Astérix en Corse

Album de bande dessinée de la série Astérix

Astérix en Corse
20e album de la série Astérix
Logo de l'album.
Logo de l'album.

Scénario René Goscinny
Dessin Albert Uderzo

Personnages principaux Astérix, Obélix
Lieu de l’action Gaule
Corse

Éditeur Dargaud
Première publication 1973
ISBN 2-01-210152-6
Nb. de pages 48

Prépublication 1973
Albums de la série

Astérix en Corse est le vingtième album de la bande dessinée Astérix, publié en 1973, scénarisé par René Goscinny et dessiné par Albert Uderzo.

Il a été pré-publié dans le journal Pilote (c'est le dernier album à faire l'objet d'une prépublication dans Pilote[1]) du no 687 (4 janvier 1973) au no 708 (31 mai 1973).

RésuméModifier

À l'occasion de l'anniversaire de la bataille de Gergovie, les habitants du village gaulois reçoivent différentes connaissances rencontrées au cours de leurs précédentes aventures gauloises, bretonnes, helvètes, ibères et arvernes. Pour divertir leurs invités, ils décident d'attaquer le camp de Babaorum — les autres camps ayant été abandonnés par leurs occupants pour décourager les Gaulois. Alors que les Romains sont évidemment battus à plate couture, Astérix et ses amis découvrent dans le camp un prisonnier corse, du nom d'Ocatarinetabellatchitchix, qui leur apprend qu'il est le chef d'un village corse qui résiste lui aussi à l'envahisseur. Le prisonnier ajoute qu'il a été exilé sur les ordres de Suelburnus, le gouverneur romain de Corse, qui compte ainsi l'empêcher de s'emparer une fois de plus de l'argent des impôts. Or, Suelburnus est précisément sur le point de partir pour Rome ramener la recette fiscale de l'année.

Après avoir libéré Ocatarinetabellatchitchix, Astérix et Obélix décident d'accompagner celui-ci en Corse, très désireux de voir comment ses compatriotes s'y prennent avec les Romains. Arrivés au port de Massilia, les trois hommes s'arrangent pour prendre un bateau qui s'avère être celui des pirates — ces derniers, redoutant une nouvelle attaque de la part des Gaulois, préfèrent abandonner leur bateau de nuit.

Les trois compagnons débarquent en Corse, mais sont repérés par des Romains qui donnent l'alerte. Ocatarinetabellatchitchix conduit alors Astérix et Obélix dans son village, où il retrouve ses hommes.

Pendant ce temps, à Aléria, le gouverneur Suelburnus ayant appris le retour d'Ocatarinetabellatchitchix, envoie une patrouille dans le village pour arrêter le proscrit. Ocatarinetabellatchitchix, Astérix et Obélix partent se cacher dans le maquis corse et, après avoir assommé les Romains à leur trousse, accueillent les chefs de clans pour préparer l'attaque d'Aléria.

Suelburnus prévoit d'abandonner la garnison et de partir pour Rome en secret avec les impôts à bord d'une galère menée par les pirates. Pour parvenir à ce but, il fait charger de nuit les impôts à bord. Toutefois, les soldats romains apprennent la trahison de leur gouverneur et se rebellent. Au même moment, les Corses attaquent enfin la ville avant que la galère ne soit chargée. Astérix et Obélix déclenchent l'assaut d'Aléria en premier, pendant qu'Ocatarinetabellatchitchix règle ses comptes avec le chef d'un clan rival, Figatellix. Après la bataille, Suelburnus est renvoyé à Rome les mains vides. Du côté corse, les combattants récupèrent leurs impôts et leurs biens, tandis que les clans rivaux se réconcilient autour d'un banquet.

Astérix et Obélix reviennent ensuite dans leur village, riches de leur nouvelle expérience : lors du banquet nocturne final, Idéfix a même adopté la coutume corse de la sieste.

Personnages principauxModifier

  • Barbe-Rouge (non nommé), chef des pirates,
  • Triple-Patte (non nommé), pirate unijambiste disant des citations latines,
  • Baba (non nommé), vigie des pirates ;

AnalyseModifier

PersonnagesModifier

Il se peut que, parmi les enfants jouant au début de l'album, les fils de Cétautomatix et d'Ordralphabétix soient Selfix (fils de Cétautomatix) et Blinix ou Surimix (fils de d'Ordralphabétix), que l'on rencontrera dans l'album La Fille de Vercingétorix. En particulier, le fils non nommé d'Ordralphabétix dans cet album zozote, comme le fera Surimix.

Lors du banquet organisé pour fêter l'anniversaire de Gergovie (qui est, pour les auteurs, une manière de rendre hommage au journal Pilote à l'occasion de cette dernière parution en prépublication), les irréductibles Gaulois reçoivent certains de leurs amis rencontrés lors des aventures précédentes :

Comme dans Le Tour de Gaule d'Astérix, César Labeldecadix apparaît sous les traits de l'acteur Raimu jouant le rôle de César Ollivier dans le film Marius[2],[3]. Comme dans Astérix chez les Bretons, Zebigbos apparaît sous les traits de l'homme politique britannique Harold Wilson.

Les noms des personnages corses se terminent tous en -ix comme ceux des Gaulois ; or la Corse n'a jamais été de culture celtique. C'est probablement une allusion à l'actuelle appartenance de la Corse à la France.

La personnalité ainsi que le visage d'Ocatarinetabellatchitchix sont inspirés d'un journaliste corse du nom de Paul Gianolli[4], qui travaillait à Pilote. Uderzo a en effet lui-même contredit[5] les déclarations d'un restaurateur de Bonifacio nommé Mimi Pugliesi[6], que Goscinny et Uderzo auraient rencontré alors qu'ils faisaient des repérages pour l'album et qui prétend depuis lors être à l'origine de la caricature[7]. Son nom provient de la chanson Tchi-tchi interprétée par Tino Rossi. Page 14, Astérix l'appelle par erreur « Omarinella » qui est une allusion à une autre chanson de Tino Rossi, Marinella.

Ocatarinetabellatchitchix est un chef de clan corse, fier et susceptible. Il a été exilé sur le continent par le préteur romain, mais il revient et reprend sa place. Il veut montrer aux gens du « continent » comment on se bat chez lui et reprendre aux Romains ce qu'ils ont volé aux Corses. Assurancetourix trouve que le nom de cet homme l'inspire, et veut composer une chanson...

À la page 14, lorsque Ocatarinetabellatchitchix se présente, une faute d'orthographe a été commise dans son prénom qui ne comporte alors qu'un seul l, alors qu'il en comporte deux lors de toutes les autres occurrences du nom.

Ocatarinetabellatchitchix porte le nom le plus long de toute la série, devant Encorutilfaluquejelesus, préfet de Lugdunum dans Le Tour de Gaule d'Astérix.

Les femmes corses semblent avoir des noms se terminant par -ata : Chipolata, Désiderata, Errata.

Le centurion Gazpachoandalus a les traits de Pierre Tchernia[8]. À noter que 29 ans plus tard, à l'affiche du film Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, Pierre Tchernia est crédité au générique avec le même nom de personnage Caius Gaspachoandalus[9], avec une orthographe légèrement modifiée (un s remplaçant le z).

Sciencinfus, le seul Romain volontaire pour servir en Corse, est une caricature du jeune cyrard (élève de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr qui forme les officiers de l'armée de terre française).

Astérix n'a pas un rôle très important dans cet épisode, même s'il joue parfaitement bien le rôle du médiateur, comme d'habitude (notamment pour réconcilier deux clans corses ennemis). Obélix, involontairement, s'attire l'amitié d'Ocatarinetabellatchitchix en étant fier, paresseux et gourmand.

CorseModifier

 
Le maquis en Corse

Après la Bretagne, l'Hispanie et l'Helvétie, Astérix et Obélix partent découvrir la Corse : les auteurs nous livrent un nouveau florilège de références et de clichés, cette fois sur la Corse et sur les Corses : fierté nationale, clan et querelles familiales, sieste, fromage, explosion, maquis, cochons sauvages, châtaigners, Napoléon, etc.

 
Le casgiu merzu, fromage corse

Le fromage corse qui exhale une odeur fétide au point de faire exploser le bateau des pirates est un casgiu merzu. Ce fromage fort, emblématique de l'Île de Beauté, est aussi produit en Sardaigne (sous le nom de casu marzu). Au cours de sa préparation, il est envahi de larves de la mouche du fromage, Piophila casei, qui amènent le fromage à un stade de décomposition avancé, d'où son odeur et son goût très forts[10].

Lorsque les héros approchent de la Corse, Ocatarinetabellatchitchix reconnaît l'odeur de son pays natal et en livre une description poétique, y évoquant sa flore caractéristique : « Attendez !... Ce parfum !... Ce parfum léger et subtil, fait de thym et d'amandier, de figuier et de châtaignier... Et là encore, ce souffle imperceptible de pin, cette touche d'armoise, ce soupçon de romarin et de lavande... Mes amis !... Ce parfum... C'est la Corse ! ». On remarque qu'à l'évocation de son île, cet homme habituellement impassible exulte et va jusqu'à se précipiter dans la mer pour la rejoindre à la nage[10].

Ocatarinetabellatchitchix fait une allusion à Napoléon Ier qui était lui-même corse (pages 38 et 45). Notamment, il déclare à Suelbernus : « Pour que les Corses acceptent un empereur, il faudra qu'il soit corse lui-même ». Il met à ce moment-là la main droite dans son gilet. Il parlera également, montrant les colonnes des révoltés corses, de « ses grognards », ainsi que du « sommeil d'Osterlix » (allusion au soleil d'Austerlitz), un de leurs chefs.

On dit que les voyages forment la jeunesse. C'est ce que confirme Idéfix en adoptant les coutumes corses dès son retour au village (page 48) : il fait la sieste.

Cet album a deux particularités par rapport aux autres de la série :

  • Tout d'abord, on ne trouve pas la fameuse carte de la Gaule avec la loupe montrant le village d'Astérix entouré des camps retranchés romains. On trouve à la place une carte de la Corse dont les côtes sont couvertes de camps romains (on apprendra plus tard que les Romains hésitent à s'enfoncer dans le maquis de peur de se perdre). Là aussi, ces camps portent tous des noms finissant en -um, par jeu de mot. Sur cette carte, sur la pointe nord-est, on trouve Tartopum, que César avait confondu avec Babaorum dans Astérix en Hispanie. Goscinny s'est également amusé à situer le camp de Mariapacum (allusion à l'actrice Maria Pacôme) sur l'emplacement de la ville de Porto.
  • Ensuite, on trouve un préambule en lieu et place de la page de présentation des « quelques Gaulois » récurrents. Ce préambule présente la Corse et ses fiers habitants.

C'est le vingtième album de la série, soit le même numéro que le département de la Corse, département unique au moment de la publication de l'album.

Citations latinesModifier

TirageModifier

L'album a été tiré à 1 300 000 exemplaires.

Notes et référencesModifier

  1. Bernard de Choisy, Uderzo-storix, Jean-Claude Lattès, 1991, p.195
  2. L'encyclopedix : Labeldecadix César.
  3. Asterix.com : César Labeldecadix.
  4. Asterix.com : Ocatarinetabellatchixtchix.
  5. « Ocatarinetabellatchitchix », sur Astérix, le site officiel (consulté le )
  6. Cité notamment dans le Guide du routard : Corse 2010, Hachette, 2010, (ISBN 978-2-01-244864-3), p. 80
  7. « Astérix en 32 albums commentés par Uderzo », sur lexpress.fr, (consulté le )
  8. L'encyclopedix : Gazpachoandalous
  9. Astérix & Obélix: Mission Cléopâtre, Full Cast & Crew sur Internet Movie Database
  10. a et b Jérôme Ferrari, "Elle te plait pas ma Corse ?", Astérix chez les philosophes,

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Articles connexesModifier