Au Nègre joyeux

Au Nègre joyeux est un ancien magasin de cafés de Paris, situé place de la Contrescarpe, dans le 5e arrondissement de Paris : l'enseigne, déposée au printemps 2018, a disparu.

Au Nègre joyeux
Café de la place de la Contrescarpe (Paris) 2010-05-07.jpg
Vue générale de l'enseigne
Présentation
Destination initiale
Marchand de cafés
Destination actuelle
Localisation
Pays
Région
Département
Arrondissement
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Île-de-France
voir sur la carte d’Île-de-France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

CaractéristiquesModifier

L'ancien magasin de cafés (et non une chocolaterie) est situé 14 rue Mouffetard, sur le côté ouest de la place de la Contrescarpe, près de l'angle avec la rue Blainville. L'enseigne en est le seul élément subsistant. Elle comporte aujourd'hui deux éléments : un panneau de bois portant le nom du commerce et un tableau de bois peint. Un troisième élément de bois installé au-dessus des fenêtres du deuxième étage a aujourd'hui disparu.

Installé entre les deux fenêtres du premier étage, le tableau dépeint un homme noir et une femme blanche. La scène a été originellement enregistrée comme « marque » par le fondateur du magasin de café, Gaston Lenglet, en 1897. Elle a parfois été interprétée comme une « femme servie par une miniature de servant noir », s'inscrivant dans la continuité d'une imagerie esclavagiste[1]. L'analyse de l'iconographie, des postures et des costumes des protagonistes, montre une situation inverse[2] : l'homme noir souriant, habillé en gentilhomme du XVIIIe siècle, serviette autour du cou, venant de se lever pour porter un toast, est servi par une servante blanche portant la tenue habituelle des domestiques des maisons bourgeoises au XIXe siècle, tablier, bavette attachée par une épingle et coiffe blanche[3], et lui apportant un plateau d'argent, sur lequel sont placés un sucrier, des gâteaux et une cafetière en argent. Au-dessus du tableau, entre les premier et deuxième étages de l'immeuble, un panneau de bois porte le nom du magasin : « Au Nègre joyeux », et au-dessus était indiqué, sur un autre panneau de bois (disparu après 1960) : « Cafés ».

HistoriqueModifier

Le magasin est ouvert en 1897. L'enseigne, qui appartenait au syndic de l'immeuble sur lequel elle était accroché, est donnée à la Ville de Paris en 1988, en échange d'une restauration, qui a lieu en 2002. En 2012, l'édifice est occupé par une supérette.

À l'origine, il s'agissait d'une épicerie spécialisée dans les cafés, chicorée, puis chocolat.

VandalismeModifier

L'enseigne est protégée par une feuille de plexiglas et a subi des jets de pierre[4] et de peinture. Indépendamment, son retrait a été demandé par des associations, lesquelles ont interpellé en 2011 sur ce sujet Frédéric Mitterrand, alors ministre de la Culture.

 
Enseigne Au Nègre joyeux vandalisée à la peinture, Paris (2016).

Monument historiqueModifier

L'enseigne est parfois décrite comme protégée au titre des monuments historiques. Toutefois, elle est absente de la base Mérimée[5],[4]. Elle apparaît en revanche sur la base de la Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine[6], et l'enseigne a fait l'objet de prises de vue en 1986 en vue d'un éventuel classement[7].

RetraitModifier

À la demande du groupe communiste au Conseil de Paris, le , il est initialement décidé de décrocher l'enseigne. Après restauration, elle devait être conservée au musée Carnavalet, consacré à l'histoire de Paris[8]. Finalement suite à de nombreuses protestations, l'œuvre est bien décrochée le 26 mars 2018 mais une nouvelle décision de l'Hôtel de ville indique qu'elle sera remise en place au même endroit en mai après sa restauration[2] (action non encore réalisée à ce jour). Un texte explicatif devrait être également apposé à côté de l'enseigne[8].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Dana S. Hale, Races on Display: French Representations of Colonized Peoples, 1886-1940, Indiana university Press, 2008, p. 31.
  2. a et b « Au Nègre Joyeux » n’est pas une enseigne raciste... », Paris historique revue de l'association pour la Sauvegarde et la Mise en valeur du Paris historique,‎ 2e semestre 2017.
  3. Marie-Anne Gairaud, « Paris : l'enseigne polémique décrochée ce lundi matin pour restauration », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 18 avril 2019).
  4. a et b R. D'Angelo, « Frédéric Mitterrand retirera-t-il la fresque Au Nègre joyeux ? », Street Press, .
  5. « Bases Architecture et Patrimoine », ministère de la Culture.
  6. Fiche sur la base Mediathek.
  7. Base Mémoire du patrimoine monumental français.
  8. a et b « Paris : l’enseigne Au nègre joyeux sera décrochée de la façade », Le Parisien,‎ (lire en ligne).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier