Ouvrir le menu principal

Atikamekw (langue)

langue algonquienne
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la langue atikamekw. Pour le peuple atikamekw, voir Atikamekws.

Atikamekw
Pays Canada
Région Québec
Nombre de locuteurs 6 600
Typologie polysynthétique
Classification par famille
Statut officiel
Régi par Institut linguistique Atikamekw (Wasikahikan)
Codes de langue
ISO 639-2 alg[1]
ISO 639-3 atj
Étendue 99.9% au Québec
IETF atj
Déclaration de César Newashish, alors doyen des Attikameks, sur son lit de mort le  :

Witamowikok aka wiskat eki otci pakitinamokw kitaskino, nama wiskat ki otci atawanano, nama wiskat ki otci meckotonenano, nama kaie wiskat ki otci pitoc irakonenano Kitaskino[2].


Traduction :

Dites-leur que nous n’avons jamais cédé notre territoire, que nous ne l’avons jamais vendu, que nous ne l’avons jamais échangé, de même que nous n’avons jamais statué autrement en ce qui concerne notre territoire[2].

L’atikamekw (atikamekw nehiromowin en atikamekw) est une langue parlée par les Atikamekw, un peuple vivant principalement dans les hautes terres des régions de Lanaudière et de la Mauricie au Québec. Il s'agit d'une langue de la famille algonquienne qui fait partie du continuum linguistique cri-montagnais. En fait l'atikamekw est parfois considéré comme étant un dialecte cri.

Il s'agit d'une langue polysynthétique, c'est-à-dire que chaque mot est composé de plusieurs morphèmes et qu'un seul mot peut correspondre à une phrase entière dans des langues moins synthétiques. L'atikamekw s'écrit en utilisant l'alphabet latin, mais ne comprend que 15 lettres dont une qui lui est unique, le ‹ tc ›.

La langue est considérée comme la moins menacée des langues autochtones du Canada : à Wemotaci, 95 % des gens parlent la langue attikamekw[3].

Sommaire

ClassificationModifier

Comme la plupart des langues algonquiennes, l’atikamekw est une langue polysynthétique.

L'atikamekw est un des membres du continuum linguistique cri-montagnais-naskapi. La langue est partiellement compréhensible par les locuteurs du cri et de l’innu-aimun, aussi connu sous le nom de montagnais.

ÉcritureModifier

Contrairement au cri, l’atikamekw s’écrit en alphabet latin. En outre, l'alphabet de cette langue comporte seulement quinze lettres, dont une qui lui est unique, le ‹ tc ›. L'alphabet complet est le suivant, et est appris tel quel par les jeunes Atikamekw :

Alphabet atikamekw
Majuscules
P T K S C Tc M N R H W A E I O
Minuscules
p t k s c tc m n r h w a e i o

Les consonnes ‹ p, t, k, s, c, tc › peuvent être soulignées lorsqu’elles sont prononcées fortement : ‹ p̲, t̲, k̲, s̲, c̲, t̲c̲ ›. Les voyelles longues peuvent être indiquées à l’aide de l’accent circonflexe : ‹ â, î, ô ›.

Histoire de la langueModifier

La langue Atikamekw est une langue dite très descriptive et représentatif. Par exemple, il y a des animaux tel que « chèvre » qui existe pas dans leurs langues, il n’y a pas de terme par la juste raison que cet animal n’est pas dans leur environnement et il y a plusieurs autres mots qui ne peuvent pas se traduire et qui n’existe pas en Atikamekw. La langue Atikamekw est l’une des seules nations algonquines nord-américain qui a intégré la 18e lettre de l’alphabet français « r » dans leur alphabet. On peut retracer la lettre « r » dans des écrits historique Atikamekw comme la liste de mots autochtones de Jacques Cartier ou Samuel de Champlain, dans les lettres de Marie-de-L ’Incarnation et dans les relations des Jésuites (avec Paul Lejeune). De divers témoignages proviennent d’aussi loin que de la Saskatchewan et de l’Alberta quant à l’emploi de la lettre « r » par la Nation Atikamekw. Les locuteurs atikamekw peuvent aussi bien comprendre les autres langues dans la même familles linguistiques (territoire de l’Est) tel que le Micmaque, le Malécite, l’Abénakis, le Cris et l’Innu. La transmission orale de la langue Atikamekw de génération en génération reste perpétuel naturellement.

Notes et référencesModifier

  1. Code générique correspondant aux langues algonquiennes.
  2. a et b « Revendications », sur La nation Atikamekw de Manawan (consulté le 22 juillet 2017).
  3. Caroline Montpetit, « L’attikamek, la langue autochtone la plus vivante du Canada », Le Devoir,‎ (ISSN 0319-0722, lire en ligne, consulté le 6 septembre 2017)

SourcesModifier

  • ATIKAMEKW SIPI (2018). « La nation Atikamekw », « Fondement/langue », [En ligne[1]]. [http://www.atikamekwsipi.com/fr/la-nation-atikamekw/fondements/langue] (consulté le 14 novembre 2018)
  • CONSEIL DES ATIKAMEKW DE MANAWAN (2018). « historique-histoire », « La langue Atikamekw, Atikamekw nehirowimowin », [En ligne[2]]. [http://www.manawan.com/historique.cshtml] (consulté le 14 novembre 2018)
  • PATRIMOINE CANADIEN (2006-2018), « La nation Atikamekw de Manawan », « Nomadisme/Langue », [En ligne[3]]. [http://www.manawan.org/nomadisme/langue/] (consulté le 14 novembre 2018)
  • STATISTIQUE CANADA (23 Juillet 2018). « Programme de recensement », « Recensement en bref. Les langues autochtones des Premières Nations, des Métis et des Inuits », [En ligne[4]]. [https://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2016/as-sa/98-200-x/2016022/98-200-x2016022-fra.cfm] (consulté le 14 novembre 2018).

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Martyne Michaud et collaborateur, Toponymie des Attikameks: Wetciparik e aicinikateki e aitaskamikak Atikamekw Askik, (lire en ligne [PDF]).
  1. « Langue / Fondements / La Nation Atikamekw / Atikamekw », sur Atikamekw (consulté le 21 novembre 2018)
  2. « Conseil des Atikamekw de Manawan - Historique », sur www.manawan.com (consulté le 21 novembre 2018)
  3. Conseil des atikamekw de Manawan, Connexion-Lanaudière, « Langue :: Nomadisme :: La nation Atikamekw de Manawan », sur www.manawan.org (consulté le 21 novembre 2018)
  4. « Recensement en bref : Les langues autochtones des Premières Nations, des Métis et des Inuits », sur www12.statcan.gc.ca (consulté le 21 novembre 2018)