Ouvrir le menu principal

Attentat du 29 novembre 2019 à Londres

attentat terroriste

Attentat du 29 novembre 2019 à Londres
Image illustrative de l’article Attentat du 29 novembre 2019 à Londres
Le pont de Londres et le bâtiment Fishmongers' Hall, devant lequel s'est déroulé le lieu de l'attaque.

Localisation Pont de Londres (Londres)
Cible Civils
Coordonnées 51° 30′ 29″ nord, 0° 05′ 16″ ouest
Date
13 h 58 (UTC+1)
Type Attaque au couteau
Armes Couteau
Morts 3 (dont le terroriste)[1].
Blessés 3[1]
Auteurs Usman Khan
Participants 1
Organisations Drapeau de l'État islamique État islamique
Mouvance Terrorisme islamiste

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Attentat du 29 novembre 2019 à Londres

Géolocalisation sur la carte : Londres

(Voir situation sur carte : Londres)
Attentat du 29 novembre 2019 à Londres

L'attentat du 29 novembre 2019 à Londres est une attaque terroriste à l'arme blanche survenue sur le pont de Londres, dans le centre de la capitale britannique, le , faisant deux morts et trois blessés[1],[2].

L'attaque, revendiquée par l'État islamique, est considérée comme terroriste par la police[3]. L'auteur de l'attaque est abattu par la police. Il portait sur lui un « engin explosif factice »[4].

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, salue « la bravoure extraordinaire des passants qui sont intervenus »[5].

L'attaque survient lors du Black Friday. Le pont de Londres avait déjà été le théâtre d'un attentat au camion bélier le 3 juin 2017 faisant plusieurs morts, également revendiqué par l'organisation État islamique.

ContexteModifier

L'Europe fait face à de nombreux attentats perpétrés par l'organisation terroriste État islamique ou par des sympathisants de l'organisation. Le Royaume-Uni fait également partie de leur cible. En 2017 trois attaques meurtrières avaient été perpétrées en leur nom.

Le Royaume-Uni se trouve par ailleurs au moment de l'attaque en pleine campagne pour les élections générales du 12 décembre 2019. Boris Johnson décide par conséquent d'interrompre sa campagne au soir de l'attaque[6].

EnquêteModifier

L'assaillant, Usman Khan, est lié à des groupes terroristes islamistes. Il avait déjà été condamné en 2012 à 16 ans de prison pour avoir planifié un attentat à la bombe, mais avait été libéré de prison en 2018 après avoir accepté un bracelet électronique[7]. Il avait participé ensuite à un programme de déradicalisation. Sa déradicalisation avait été qualifiée de réussite à montrer en exemple : "Poster Boy" par les responsables du programme [8]. Il a été enterré au Pakistan devant une foule importante [9].

RevendicationModifier

L'attaque est revendiquée le 30 novembre par l'État islamique[10].

RéférencesModifier

  1. a b et c « L'attaque au couteau à Londres a fait au moins 2 morts et 3 blessés », sur bfmtv.com, (consulté le 29 novembre 2019)
  2. « Plusieurs blessés à Londres dans une attaque à l’arme blanche, un homme arrêté », sur lemonde.fr, (consulté le 29 novembre 2019).
  3. « Londres : plusieurs blessés dans une attaque terroriste au London Bridge, le suspect abattu », sur lci.fr, (consulté le 29 novembre 2019).
  4. « En direct : à Londres, plusieurs blessés dans une attaque au couteau, un homme abattu par la police », sur lemonde.fr, (consulté le 29 novembre 2019).
  5. « Attaque terroriste à Londres : Boris Johnson salue « la bravoure extraordinaire des passants qui sont intervenus » », sur bfmtv.com, (consulté le 29 novembre 2019).
  6. « DIRECT. Attaque au couteau à Londres : deux personnes sont mortes, annonce la police », sur Franceinfo, (consulté le 29 novembre 2019).
  7. « Attaque sur le London Bridge : l'assaillant lié à des "groupes terroristes islamistes" », sur rtbf.be, (consulté le 30 novembre 2019)
  8. (en) Tom Harper, Jon Ungoed-Thomas and Caroline Wheeler, « London Bridge attack: poster boy for rehabilitation. And killer », The Sunday Times,‎ (ISSN 0956-1382, lire en ligne, consulté le 10 décembre 2019)
  9. (en-GB) Charles Hymas et Ben Farmer, « London Bridge terrorist Usman Khan is buried in family village in Pakistan after UK backlash », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le 10 décembre 2019)
  10. L'Etat islamique revendique l'attaque de Londres, Le Figaro avec AFP et Reuters, 30 novembre 2019.

Article connexeModifier