Ouvrir le menu principal

Ascenseurs à bateaux du Canal du Centre

ascenseurs à bateaux belges

Les quatre ascenseurs du canal du Centre et leur site, La Louvière et Le Rœulx (Hainaut) *
Houdeng-Gœgnies, l’ascenseur no 1.
Houdeng-Gœgnies, l’ascenseur no 1.
Coordonnées 50° 28′ 17″ nord, 4° 05′ 40″ est
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Subdivision Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Type Culturel
Critères (iii) (iv)
Superficie 67 ha
Zone tampon 539 ha
Numéro
d’identification
856
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1998 (22e session)
Autre protection Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1992, 2001, no 55022-CLT-0013-01)
Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine exceptionnel (2013, no 55022-PEX-0002-02)
Emplacements des ascenseurs numéros 1-4. A est le nouvel ascenseur de Strépy-Thieu.
Emplacements des ascenseurs numéros 1-4.
A est le nouvel ascenseur de Strépy-Thieu.
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Les ascenseurs à bateaux du canal du Centre sont quatre ascenseurs à bateaux hydrauliques construits en Belgique entre 1888 et 1917. Ils permettent de compenser ensemble une dénivellation de 66 mètres. De ces quatre ascenseurs, le premier permet de rattraper une dénivellation de 15,40 mètres, les trois autres de 16,93 mètres chacun. Le site des quatre ascenseurs du canal du Centre, dans les communes de La Louvière et du Rœulx (Hainaut), a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco en 1998.

Sommaire

HistoriqueModifier

Avant 1880, la gestion des charbonnages dans la région du Centre demandait une liaison par voie navigable avec Mons d'une part et le canal Bruxelles-Charleroi d'autre part. La solution des écluses était impossible par manque d'eau et étant donné les déclivités importantes (68 m pour 7 km). La solution répondant le mieux aux contraintes était la technique des ascenseurs à bateaux, qui utilise la seule force hydraulique[1]. Jean Kraft de Saulx, ingénieur en chef de la société John Cockerill proposa la formule des ascenseurs hydraulique mise au point à Anderton (Cheshire) à 40 km de Liverpool (1874) et adoptée par Edwin Clarck à Fontinettes près de Saint-Omer en 1881[2].

Ainsi furent construits les ascenseurs, qui se trouvent sur un canal de liaison entre le bassin de la Meuse et l'Escaut, dénommé « canal du Centre », dans la province de Hainaut en Région wallonne.

Ces ascenseurs sont doubles, les poids des deux bacs se compensant et permettant une manipulation par la seule force hydraulique. Ce type de dispositif était cependant déjà en vigueur sur des ouvrages plus anciens et plus modestes (par exemple le funiculaire de Bom Jesus).

Les ascenseurs à bateaux du canal du Centre, qui n'ont subi aucune modification depuis leur mise en service, ont été classés au patrimoine mondial par l'UNESCO en 1998[1]. Des huit ascenseurs à bateaux de ce type construits à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, les quatre du canal du Centre sont les seuls fonctionnant encore avec leur machinerie et leur mécanisme d'origine.

Depuis 2002, l'usage de ces ascenseurs est limité à la navigation de plaisance. Pour le trafic de marchandises, l'ascenseur de Strépy-Thieu est désormais opérationnel.

Détail des ouvragesModifier

Ouvrages associésModifier

  • Portes de garde Houdeng-Gœgnies
  • Cantine des Italiens Houdeng-Gœgnies
  • Régulateur de bief et siphon Houdeng-Gœgnies
  • Pont Capitte Houdeng-Gœgnies
  • Pont rouge Houdeng-Gœgnies
  • Pont de 100 mètres Houdeng-Gœgnies
  • Pont du Croquet Houdeng-Gœgnies
  • Pont tournant de Houdeng-Aimeries
  • Pont fixe de la chaussée de Boic-du-Luc Houdeng-Aimeries
  • Salle des machines Strépy-Braquegnies (commune aux ascenseurs 2 et 3)
  • Pont tournant de Strépy-Bracquegnies
  • Pont levant de Strépy-Bracquegnies
  • Ancien pont levant de Strépy
  • Pont levant de Thieu
  • Nouvelle écluse et station de pompage Thieu
  • Écluses désaffectées de Thieu (no 1 et no 2)
  • Pont levant de Ville-sur-Haine

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Les quatre ascenseurs du canal du Centre et leur site, La Louvière et Le Rœulx (Hainaut) », sur www.unesco.org, (consulté le 23 juillet 2016)
  2. Robert Halleux. Cockerill. Deux siècles de technologie. Éditions du Perron. 2002.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • « Le canal du Centre en Belgique et l'ascenseur pour bateaux », dans Le Génie civil, 5 janvier 1889, tome XIV, no 10, p. 145-147, planche X
  • Jean-Pierre Gailliez et Carl Norac, Le canal du Centre : quand les bateaux prennent l'ascenseur, Casterman, 1994
  • Henri Brouet, « Le canal du centre et ses quatre ascenseurs », dans Le patrimoine exceptionnel de Wallonie, DGATLP, (ISBN 2-87401-172-X), p. 151-156.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier