Attaque de Wanzarbé

Attaque de Wanzarbé

Informations générales
Date
Lieu Près de Wanzarbé et Yatakala
Issue Indécise
Belligérants
Drapeau du Niger NigerDrapeau de l'État islamique État islamique dans le Grand Sahara
Forces en présence
inconnuesinconnues
Pertes
5 à 7 morts[1],[2]
4 blessés[2]
1 pick-up détruit[1]
inconnues

Guerre du Sahel

Coordonnées 14° 45′ 16″ nord, 0° 22′ 04″ est
Géolocalisation sur la carte : Monde
(Voir situation sur carte : Monde)
Attaque de Wanzarbé
Géolocalisation sur la carte : Afrique
(Voir situation sur carte : Afrique)
Attaque de Wanzarbé
Géolocalisation sur la carte : Niger
(Voir situation sur carte : Niger)
Attaque de Wanzarbé

L'attaque de Wanzarbé a lieu le pendant la guerre du Sahel.

DéroulementModifier

L'attaque est menée par des djihadistes tôt le matin du , dans la région de Tillabéri, dans une zone où trois gendarmes avaient déjà été tués en mars 2016[1],[3]. Un poste de la gendarmerie nigérienne est ciblé entre Wanzarbé et Yatakala, près des frontières avec le Mali et le Burkina Faso[1]. Les djihadistes ne parviennent cependant pas à s'emparer du poste et finissent par se replier en direction du Mali[1],[4]. Trois jours plus tôt, le gouvernement nigérien avait décrété l'état d'urgence dans les régions de Tillabéri et Tahoua[3],[4].

L'armée nigérienne commence alors des opérations de ratissage[1],[4]. L'armée française, engagée dans l'Opération Barkhane, fait quant à elle décoller deux Mirage 2000 depuis Niamey et trois hélicoptères depuis Gao[1].

RevendicationModifier

L'attaque est revendiquée le par l'État islamique dans le Grand Sahara[5].

PertesModifier

Dans un premier temps, une source sécuritaire de l'AFP déclare qu'au moins quatre gendarmes sont morts lors de l'attaque[3]. Puis finalement, le gouvernement nigérien annonce quelques heures plus tard qu'au moins cinq gendarmes ont été tués et un véhicule détruit lors de l'affrontement[1],[3],[4].

Voice of America indique cependant le même jour que selon un bilan non officiel, l'attaque aurait fait sept morts et quatre blessés graves parmi les gendarmes[2].

RéférencesModifier