Attirance physique

type d'attirance

L'attirance physique désigne l'attirance esthétique que dégage le physique d'un être humain. L'attirance physique sous-entend le plus souvent une attirance sexuelle, même si l'attirance physique influence les comportements sociaux dans de nombreux autres cas de figure où il n'y a aucune intentionnalité sexuelle. L'attractivité physique est une caractéristique importante qui suggère la fertilité (chez les femelles), la bonne alimentation (chez les mâles) et la bonne santé (dans les deux sexes)[1]. Ces facteurs énumérés contribue à la probabilité de survie et de reproduction et donc au maintien des gènes transmis aux générations suivantes[1]. Dans l'imaginaire collectif, les personnes physiquement attirantes sont associées à d'autres caractéristiques positives. En outre, les personnes attirantes sont considérée comme plus sexuellement attrayantes, extraverties, confiantes, heureuses et émotionnellement stable que les personnes physiquement moins attrayantes[2].

Préférence des hommes hétérosexuels selon la psychologie évolutionnisteModifier

 
Selon une théorie controversée, un rapport taille/hanches faible (0,7) exercerait une plus grande attractivité qu'un ratio plus élevé (0,9).

Selon certaines études, les préférences physiques des hommes hétérosexuels seraint essentiellement liées à des caractéristiques suggérant la santé des femmes (symétrie corporelle) et leur valeur reproductive (jeunesse, élargissement des hanches et développement des seins).

La recherche indique ainsi que les hommes ont tendance à être attirés par les femmes jeunes[3] présentant une symétrie faciale et corporelle[4]. Les hommes sélectionnent généralement des femmes plus jeunes qu'eux et plus les hommes sont âgés, plus ils préfèrent des femmes avec lesquels la différence d'âge est importante, tandis qu'à l'inverse les adolescents préfèrent les femmes légèrement plus âgées qu'eux[5]. Selon la théorie psycho-évolutionniste, la préférence des hommes pour des personnes plus jeunes reflèterait des anticipations sur la fertilité et la valeur reproductive[6]. Selon Thornhill, les visages féminins en vieillissant deviendraient plus masculins et moins attirants pour les hommes, ce qu'il attribue à la modification du ratio de production œstrogène/androgène[6] et donc à une baisse de la fertilité.

En plus de la jeunesse et de la symétrie corporelle, des caractères sexuels secondaires féminins marqués (volume des seins, faible rapport taille/hanche) détermineraient également l'attractivité physique de la femme pour un homme hétérosexuel[5]. Ces derniers sont également liés à la production d'hormone féminine et sont en lien avec une valeur reproductive perçue comme plus forte. Plusieurs études montrent ainsi que les hommes ont une préférence très nette pour les femmes aux seins volumineux et fermes[7],[5],[8],[9],[10],[11]. Si la fermeté des seins des femmes est essentiellement associée à la jeunesse, leur volume est lui corrélé avec des taux élevés d'estradiol et de progestérone favorisant toutes deux la fertilité[12].

Certaines études remettent néanmoins en question le caractère universel de ces facteurs d'attirance physique pour l'homme hétérosexuel et souligne la possibilité d'une influence culturelle les conditionnant. Ainsi dans certaines cultures, bien que minoritaires, les seins seraient perçus par les hommes comme exclusivement fonctionnels et uniquement destinés à l'allaitement[13],[14],[15].

Selon une étude de la psychologie évolutionniste portant sur des Texans blancs ou hispaniques, les femmes avec un rapport taille/hanches relativement faible sont considérées comme plus attrayantes[5],[16]. Cette théorie a été très controversée en raison de la faiblesse méthodologique de l'étude, et parce que le ratio taille/hanches varie fortement selon le statut socio-économique[17] ou la société étudiée[18].

De manière moins marquée, une préférence pour les femmes à la peau claire a également été documentée dans de nombreuses cultures[19],[20],[21].

RéférencesModifier

  1. a et b Barelds-Dijkstra, Pieternel & Barelds, Dick P.H. (2008)
  2. Barelds-Dijkstra, Pieternel & Barelds, Dick P.H. (2008)C'est aussi une force caractériser par une envie, un désir vers quelqu'un ou quelque chose [1]
  3. David Buss, The Evolution of Desire, New York, Basic Books, , second éd. (1re éd. 1994), 51–4 p. (ISBN 978-0-465-07750-2)
  4. Ian Tattersall, « Whatever Turns You On: A psychologist looks at sexual attraction and what it means for humankind. Geoffrey Miller », The New York Times: Book Review,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « it turns out that symmetry of bodily structure is a fitness indicator, and symmetry is more easily detectable among large breasts than small ones. »

  5. a b c et d (en) David Buss, Evolutionary Psychology : The New Science of the Mind, New York (N.Y.)/London, Routledge, , Sixth éd., 503 p. (ISBN 978-0-429-59006-1, lire en ligne), « Men's Long-Term Mating Strategies »
  6. a et b Thornhill, R., & Gangestad, S. W. (1999). Facial attractiveness. Trends in Cognitive Sciences, 3(12), 452-460 lire en ligne.
  7. Au féminin - Sexualité - Pourquoi les hommes aiment-ils les seins ?, sur aufeminin.com.
  8. Jan Havlíček, Vít Třebický, Jaroslava Varella Valentova, Karel Kleisner, Robert Mbe Akoko, Jitka Fialová, Rosina Jash, Tomáš Kočnar, Kamila Janaina Pereira, Zuzana Štěrbová, Marco Antonio Correa Varella, Jana Vokurková, Ernest Vunan, S Craig Roberts, « Men's preferences for women's breast size and shape in four cultures », Evolution and Human Behavior, vol. 38, no 2,‎ , p. 217–226 (DOI 10.1016/j.evolhumbehav.2016.10.002, hdl 1893/24421, lire en ligne)
  9. Barnaby J Dixson, Paul L Vasey, Katayo Sagata, Nokuthaba Sibanda, Wayne L Linklater, Alan F Dixson, « Men's preferences for women's breast morphology in New Zealand, Samoa, and Papua New Guinea », Archives of Sexual Behavior, vol. 40, no 6,‎ , p. 1271–1279 (PMID 20862533, DOI 10.1007/s10508-010-9680-6, lire en ligne)
  10. Frank W. Marlowe, « Mate preferences among Hadza hunter-gatherers », Human Nature, vol. 15, no 4,‎ , p. 365–376 (PMID 26189412, DOI 10.1007/s12110-004-1014-8, lire en ligne)
  11. David M. Buss, The Handbook of Evolutionary Psychology, John Wiley and Sons, (ISBN 978-0-471-26403-3, lire en ligne), 325
  12. « Hourglass figure fertility link », bbc.co.uk,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. (en) Mascia-Lees F. Why women have breasts. Anthropology Now, 1(1):4-11, 2009
  14. Claude Crépault, La sexualité humaine: Fondements bioculturels. Presses de l'Université du Québec, 1978, p. 85
  15. (en) Marshall D.S. Sexual behavior on Mangaia. in Marshall D.S., Suggs R.C. (Eds). Human sexual behavior: Variations in the ethnographic spectrum. Basic Books, (5):103-162, 1971.
  16. Odile Fillod, « Arrêt sur mirages », sur allodoxia.odilefillod.fr,
  17. (en) Swami V., Knight D., Tovee M.J., Davies P., Furnham A. Preferences for female body size in Britain and the South Pacific. Body Image, 4(2):219-223, 2007
  18. (en) Yu D.W., Shepard G.H., Jr. Is beauty in the eye of the beholder? Nature, 396(6709):321-322, 1998
  19. Michael R. Cunningham, Alan R. Roberts, Anita P. Barbee, Perri B. Druen et Cheng-Huan Wu, « "Their ideas of beauty are, on the whole, the same as ours": Consistency and variability in the cross-cultural perception of female physical attractiveness. », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 68, no 2,‎ , p. 261–279 (DOI 10.1037/0022-3514.68.2.261) :

    « Van den Berge and Frost (1986) examined preferences for lighter versus darker skin color using 51 cultures from the Human Relations Area Files. Of those cultures, 92% preferred lighter rather than darker skin color, primarily for women. »

  20. Pierre L. Van Den Berghe et Peter Frost, « Skin color preference, sexual dimorphism and sexual selection: A case of gene culture co‐evolution? », Ethnic and Racial Studies, vol. 9,‎ , p. 87–113 (DOI 10.1080/01419870.1986.9993516) :

    « an overwhelming cross-cultural preference for lighter skin »

  21. Barnaby J. Dixson, Alan F. Dixson, Phil J. Bishop et Amy Parish, « Human Physique and Sexual Attractiveness in Men and Women: A New Zealand–U.S. Comparative Study », Archives of Sexual Behavior, vol. 39, no 3,‎ , p. 798–806 (DOI 10.1007/s10508-008-9441-y) :

    « men expressed preferences for lighter skinned female figures in New Zealand and California »