Ouvrir le menu principal

Ary Renan

peintre français
Ary Renan
Le plongeur by Ary Renan.jpg
Le Plongeur, 1882. Columbus Museum of Art, OHIO USA
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 41 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Mère
Cornélie Renan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Noémi Renan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Ary Renan, né à Paris le , mort le , est un peintre symboliste français.

BiographieModifier

Ary Renan est le fils de l'historien Ernest Renan, le petit-fils du peintre Henry Scheffer et le petit-neveu du peintre romantique Ary Scheffer. Élève de Jules-Élie Delaunay et de Pierre Puvis de Chavannes à l'école des beaux-arts de Paris, il fait partie des intimes de Gustave Moreau.

Affecté d'un handicap physique, Ary Renan reporte son énergie vers la contemplation et la création. Il voyage en Orient et en Algérie, mais aussi en Bretagne[1]. Il expose à partir de 1880 et, lié au monde artistique, il fréquente la plupart des créateurs marquants de l'époque symboliste dont il est apprécié par sa modestie et son intelligence. Il publie différents ouvrages, récits de ses voyages, poésies, dans une thématique symboliste : chimères, chevaliers et idéal y côtoient une Antiquité de rêve. Nommé, comme artiste-peintre, chevalier de la Légion d'honneur en 1895, il meurt sans enfant en 1900.

« Je sens sourdre en mon cœur parfois, la nostalgie
De continents trop beaux que j'ai vus en rêvant,
Et crois, dans ma folie, être le survivant
Des âges d'or contés par la mythologie. »

— Le Lointain voyage

Le Musée de la vie romantique, sis dans l'Hôtel Scheffer-Renan à Paris conserve un fonds de dessins de cet artiste dont Jean Lorrain sut dire au moment de sa mort : « c'était une âme au pays des mufles. »[2]. On trouve aussi quelques-unes de ses œuvres dans la maison natale de son père à Tréguier (Côtes-d'Armor), dessins ou autres, par exemple une huile hautement symboliste, aussi bien par son sujet que par son traitement, Sapho.

Il marcha sur les traces de son père en tant que chef de file du mouvement laïque en Bretagne. Avec Armand Dayot il fut un des cofondateurs de l'organisation Bretons de Paris qui devint l’Association des bleus de Bretagne ; celle-ci se développa dans cette région pour le plus grand mécontentement des conservateurs et des cléricaux de l'Union régionaliste bretonne fondée quelques mois plus tôt. Mais Ary Renan mourut peu de temps après sa fondation[3].

 
Sapho, tableau d'Ary Renan (1858-1900), peintre symboliste, fils d'Ernest Renan et Cornélie Sheffer. Maison natale d'Ernest Renan, Tréguier, Côtes-d'Armor, France.

Notes et référencesModifier

  1. Son père est originaire de Tréguier.
  2. Jean-David Jumeau-Lafond, Les Peintres de l'Âme - le Symbolisme idéaliste en France, Petraco-Pandora, 2000.
  3. Loïc Thomas, « Armand Dayot et la Ligue des bleus de Bretagne », Colloque - les Bleus de Bretagne de la Révolution à nos jours, Archives départementales de Saint-Brieuc, 1990, pp. 351-62