Ouvrir le menu principal

Attentat de Sousse

attentat survenu le 26 juin 2015 à Port El-Kantaoui près de Sousse, en Tunisie

Attentat de Sousse
Image illustrative de l’article Attentat de Sousse
Piscine de l'hôtel RIU Imperial Marhaba.

Localisation Port El-Kantaoui près de Sousse (Tunisie)
Cible Hôtel RIU Imperial Marhaba
Coordonnées 35° 54′ 45″ nord, 10° 34′ 50″ est
Date
Type Fusillade
Armes Kalachnikov
Grenade
Morts 39
Blessés 39
Auteurs 1
Organisations Drapeau de l'État islamique État islamique
Mouvance Terrorisme islamiste

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

(Voir situation sur carte : Tunisie)
Attentat de Sousse

L'attentat de Sousse est un attentat terroriste islamiste survenu le dans la station balnéaire de Port El-Kantaoui près de Sousse, en Tunisie, et ayant fait 39 morts et 39 blessés[1]. Perpétré par Seifeddine Rezgui, il est revendiqué par l'organisation État islamique.

Il s'agit de la pire attaque terroriste de l'histoire du pays[2].

Sommaire

DéroulementModifier

L'attentat a lieu sur une plage devant l'hôtel Imperial Marhaba de la chaîne RIU Hotels, situé dans la station de Port El-Kantaoui, à Hammam Sousse, au nord-ouest de Sousse[3].

Le terroriste arrive sur la plage avec la tenue d'un vacancier, son arme étant dissimulée dans un parasol. Il tue d'abord des touristes sur la plage avec une Kalachnikov, puis autour de la piscine, où il utilise une grenade. D'après un témoin tunisien, il cible les touristes de l'établissement et épargne les Tunisiens[4]. Le terroriste, issu d'une mouvance salafiste, est abattu[3].

RevendicationModifier

Dans la nuit du 26 au 27 juin, l'organisation État islamique revendique cet attentat à l'aide d'un communiqué diffusé via l'un de ses comptes Twitter officiels, et indique que l'assaillant connu sous le nom d'Abou Yahya Al Kairaouani, a mené une attaque contre un « bordel » et qu'il « a atteint sa cible, l'hôtel Imperial, en dépit des mesures de sécurité »[5].

Abou Yahya Al Kairaouani, de son vrai nom Seifeddine Rezgui, est un jeune Tunisien de 23 ans originaire de Gaâfour, une petite ville du gouvernorat de Siliana (nord-ouest de la Tunisie). À la suite de l'autopsie du corps de l'assaillant, les médecins légistes confirment qu'il était probablement sous l'emprise d'une drogue lors de l'attaque, probablement du captagon, utilisée par l'État Islamique[6]. Cependant ces conclusions sont mises en doute par Laurent Laniel, chercheur à l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies[7].

EnquêteModifier

Il s'avère que Seifeddine Rezgui s'est rendu de manière illégale à Sabratha (Libye), fief d'Ansar al-Charia, en janvier 2015 ; il y est formé au maniement des armes[8] et aurait pu côtoyer les deux auteurs de l'attaque du musée du Bardo[9]. Lazhar Akremi évoque d'ailleurs un lien avec ces événements[10].

Les autorités tunisiennes annoncent par ailleurs que de nombreux suspects ont été arrêtés dont une fille qui s'avère être la petite amie de Seifeddine Rezgui et dont la police suspecte qu'ils ont passé la nuit ensemble, à Kairouan, la veille de l'attaque[11].

Le terroriste a jeté son téléphone dans la mer après avoir passé un dernier coup de fil à la suite de l'attaque. Ce téléphone, qui a été repêché par les forces de l'ordre, aurait révélé que des appels ont été émis vers un chauffeur de taxi qui l'a transporté sur place ; un autre appel d'une durée de onze secondes a été également émis quelques instants avant l'attaque vers un supposé djihadiste vivant à Tunis[11].

Bilan humainModifier

Bilan au 1er juillet 2015[12],[13]
Nationalité Morts Blessés Total
  Royaume-Uni 30 26 56
  Irlande 3 0 3
  Allemagne 2 1 3
  Tunisie 1 (assaillant) 7 8
  Belgique 1 3 4
  Portugal 1 0 1
  Russie 1 1 2
  Ukraine 0 1 1
Total 39 39 78

ProcèsModifier

Le procès de l'attentat du musée du Bardo et celui de l'attentat de Sousse ont lieu en même temps et sont retransmis en direct dans des salles d'audience à Paris et en Belgique[14]. 51 personnes comparaissent, soit 25 pour Le Bardo et 26 pour Sousse[14]. Les verdicts sont rendus le 8 février 2019 : 27 accusés sont acquittés, leurs aveux ayant été obtenus sous la torture selon leurs avocats et n'ayant pas de preuve matérielle de leur éventuelle implication dans les attentats[15]. Sur les 24 restants, sept sont condamnés à la prison à vie, tous les autres écopant de peine allant de six mois à seize ans de prison alors qu'aucune condamnation à mort n'est prononcée[15]. Chamseddine Sandi, considéré comme le cerveau des deux attentats, n'a pas été jugé car il est présumé avoir été tué dans un raid américain en Libye en 2016[15].

RépercussionsModifier

Le gouvernement tunisien considère cette attaque comme un coup majeur porté au tourisme, comme après l'attaque du musée du Bardo, qui avait déjà entraîné en avril une baisse de 25,7 % sur un an du nombre de touristes. Le secteur du tourisme, qui représente environ 7 % du PIB, est considéré stratégique[4]. La ministre du Tourisme Selma Elloumi Rekik estime que l'impact économique pour la Tunisie de cet attentat pourrait atteindre plus de 450 millions d'euros en 2015[16].

Tard dans la soirée de l'attentat, le chef du gouvernement, Habib Essid, annonce une série de mesures, à l'issue de la réunion de la cellule de crise au siège du gouvernement, notamment :

  • l'ouverture d'une enquête et d'une évaluation générale pour déterminer les responsabilités et les défaillances ;
  • la fermeture, dans un délai d'une semaine, d'environ 80 mosquées construites illégalement et propageant des discours extrémistes ;
  • l'engagement de procédures légales, allant jusqu'à la dissolution de tous les partis et toutes les associations qui ne sont pas en conformité avec les dispositions constitutionnelles ;
  • la révision du décret-loi sur les associations pour instituer le contrôle de l'État sur leur financement, certaines d'entre elles étant impliquées dans le financement du terrorisme ;
  • le rappel de l'armée de réserve pour appuyer les forces armées et sécuritaires dans les zones sensibles ;
  • la déclaration de certaines montagnes en tant que zones d'opérations militaires fermées ;
  • la mise en place d'un plan exceptionnel à travers l'instauration d'une unité de sécurité touristique armée sur les plages, à l'intérieur des établissements touristiques, sites archéologiques et musées, à compter du 1er juillet ;
  • l'organisation d'un congrès national pour la lutte contre le terrorisme au cours du mois de septembre 2015 ;
  • l'octroi d'une récompense financière à toute personne qui contribue à prévenir un acte terroriste, identifier un terroriste et permettre son arrestation ;
  • la tenue d'un conseil ministériel le 27 juin pour examiner la situation sécuritaire du pays ;
  • le rassemblement de tous les partis politiques afin de réaliser l'unité nationale et de lutter contre le terrorisme dans les circonstances actuelles ;
  • la tenue d'une réunion du conseil de sécurité nationale, le 28 juin, pour prendre des mesures complémentaires.

De même, il souligne que le pays a besoin d'une union nationale renforcée pour lutter contre le terrorisme, de moyens appropriés et d'une coopération internationale agissante[17].

Cependant, la désorganisation du ministère de l'Intérieur est pointée comme responsable du lourd bilan de l'attentat[18].

Attentats en parallèleModifier

Trois jours auparavant, l'État islamique avait appelé ses partisans à commettre des attaques lors du ramadan. Selon le chercheur Romain Caillet, « le ramadan est considéré par les djihadistes comme le mois du djihad ». Le jour même, deuxième vendredi du mois de ramadan, plusieurs attentats sont commis dans le monde par des djihadistes, à Saint-Quentin-Fallavier en France et dans une mosquée chiite au Koweït. En Syrie, l'État islamique mène un raid au cœur de Kobané et massacre au moins 164 civils kurdes. De leur côté, les djihadistes d'Al-Shabbaab, liés à al-Qaïda, prennent d'assaut un camp de la mission de l'Union africaine en Somalie, tuant des dizaines de soldats burundais[19],[20].

Œuvre de fictionModifier

En , l'intrigue du roman Sans Véronique de l'écrivain français Arthur Dreyfus s'inspire de l'attentat de Sousse, et dresse un portrait très proche de celui du terroriste Seifeddine Rezgui[21].

RéférencesModifier

  1. « Tunisie : au moins 39 morts et 39 blessés, EI revendique l'attentat », Midi libre,‎ (lire en ligne).
  2. « Tunisie : un policier tué par des activistes à Sousse », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  3. a et b « Trois mois après l'attentat du Bardo, la Tunisie à nouveau frappée par le terrorisme », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  4. a et b « Attentat en Tunisie : « aucune victime française », assure Fabius », Le Point,‎ (lire en ligne).
  5. « L'EI revendique l'attaque de Sousse, en Tunisie », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  6. « Seifeddine Rezgui, le tueur de l'attaque de vendredi dernier qui a fait 38 morts était sous l'emprise d'une drogue », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 1er juillet 2015).
  7. Fabien Leboucq, « Désintox : le captagon n'est pas la « drogue des jihadistes » », sur rfi.fr, (consulté le 3 juin 2017).
  8. « Attentat de Sousse : Seifeddine Rezgui s'est entrainé en Libye », sur kapitalis.com, (consulté le 8 juillet 2015).
  9. « Tunisie : selon Rafik Chelly, Seifeddine Rezgui était en Libye en même temps que les auteurs de l'attentat du Bardo », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 8 juillet 2015).
  10. « Interpellations après l'attentat de Sousse en Tunisie, des liens établis avec l'attaque du Bardo », sur lemonde.fr, (consulté le 3 juillet 2015).
  11. a et b Mohamed Ali Sghaier, « Seifeddine Rezgui aurait passé la nuit avec sa petite amie, la veille de l'attentat de Sousse, révèle The Mirror », sur webdo.tn, (consulté le 8 juillet 2015).
  12. « Attentat de Sousse : identification de 10 victimes et 21 blessés », sur jawharafm.net, (consulté le 27 juin 2015).
  13. « Attentat en Tunisie : 30 Britanniques sur les 38 morts identifiés », sur jeuneafrique.com, (consulté le 1er juillet 2015).
  14. a et b « Tunisie : sept accusés condamnés à la prison à vie aux procès des attentats du musée du Bardo et de la station balnéaire de Sousse », sur francetvinfo.fr, (consulté le 11 février 2019).
  15. a b et c Maurine Mercier, « Attentats du Bardo et de Sousse : après le verdict, le procès laisse des questions sans réponses », sur francetvinfo.fr, (consulté le 11 février 2019).
  16. « La Tunisie évalue l'impact économique de l'attentat à plus d'un milliard de dinars », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 5 juillet 2015).
  17. « Attentat de Sousse : la Tunisie rappelle l'armée de réserve et renforce son dispositif sécuritaire », sur leaders.com.tn, (consulté le 27 juin 2015).
  18. Pierre Puchot, « En Tunisie, les forces de sécurité sont prises en défaut à Sousse », sur mediapart.fr, (consulté le 30 juin 2015).
  19. Catherine Gouëset, « Attentats en Isère, Tunisie, Koweït et Somalie : une coïncidence ? », L'Express,‎ (lire en ligne).
  20. « Saint-Quentin Fallavier, Sousse, Kobané, Koweit, Somalie : vague d'attaques djihadistes », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  21. Lionel Jullien, « Rentrée littéraire : Sans Véronique d'Arthur Dreyfus », sur info.arte.tv, (consulté le 13 janvier 2017).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :