Objet potentiellement dangereux

Pour être classés comme tels, les objets font état d’une distance minimale à l’orbite terrestre inférieure à 0,05 unité astronomique, soit environ 19 fois la distance entre la Terre et la Lune

Un objet potentiellement dangereux (en abrégé OPD ; en anglais Potentially Hazardous Object, PHO) est, en astronomie, un objet spatial volumineux dont la trajectoire passe suffisamment près de la Terre pour représenter une menace de collision. Ces objets relèvent de la catégorie des géocroiseurs et sont de deux types :

Astéroïde (4179) Toutatis.

DéfinitionModifier

Un objet spatial est considéré comme un OPD[1] si sa distance minimale à l'orbite terrestre (DMIO-T, E-MOID en anglais) est inférieure à 0,05 UA (soit 7 480 000 km, soit encore 19,5 distances lunaires) et si son diamètre est d'au moins 150 mètres[2], correspondant à une magnitude absolue H < 22 (le diamètre est calculé sur la base d'un albédo de 0,14).

Les deux principales échelles utilisées pour classer les objets spatiaux par ordre de dangerosité sont l'échelle de Palerme et l'échelle de Turin.

DénombrementModifier

En , le Near-Earth Object Program de la NASA recensait 982 APD et 65 CPD[3].

En 2012, NEOWISE estimait qu'il y avait 4700 ± 1500 APD de diamètre supérieur à 100 mètres[4].

En , on connait 1974 APD[5],[6] dont seulement 208 ont un arc d'observation inférieur à 30 jours. Plus précisément, on connait 1750 APD de la famille Apollon[7] et seulement 174 APD de la famille Aton[8] (ainsi que 119 APD de la famille Amor[9]).

Des projets tels que LINEAR, Catalina Sky Survey (associé au Mount Lemmon Survey) et Pan-STARRS 1 continuent à chercher de nouveaux OPD. Chacun d'eux est étudié par des moyens variés, dont des observations optiques, radar et infrarouge pour déterminer leurs caractéristiques, telles que leur taille, leur composition, leur période de rotation et améliorer la détermination de leur orbite. Des astronomes professionnels et amateurs participent à ces suivis.

Plus gros astéroïdes potentiellement dangereuxModifier

Liste des plus gros astéroïdes potentiellement dangereux (basée sur la magnitude absolue H) découverts pendant une année donnée[10] :

Nom/Année (H)
(1862) Apollon (1932 HA) 16,25
(69230) Hermès (1937 UB) 17,5
(2201) Oljato (1947 XC) 15,25
(1566) Icare (1949 MA) 16,9
(29075) 1950 DA 17,1
(1620) Géographos (1951 RA) 15,6
(4183) Cuno (1959 LM) 14,4
(5011) Ptah (1960) 16,4
(1981) Midas (1973 EA) 15,2
(2102) Tantale (1975 YA) 16,0
(161989) Cacus (1978 CA) 17,1
(4015) Wilson-Harrington (1979 VA) 16,0
(3122) Florence (1981 ET3) 14,1
(3200) Phaéton (1983 TB) 14,6
(3671) Dionysos (1984 KD) 16,4
(4486) Mithra (1987 SB) 15,6
(4179) Toutatis (1989 AC) 15,3
(4953) 1990 MU 14,1
(7341) 1991 VK 16,7
(10115) 1992 SK 17,0
(39572) 1993 DQ1 16,4
(136618) 1994 CN2 16,6
(243566) 1995 SA 17,3
(8566) 1996 EN 16,5
(35396) 1997 XF11 16,9
(16960) 1998 QS52 14,3
(137427) 1999 TF211 15,0
(23187) 2000 PN9 16,1
(111253) 2001 XU10 14,9
(89830) 2002 CE 14,7
(242216) 2003 RN10 15,7
(242450) 2004 QY2 14,7
(308242) 2005 GO21 16,4
(374851) 2006 VV2 16,8
(214869) 2007 PA8 16,2
(294739) 2008 CM 17,15
(369264) 2009 MS 16,3
(381906) 2010 CL19 17,55
(415029) 2011 UL21 15,7
(482467) 2012 LK9 17,8
(507716) 2013 UP8 16,3
(533671) 2014 LJ21 16,1
2015 HY116 17,5
2016 CB194 17,6
2017 CH1 17,9
2018 XV5 17,5
2019 RV3 18,1
2020 SL1 17,5
2021 HK12 17,7
2022 AP7 17,1

Notes et référencesModifier

  1. (en) Task Force on potentially hazardous Near Earth Objects, Report of the Task Force on potentially hazardous Near Earth Objects, (lire en ligne).
  2. (fr) Tristan Ferroir, ENS Lyon, « Chute de météorites : flux et risques », Planet-Terre,
  3. (en) « NEO Discovery Statistics », Near-Earth Object Program (consulté le )
  4. (en) Whitney Clavin et J.D. Harrington, « NASA Survey Counts Potentially Hazardous Asteroids », NASA/JPL, (consulté le )
  5. (en) « Potentially Hazard Asteroids », Near-Earth Object Program (consulté le )
  6. (en) « Unusual Minor Planets », Centre des planètes mineures, (consulté le )
  7. (en) « JPL Small-Body Database Search Engine: PHAs and orbital class (APO) », JPL Solar System Dynamics (consulté le )
  8. (en) « JPL Small-Body Database Search Engine: PHAs and orbital class (ATE) », JPL Solar System Dynamics (consulté le )
  9. (en) « JPL Small-Body Database Search Engine: PHAs and orbital class (AMO) », JPL Solar System Dynamics (consulté le )
  10. (en) « JPL Small-Body Database Search Engine: PHAs and H < 18 (mag) », JPL Solar System Dynamics (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier