Association sportive jeunesse Soyaux-Charente

club de football féminin
ASJ Soyaux-Charente
Logo du ASJ Soyaux-Charente
Généralités
Nom complet Association sportive jeunesse Soyaux-Charente
Surnoms Les Bleues et Blanches
Noms précédents Association Jeunesse de Soyaux
Fondation 1968
Statut professionnel SAS
Couleurs Bleu et blanc
Stade Stade Léo-Lagrange
(1 500 places)
Siège 10, avenue du Pétureau
16800 Soyaux
Championnat actuel Division 1
Président Benoît Letapissier
Entraîneur Dragan Cvetkovic
Joueur le plus capé Anaïs Dumont (306)
Meilleur buteur Candie Herbert (62)
Site web asjsoyauxcharente.com
Palmarès principal
National[1] Championnat de France (1)

Maillots

Kit left arm whiteshoulders.png
Kit body whiteshoulders.png
Kit right arm whiteshoulders.png
Kit shorts white border.png
Kit socks classicfootball.png
Domicile
Kit left arm.png
Kit body.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks classicfootball.png
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Division 1 2021-2022
0

L'ASJ Soyaux, est un club de football 100% féminin français basé à Soyaux, près d'Angoulême en Charente, et fondé en 1968 sous le nom d'Association Sportive de Soyaux.

Les Sojaldiciennes entrent dans l'élite du football féminin français en 1975 dès la deuxième année d'existence du Championnat de France. Elles ne seront rétrogradées pour la première fois en Division 2 qu'à l'issue de la saison 2009-2010, soit une série de 35 saisons passées au plus haut échelon national. Elles glaneront pendant cette période un titre de championnes de France, et cinq titres honorifiques de vice-championnes. Le club, de retour aujourd'hui en Division 1, compte plus de 200 licenciées, plusieurs équipes de jeunes aux niveaux régional et national, et est reconnu comme l'un des plus vieux clubs formateurs du football féminin français, ayant formé et vu évoluer en son sein des figures emblématiques telles que Corinne Diacre ou Candie Herbert.

L'équipe fanion du club, entraînée par Dragan Cvetkovic, participe au Championnat de France de première division et évolue au stade Léo-Lagrange.

HistoireModifier

Débuts et période faste du club (années 70-90)Modifier

Malgré une activité encourageante au début du XXe siècle, le football féminin en France - comme en Europe - subit un lent déclin à partir du milieu des années 1920, souffrant d'une image négative dans la société, et causé en grande partie par la mise au ban de la discipline par les grandes fédérations nationales de football (en France, la FFFA). Devenue minoritaire, et même interdite en 1941 sous le Régime de Vichy, la discipline ne reprend son développement qu'à partir du milieu des années 1960. C'est en 1968 que l'Association Sportive de Soyaux - 1 an avant que la discipline ne soit à nouveau reconnue par la Fédération Française de Football - créé en son sein une section de football féminin, afin de la faire participer à des fêtes de village et à des tournois où se rencontrent des équipes féminines. Le 1er match officiel de la section a lieu le 20 mars 1971 au stade Chanzy d'Angoulême[2].

Le 1er Championnat de Division 1 nationale de football féminin est créé en France en 1974 et verra pour sa 1re édition la victoire du Stade de Reims. L'AS Soyaux, après sept ans passés au sein de la Ligue du Centre-Ouest, rejoint l'élite du football féminin français, un an plus tard, pour la saison 1975-1976. L'équipe s'y illustrera une première fois lors de la saison 1979-1980 en atteignant la Finale du Championnat, dominant sur sa route le Stade quimpérois et son futur grand rival des années 1980, le VGA Saint-Maur. L'AS Soyaux cédera néanmoins en finale, 2 buts à 0[3], face à l'ogre rémois, finaliste déjà lors des 5 premières éditions et champion à 3 reprises.

Faisant de l'ombre aux équipes masculines du club[4], la section féminine de l'AS Soyaux subira une période de turbulence en 1982 : elle est supprimée par le club, puis reformée par la volonté des 50 licenciées du club et de certains dirigeants. Le club prend le nom d'Association Sportive Jeunesse de Soyaux, l'ASJ Soyaux, et sera désormais exclusivement féminin. Cette péripétie n'aura guère d'influence sur les résultats sportifs : l'équipe fanion enchaînant 3 demi-finales entre 1980 et 1983, et obtiendra même, lors de la saison 1983-1984[5], son premier et unique titre à ce jour de Champion de France, en écartant en finale le VGA Saint-Maur, tenant du titre, sur le court avantage de 1 but à 0.

Bien qu'il ne remportera pas de second titre lors de cette période fortement dominée par le VGA Saint-Maur (6 titres entre 1982 et 1990), l'ASJ Soyaux restera entre 1984 et 1990 un prétendant sérieux au titre de Champion de France, échouant deux fois en finale face au VGA Saint-Maur lors des saisons 1985-1986 (5 buts à 1) et 1986-1987 (3 buts à 0), et une fois aux tirs-au-but face au Saint-Brieuc SC en 1989.

Au niveau régional, les Sojaldiciennes poursuivront jusqu'en 1996 leur hégémonie amorcée en 1978 lors du gain de leur 1re Coupe du Centre-Ouest, en glanant pendant cette période pas moins de 14 Coupes régionales (elles en gagneront 4 autres depuis). Au niveau national, dès le début des années 1990, le club ne sera plus en mesure de lutter avec le FCF Juvisy, le FC Lyon ou le Toulouse FC pour le titre, récoltant tout de même une dernière position de dauphin - derrière le FCF Juvisy - lors du Championnat de France 1995-1996. S'ensuivra donc un long déclin d'une vingtaine d'années, qui va voir le club s'installer dans le ventre mou du Championnat de 1re Division, puis se rapprocher dangereusement de la Division 2 ; jusqu'à ce qu'en 2010 le club y soit finalement relégué pour la première fois de son histoire.

Les Bleues, entraînées alors par Corinne Diacre - joueuse emblématique du club et de l'Équipe de France devenue entraîneur de l'ASJ Soyaux de 2009 à 2013[6] -, remonteront en Division 1 immédiatement la saison suivante, mais ne pourront s'y maintenir, finissant l'exercice 2011-2012 à l'avant-dernière place. Les Sojaldiciennes terminent alors premières de leur groupe (B) en Division 2 l'année suivante et font l'ascenseur à nouveau. Elles parviennent cette fois à rester dans l'élite et font un bonne saison pour un promu : elles obtiennent une 6e place à l'issue du Championnat et atteignent les Demi-finales de la Coupe de France (perdue pour la quatrième fois face à l'Olympique lyonnais).

Professionnalisation et fusion avortée avec AngoulêmeModifier

Les Sojaldiciennes affiche dans le milieu des années 2010 une certaine régularité dans le championnat de France de D1 en terminant 6es en 2014 et 2015 et 7es en 2016 et 2017[7],[8].

Devenant une nécessité pour se maintenir au haut niveau, une professionnalisation croissante du club se fait ressentir, le club passant d'un budget de 300 000 € et de 20 % de joueuses sous contrats fédéraux en 2016, à 17 joueuses sous contrats et un budget de 850 000 € pour la saison 2019-2020[9].

 
Logo qui était destiné au nouveau club fusionné.

Le , l'ASJ Soyaux, dans une volonté de professionnaliser davantage son équipe, officialise un projet de fusion avec l'Angoulême Charente FC évoluant en National 3[10]. Un nom (Angoulême Soyaux Charente) et un logo sont dévoilés le 26 mars pour le nouveau club qui doit prendre forme pour la saison 2019-2020[11]. Mais en mai, la fusion est reportée à la saison 2020-2021, une durée plus longue de préparation étant nécessaire[12], avant finalement d'être définitivement enterrée fin juin par l'ASJ Soyaux, qui a voté l'abandon du protocole de fusion avec l'ACFC en assemblée générale[13]. Affectée par cet échec, la présidente de l'ASJ Soyaux, Martine Ferré, démissionne en septembre 2019 et est remplacée par le président délégué, Arnaud Pimbert[14].

En difficulté financière et subissant déjà un encadrement de sa masse salariale, l'ASJ Soyaux se voit notifier le par la DNCG de la FFF d'un retrait de trois points, d'une interdiction de recrutement et du maintien de l'encadrement de la masse salariale. Le club fait appel de cette décision[15].

À partir de la saison 2020-2021, l'équipe première évoluera sous une société anonyme sportive professionnelle, décision qui doit permettre au club de se développer économiquement, commercialement et en finalité sportivement[16]. Le détachement de la structure associative, regroupant l'école de foot et l'équipe senior R1 et présidée par Marilyn Fort, implique la nomination d'un nouveau président à la tête de la SAS[17] en la personne de Joël Cordeau[18]. Sébastien Joseph, à qui il reste une année de contrat, reste l'entraîneur de l'équipe professionnelle[18]. L'effectif, réduit à 18 joueuses, se renforce de trois étrangères et deux joueuses de D2[19]. Le club, alors en position de relégable, voit en octobre 2020 la démission de l'entraîneur Sébastien Joseph pour raisons personnelles, l'intérim est assuré par Laurent Mortel jusqu'à la fin de saison[20]. Dans le même temps, Joël Cordeau et Louis Dupeyrat, respectivement président et directeur sportif de l'ASJ Soyaux, sont démis de leurs fonctions alors qu'ils sont en désaccord avec Benoît Letapissier, actionnaire majoritaire de la SAS, qui devient PDG de la SAS[21]. Robert Corfou arrive également en tant que responsable sportif[22]. Laurent Mortel quitte finalement le club, son projet sportif étant mis à mal par les restrictions salariales[23]. Il est remplacé par Dragan Cvetkovic[24].

Dates clésModifier

Identité visuelleModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Résultats sportifsModifier

PalmarèsModifier

Le palmarès de l'ASJ Soyaux comporte un Championnat de France.

Le tableau suivant liste le palmarès du club actualisé à l'issue de la saison 2013-2014 dans les différentes compétitions officielles aux niveaux national et régional.

Palmarès de l'Association sportive jeunesse Soyaux-Charente
Compétitions nationales Compétitions régionales
  • Championnat DH Centre-Ouest (9)
    • Champion : 1978, 1979, 1991, 1999, 2000, 2001, 2002, 2011, 2012.
  • Coupe du Centre-Ouest (19)
    • Vainqueur : 1978-1983, 1985-1987, 1989-1992, 1996, 2001, 2003, 2004, 2011, 2014.
  • Coupe de Charente (19)
    • Vainqueur : ... , 2009, 2011.

Bilan saison par saisonModifier

Le tableau suivant retrace le parcours de l'équipe première du club depuis la création du championnat de Division 1 sous le nom de Association Sportive de Soyaux (1968-1982) puis de Association Sportive Jeunesse de Soyaux depuis 1982.

Parcours du club saison par saison
Édition Division 1 Division 2 Divisions Régionales Coupe de France
1974-1975 - ...
1975-1976 ... -
1976-1977 Premier Tour -
1977-1978 Premier Tour -
1978-1979 Premier Tour -
1979-1980 Finaliste -
1980-1981 Demi-finaliste -
1981-1982 Demi-finaliste -
1982-1983 Demi-finaliste - -
1983-1984 Champion - -
1984-1985 2e (Gr. A) - -
1985-1986 Finaliste - -
1986-1987 Finaliste -
1987-1988 3e (Gr. C) -
1988-1989 Finaliste -
1989-1990 1/4 de finale -
1990-1991 1/4 de finale -
1991-1992 1/4 de finale -
1992-1993 5e - -
1993-1994 4e - -
1994-1995 6e - -
1995-1996 2e - -
1996-1997 5e - -
1997-1998 6e - -
1998-1999 7e - -
1999-2000 6e - -
2000-2001 7e - -
2001-2002 6e - - 8e de finale
2002-2003 6e - - Demi-finaliste
2003-2004 6e - - 1/4 de finale
2004-2005 4e - - Demi-finaliste
2005-2006 6e - - 1/8e de finale
2006-2007 4e - - 16e de finale
2007-2008 6e - - Demi-finaliste
2008-2009 10e - - 8e de finale
2009-2010 11e - - 1/4 de finale
2010-2011 - 1er (Gr. B) - 32e de finale
2011-2012 11e - - 32e de finale
2012-2013 - 1er (Gr. B) - 8e de finale
2013-2014 6e - - Demi-finaliste
2014-2015 6e - - 16e de finale
2015-2016 7e - - 32e de finale
2016-2017 7e - - 1/4 de finale
2017-2018 5e - - Demi-finaliste
2018-2019 6e - - 8e de finale
2019-2020 10e - - 8e de finale
2020-2021 10e - - Compétition arrêtée

Effectif actuelModifier

Effectif de l'ASJ Soyaux de la saison 2021-2022[25]
Joueuses Encadrement technique
No  P. Nat.[26] Nom Date de naissance Sélection[27] Club précédent
16 G   Philippe, LaëtitiaLaëtitia Philippe 30/04/1991 (30 ans) France GPSO 92 Issy
30 G   Munich, RomaneRomane Munich 08/10/1994 (27 ans) France AS Nancy-Lorraine
40 G   Dubois, RaphaëlleRaphaëlle Dubois 05/06/2003 (18 ans) Formée au club
2 D   Dumont, AnaïsAnaïs Dumont 06/10/1989 (32 ans) Formée au club
4 D   Collin, CamilleCamille Collin 20/05/2000 (21 ans) France -20 ans Formée au club
5 D   Martinez, LisaLisa Martinez 13/06/2000 (21 ans) France -20 ans FC Metz
8 D   Johnson, SamanthaSamantha Johnson 10/06/1991 (30 ans) États-Unis U17 Melbourne City
11 D   Pinot, LaurineLaurine Pinot 15/01/2002 (19 ans) France -19 ans GPSO 92 Issy
18 D   Saint-Georges, ÉmelineÉmeline Saint-Georges 05/04/2000 (21 ans) France -20 ans LOSC Lille
20 D   Tchengang, MireilleMireille Tchengang 20/12/2002 (18 ans) Cameroun Paris Saint-Germain
25 D   Avant, RachelRachel Avant 22/09/1993 (28 ans) 1. FC Saarbrücken
7 M   Clérac, AnnaAnna Clérac   02/06/1997 (24 ans) France B Formée au club
9 M   Avital, EdenEden Avital 25/03/1997 (24 ans) Israël MS Kiryat Gat
10 M   Lahmari, AnissaAnissa Lahmari 17/02/1997 (24 ans) France -23 ans EA Guingamp
12 M   Grégoire, VanessaVanessa Grégoire 04/06/1996 (25 ans) AS Blainville
13 M   Zahot, SarahSarah Zahot 25/09/2001 (20 ans) France -19 ans Olympique de Marseille
14 M   Couturier, CathyCathy Couturier 08/01/1997 (24 ans) France -20 ans Paris Saint-Germain
22 M   Tandia, SigaSiga Tandia   10/11/1987 (33 ans) France Tours FC
29 M   Gadea, KellyKelly Gadea 16/12/1991 (29 ans) France Sevilla FC
15 A   Battouri, ShanaShana Battouri 02/07/2002 (19 ans) Stade brestois 29
17 A   Bourgouin, LauraLaura Bourgouin 17/09/1992 (29 ans) France B Le Mans FC
19 A   Cosme, CarlaCarla Cosme 15/07/2003 (18 ans) Formée au club
25 A   Léger, Marie-CharlotteMarie-Charlotte Léger 13/03/1996 (25 ans) France Montpellier HSC
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
  •   Samuel Fau
  •   Erwan Huet
Préparateur(s) physique(s)
Entraîneur(s) des gardiennes
  •   Guillaume Riviere
Médecin(s)
  •   Cédric Poirier

Légende

Mise à jour de l'effectif le 6 août 2021  

OrganisationModifier

StadesModifier

L'ASJ Soyaux évolue à domicile au stade Léo-Lagrange de Soyaux, et joue également parfois au stade Camille-Lebon d'Angoulême. Le stade Léo-Lagrange subissant en 2019-2020 des travaux de réhabilitations[28], qui vont permettre un agrandissement de la tribune ainsi qu'une réfection des salles et des vestiaires, le club évolue toute cette saison-là au stade Camille-Lebon[29],[30]. Le club retrouve Léo-Lagrange en novembre 2020 après un an et demi de travaux[31].

Personnalités du clubModifier

Joueuses emblématiquesModifier

   Joueuse de l'ASJ Soyaux-Charente 

Les plus capéesModifier

Il semblerait que Corinne Diacre soit la joueuse la plus capées de l'ASJ Soyaux avec environ 350 matchs de D1 disputés[32], en 19 saisons avec le club sojaldicien entre 1988 et 2007, mais faute de sources plus fiables et plus précises, il est impossible de l'inclure dans ce classement, ainsi que pour de nombreuses joueuses historiques du club. Le classement suivant ne prend en compte que les statistiques précises de matchs, présentes sauf exception seulement depuis la saison 2003-2004[33].

Mise à jour : 17 juin 2021

Joueuses ayant disputées le plus de match avec l'ASJ Soyaux
Rang Joueuses Période D1 D2 CdF Total
1re   Anaïs Dumont depuis 2005 251 44 26+ 321
2e   Marina Pascaud 1996-2015 205+ 42 18+ 265
3e   Siga Tandia depuis 2008 194 43 25+ 262
4e   Jennifer Maier 2000-2015 158+ 39 13+ 210
5e   Viviane Boudaud depuis 2013 152 0 15+ 167
  Laura Bourgouin depuis 2013 150 0 17+ 167
7e   Priscilla Bencini 1994-2011 121+ 21 6+ 148
8e   Corine Petit 2001-2008 125+ 0 7+ 133

Meilleures buteusesModifier

Les buts sont comptabilités individuellement depuis la saison 2001-2002 sur Footofeminin.fr.

Mise à jour : 17 juin 2021

Meilleures buteuses de l'ASJ Soyaux
Rang Joueuses Période D1 D2 CdF Total
1re   Candie Herbert 1999-2007
2010-2012
53+ 6 3+ 62
2e   Corine Petit 2001-2008 51 0 6+ 57
3e   Laura Bourgouin depuis 2013 46 0 7+ 53
4e   Anaïs Dumont depuis 2005 15 15 1+ 31
5e   Siga Tandia depuis 2008 12 10 6+ 28
6e   Lauren Elwis 2010-2013 0 19 3+ 22
7e   Gwendoline Djebbar 2013-2018 18 0 2+ 20
8e   Marina Pascaud 1996-2015 12+ 4 2+ 18

PrésidentsModifier

  •   Marc Delaballe
  •   Christian Déliat
  •   Pacal Audier
  •   Marilyn Fort
  •   Denis Bodi
  •   Marilyn Fort
  •   Martine Ferré
  •   Arnaud Pimbert
  •   Joël Cordeau (SASP) - Marilyn Fort (Association)
  •   Benoît Letapissier (SASP) - Marilyn Fort (Association)

EntraîneursModifier

Notes et référencesModifier

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. « "Une saison parmi les grandes" revient sur la saison 2013/2014 de l’ASJ Soyaux-Charente parmi l’élite du foot féminin Français », sur Sud-Ouest, . Article concernant un livre sur l'histoire du club.
  3. Tableau récapitulatif de la saison 1979-1980 sur rsssf.com
  4. Historique du club selon le site officiel asjsoyauxcharente.com
  5. Tableau récapitulatif de la saison 1983-1984 sur rsssf.com
  6. "Corinne Diacre quitte l'ASJ Soyaux pour de nouveaux horizons", France 3 régions
  7. « Soyaux, une certaine idée du football féminin », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « Foot féminin : la 7e place du classement pour Soyaux », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine, (consulté le )
  9. « Soyaux, le club de Corinne Diacre face aux bouleversements du football féminin », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  10. « D1 : Fusion programmée entre l'ASJ Soyaux et l'Angoulême Charente FC », sur Cœurs de foot, (consulté le )
  11. « L’ACFC et l’ASJ Soyaux vont devenir Angoulême Soyaux Charente », sur CharenteLibre.fr, (consulté le )
  12. « ACFC-ASJ Soyaux : la fusion reportée à l’an prochain », sur SudOuest.fr, (consulté le )
  13. « L’ASJ Soyaux entérine l’abandon définitif du projet de fusion avec l’ACFC », sur CharenteLibre.fr, (consulté le )
  14. « ASJ Soyaux: Martine Ferré se met en retrait », sur CharenteLibre.fr, (consulté le )
  15. « Sanctionné par la DNCG, l’ASJ Soyaux va faire appel », sur CharenteLibre.fr (consulté le )
  16. Daniel Marques, « #D1Arkema - Sébastien JOSEPH (Soyaux) : « On veut aller chercher cette barre de 28 points » », sur Footofeminin.fr, (consulté le )
  17. « Football : l’ASJ Soyaux change de régime juridique et attend un nouveau président », sur SudOuest.fr, (consulté le )
  18. a et b Nicolas Guiraud, « L'ASJ Soyaux lutte et mute », sur CharenteLibre.fr, (consulté le )
  19. « Les nouvelles ambitions de Soyaux », sur CharenteLibre.fr, (consulté le )
  20. « Soyaux : Laurent Mortel nouvel entraîneur de l’ASJ », sur SudOuest.fr, (consulté le )
  21. « Benoît Letapissier (ASJ Soyaux): « Avoir deux têtes, ça ne marche pas » », sur CharenteLibre.fr, (consulté le )
  22. « Communiqué Club | ASJ Soyaux - Charente », sur asjsoyauxcharente.com, (consulté le )
  23. « ASJ Soyaux: Laurent Mortel s’en va », sur CharenteLibre.fr (consulté le )
  24. « Dragan Cvetkovic nouvel entraîneur de Soyaux », sur CharenteLibre.fr, (consulté le )
  25. « EFFECTIF | ASJ Soyaux - Charente », sur asjsoyauxcharente.com (consulté le )
  26. Seule la nationalité sportive est indiquée. Une joueuse peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  27. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  28. « Soyaux: le stade Léo-Lagrange se dévoile [PHOTOS] », sur CharenteLibre.fr, (consulté le )
  29. « L'ASJ Soyaux-Charente, bastion du football féminin », sur SPORTMAG.fr, (consulté le )
  30. [PDF] « Les travaux du stade Léo Lagrange ont commencé », sur Charente Libre, (consulté le )
  31. « Retour à la maison », sur asjsoyauxcharente.com, (consulté le )
  32. Sebastien Duret, « #D1Arkema - 400e match en D1 pour Gaëtane THINEY ce samedi », sur Footofeminin.fr : le football au féminin (consulté le )
  33. « Soyaux - Championnat de France de D1 2003-2004 », sur statsfootofeminin.fr (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier