Aubrey de Vere (20e comte d'Oxford)

20e comte d'Oxford

Aubrey de Vere, 20e comte d'Oxford KG PC () était un royaliste pendant la Première révolution anglaise.

Aubrey de Vere
20thEarlOfOxfordColour.jpg
Fonction
Membre de la Chambre des lords
Titre de noblesse
Comte d'Oxford
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Beatrix van Hemmema (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Diana Kirke (d)
Anne Bayning (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
Arme
Conflit
Lieu de détention
Distinction

BiographieModifier

Il était le fils de Robert de Vere (19e comte d'Oxford) et de sa femme Beatrix van Hemmend[1]. Il a fait ses études en Frise aux Pays-Bas après que son père ait été mortellement blessé lors du siège de Maastricht en 1632, lorsque de Vere n'avait que six ans. Des années plus tard, il rejoint le régiment anglais d'infanterie en service sur le continent avec les Hollandais. Il est resté en Hollande au cours de la période de la Première révolution anglaise, mais retourna en Angleterre, en 1651, comme un ardent royaliste. Il a été impliqué dans une succession de complots, pour lesquels il a été emprisonné dans la tour de Londres pour avoir comploté contre Oliver Cromwell et interné sans jugement. À sa libération, il rejoint le mouvement de Sir George Booth (1er baron Delamer) en 1659 contre le régime de Richard Cromwell.

Il est allé avec cinq autres pairs à La Haye pour le retour du Roi Charles II au début de mai 1660. Il espérait devenir Lord Chamberlain, mais se voit proposer la place de Colonel du Blues. En tant que grand favori de la maîtresse royale Barbara Villiers, Duchesse de Cleveland il a courtisé la fille du comte de Bristol, dont la famille était alors en grande faveur à la cour. Cependant, la fille a épousé Robert Spencer (2e comte de Sunderland), un secrétaire d'État. Oxford a été fait Lord Lieutenant de l'Essex et chevalier de la Jarretière.

En dépit d'être un Cavalier, il a adhéré aux principes protestants, permettant aux Quakers et aux Puritains de rejoindre son régiment. Il était un ami du fils bâtard de Charles II, le duc de Monmouth, un grand soldat. Il a levé un régiment de cavalerie à partir de 1684 alors que les Life Guards ont été retirés de Dunkerque. Charles II, souhaitait développer l'armée au-delà du noyau dont il a hérité[2]. Oxford y a gagné la désapprobation de la cour et du favori, George Villiers (2e duc de Buckingham), qui avait déclaré son inimitié. Oxford a répondu qu'il "ne recherchait ni son amitié, ni ne craignait sa haine."

Oxford a été présent lors du premier Conseil de l'armée le 5 août 1670, présidé par le duc d'York, frère du roi qui, plus tard, lui succéda comme roi Jacques II. Le 5 juillet 1685 Sir Francis Compton a été promu au commandement du régiment. Oxford voulait ce poste pour lui-même, mais le roi le lui a refusé.

En février 1688, il dit au Roi James "je me tiendrai aux côtés de Votre Majesté contre tous les ennemis jusqu'à la dernière goutte de mon sang. Mais c'est une question de conscience et je ne peux pas respecter." Oxford en tant que Lord Lieutenant d'Essex a été responsable pour la levée des troupes dans le comté, mais a refusé de l'ordre de Jacques II, de ne désigner que des catholiques à des fonctions publiques. Il a été privé de ses responsabilités. Quelques mois plus tard, il a pris le parti de Guillaume d'Orange contre Jacques II dans la Glorieuse Révolution. Il a été restauré dans ses titres et comme colonel du Blues, et exempté de la Commission de l'Inspection par le Convention Parliament (1689) en avril 1689.

Il mourut en 1703, sans descendance masculine. Son titre s'éteint alors. Sa fille, Diana de Vere a épousé Charles Beauclerk (1er duc de Saint-Albans), un autre fils bâtard de Charles II.[3]

La familleModifier

Le 12 avril 1647, il épousa Anne Bayning, une fille de Paul Bayning, 2e vicomte Bayning. Anne mourut en 1659. Le 12 avril 1673 Aubrey épousé sa maîtresse Diane Kirke, fille de George Kirke et petite-fille de Aurelian Townshend (en)[4]. Ils ont eu cinq enfants:

  1. Charles, qui est mort nourrisson.
  2. Charlotte, est morte jeune
  3. Diana, qui a épousé Charles Beauclerk (1er duc de Saint-Albans).
  4. Marie, morte célibataire
  5. Henriette, morte célibataire

Comme il n'avait pas de fils survivant, il est devenu le dernier de Vere à porter le titre de comte d'Oxford, avec l'une des plus longues durées pour un titre dans la pairie d'Angleterre; le premier comte de Vere avait reçu son titre de l'Impératrice Mathilde en 1141. Ses descendants par Diana Beauclerk ont été nommés De Vere Beauclerk, et leur fils Vere Beauclerk a reçu la baronnie de Vere en 1750[5].

RéférencesModifier

  1. White-Spunner, p. 44. Dans "des Gardes à Cheval", l'auteur les noms de sa mère, Béatrice de Banck, une femme hollandaise.
  2. Holmes, p. 50
  3. Holmes, p. 27
  4. Cokayne 1945, p. 260–1; Chambers 1912, p. xxxvi.
  5. (en)   « Vere », dans Encyclopædia Britannica, [détail des éditions]

BibliographieModifier

  • Aurelian Townshend's Poems and Masks, London, Clarendon Press, (lire en ligne) (inscription nécessaire)
  • George Edward Cokayne, The Complete Peerage, edited by H.A. Doubleday, Geoffrey H. White and Lord Howard de Walden, vol. X, London, St. Catherine Press, , 260–1 p.