavoir ouvert partiellement ruiné, où le rû Sainte-Marie prend sa source.
  • Château, rue du Chapitre, au sud du village.
  • Ancienne gare de la ligne de Chantilly - Gouvieux à Crépy-en-Valois, fermée définitivement au service voyageurs en été 1949, et déclassée en 1992.
  • Chapelle Saint-Mard, au hameau du même nom, au sud du village. Saint-Mard fut une paroisse indépendante sous l'Ancien Régime, et possédait une église, qui était placée sous le patronnage du chapitre de la cathédrale Notre-Dame de Senlis. Après la Révolution française, l'église de Saint-Mard a été rattachée à la paroisse de Fresnoy-le-Luat, puis démolie[12]
  • Ruines de l'ancienne abbaye royale du Parc-aux-Dames (moniales cisterciennes)[13], à 1,8 km à l'est du village (on ne visite pas).

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Crépy-en-Valois, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Achille Desjardins, , 256 p. (lire en ligne), p. 53-58

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Crépy-en-Vlois, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Annuaire de l'Oise, 1836, 252 p., p. 53.
  2. Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Crépy-en-Vlois, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Annuaire de l'Oise, 1836, 252 p., p. 54.
  3. Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Crépy-en-Vlois, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Annuaire de l'Oise, 1836, 252 p., p. 55.
  4. « Le président et ses vice-présidents... présentation. », Bonjour Valois, no 8,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2014).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. « Évolution et structure de la population à Auger-Saint-Vincent en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er novembre 2010)
  10. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er novembre 2010)
  11. Dominique Vermand, Églises de l'Oise, canton de Crépy-en-Valois : Les 35 clochers de la Vallée de l'Automne, Comité Départemental de Tourisme de l'Oise / S.E.P Valois Développement, , 56 p., p. 7.
  12. Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Crépy-en-Valois, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Achille Desjardins, , 256 p. (lire en ligne), p. 54-55.
  13. « Le Parc-aux-Dames, ancienne abbaye royale », sur Auger-Saint-Vincent (site officiel) (consulté le 11 octobre 2012).