Ateliers d'art de France

Ateliers d’Art de France
Création 1868
Forme juridique Syndicat professionnel des métiers d'art
Siège social 8 rue Chaptal, 75009 Paris
Direction Aude Tahon (présidente) (depuis septembre 2016)
Activité Représentation, promotion, et accompagnement des professionnels des métiers d’art
Site web www.ateliersdart.com

Ateliers d'Art de France[1] est le syndicat professionnel français des métiers d'art, créé en 1868. Il fédère plus de 6 000 artisans d'art, artistes et manufactures d'art à travers l’Hexagone.

HistoriqueModifier

En 1868, des professionnels des métiers d'art fondent la Chambre syndicale de la céramique et de la verrerie. Devenue en 1937 la Chambre syndicale de la céramique d'art, elle prend en 1984 son nom définitif : le Syndicat des ateliers d'art de France.

En 1949, la chambre syndicale organise le premier Salon des arts appliqués professionnels, qui prend l'année suivante le nom de Salon des ateliers d'art. Ce salon se déroule à la Porte de Versailles deux fois par an, et s'ouvre à sa troisième édition à l'ensemble des métiers d'art. En 1995, le groupe Blenheim, par la suite racheté par Reed Expositions, et Ateliers d'art de France fusionnent leurs salons respectifs pour créer le salon MAISON&OBJET. Son organisation est confiée à la SAFI, filiale d'Ateliers d'Art de France et de Reed Expositions France. Copropriétaire du salon MAISON&OBJET, Ateliers d'Art de France est propriétaire et organisateur de deux autres salons : le Salon International du Patrimoine Culturel qui se tient au Carrousel du Louvre et Révélations, la biennale des métiers d’art et de la création qui prend place au Grand Palais.

En 2011, Ateliers d'Art de France créé deux instances : la Fondation Ateliers d'Art de France et l'UNMA, l'Union Nationale des Métiers d'Art qui rassemble plusieurs associations professionnelles du secteur des métiers d'art.

En janvier 2018, une pétition a été lancée par Ateliers d’Art de France et l’UNMA. Adressée au ministère du Travail, elle demande la construction d’une branche professionnelle de métiers d’art comme condition nécessaire de la pérennité économique des professionnels des métiers d’art[2].

Notes et référencesModifier

  1. « Ateliers d'Art de France », sur www.ateliersdart.com (consulté le 31 janvier 2018)
  2. Kindermans Marion, « Loi travail : les métiers d'art redoutent d'être fondus dans l'industrie », sur lesechos.fr, (consulté le 28 mars 2018)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier