Ouvrir le menu principal

Athénaïs Mialaret

épouse de Jules Michelet, auteur d'œuvres personnelles et des œuvres de son mari, après la mort de celui-ci
Athénaïs Mialaret
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Athénaïs-Marguerite MialaretVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Enfant
Yves-Jean-Lazare Michelet (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Domaine

Athénaïs Marguerite Michelet, née Mialaret (1826-1899), est la seconde épouse et la collaboratrice de Jules Michelet, en même temps que l'auteur des Mémoires d'une enfant.

Sommaire

BiographieModifier

Née le à Montauban (Tarn-et-Garonne), Athénaïs Marguerite Mialaret est la fille d'Yves Louis Jacques Hippolyte Mialaret (1774-1841), originaire de Lauzerte (Tarn-et-Garonne), ancien précepteur des enfants de Toussaint Louverture, et de Marguerite Emma Becknell (1804-1864), originaire de Louisiane qu'il avait épousée à la Nouvelle-Orléans[1]. Placée en nourrice pendant les quatre premières années de sa vie[2], elle est maltraitée par sa mère, mais trouve refuge auprès de son père, homme cultivé grâce à qui elle étudie.

Suite au décès de son père, elle doit subvenir à ses besoins et est employée comme institutrice des enfants de la famille Cantacuzène à Vienne. Elle fuit la révolution de 1848 et rentre en France en octobre.

Pendant son séjour en Autriche, c'est la lecture du livre Du Prêtre, de la femme, de la famille, paru en 1845, qui sera à l'origine d'une correspondance avec l'auteur Jules Michelet. Arrivée à Paris le 7 octobre 1848, elle le rencontre le lendemain et le , elle l'épouse à Paris lui donnant en juillet 1850 un fils, Yves Jean Lazare, qui ne vit que quelques semaines[3].

À la mort de son mari en 1874, elle se transforme en une veuve abusive qui se venge de ses frustrations conjugales en se consacrant à la fabrication du grand homme. Douée de certaines aptitudes littéraires, elle falsifie certains textes non publiés du journal de Michelet avant de les faire éditer de manière posthume, contribuant ainsi à la promotion institutionnelle du « pape de l'Histoire »[4].

Elle meurt le à l’âge de 72 ans dans le 6e arrondissement de Paris.

BibliographieModifier

  • Athénaïs Michelet, Mémoires d'une enfant, L. Hachette et Cie, 1867[5].
  • Mme Jules Michelet, Les Chats, Paris, Ernest Flammarion, 1904[6].
  • Isabelle Delamotte, Le Roman d'Athénaïs, une vie avec Michelet, Belfond, (ISBN 2714446868). C'est la première biographie publiée sur la vie d'Athénaïs Mialaret.
  • Athénaïs Michelet, Mes Chats[7].
  • Pour bibliographie complète voir fiche BNF[8]

RéférencesModifier

  1. Emma Becnel âgée de 14 ans était l'ainée des enfants de Pierre Becnel époux de Marguerite Aimée Haydel fille d'un des plus grands planteurs de Louisiane. Il est à noter que seuls les actes de naissance et de décès d'Athénaïs écrivent Becknell alors que tous les documents aux USA l'orthographient Becnel
  2. Isabelle Delamotte 2012, chapitre 1, « de l'Ardus aux Chapitoulas »
  3. François Papillard, Jules Michelet (1798-1874), C. Corlet, , p. 92
  4. Roland Barthes, Michelet par lui-même, Editions du Seuil, , p. 10
  5. Mémoires d'une enfant, sur gallica BnF
  6. Rééédité en 1978, Plan-de-la-Tour (Var): Éd. d'aujourd'hui, Fac-sim. de l'éd. de Paris, E. Flammarion, 1904
  7. 1re partie du livre "Les Chats" de 1904, rééditée sous le titre "Mes Chats" : Rennes, Éd. La Part commune, 2004, 224 pages, (ISBN 978-2-84418-048-3) - Frontignan, Éd. Le Chat rouge, 2015, (ISBN 978-2916202204)
  8. Fiche sur catalogue BNF ; https://data.bnf.fr/documents-by-rdt/11916017/70/page1

Liens externesModifier