Ouvrir le menu principal

Arthur Meyer

directeur du Gaulois
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meyer.
Arthur Meyer
Arthur Meyer 01.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Catholicisme (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Père-Lachaise - Division 93 - Meyer 02.jpg
Vue de la sépulture.

Arthur Meyer, né au Havre le et mort à Paris le , est un patron de presse et un écrivain français.

Sommaire

BiographieModifier

Arthur Meyer fut le directeur du Gaulois, prestigieux quotidien conservateur et mondain, qui fut, en 1929, absorbé par Le Figaro, alors dirigé par François Coty.

Personnage hors normes, incontournable, au carrefour de la vie mondaine, de la presse et de la politique sous la IIIe République, ce petit-fils de rabbin, fils d'un colporter alsacien[1], devint royaliste, antidreyfusard et catholique.

Étudiant en droit après son baccalauréat, il devient clerc d'avoué puis secrétaire de Blanche d'Antigny, au domicile de laquelle il rencontre la grande bourgeoisie parisienne[1]. Moïse Polydore Millaud lui demande, avec son fils Albert, de développer la distribution du Petit Journal. Ils lancent La Nouvelle Revue de Paris en 1864, qui ne vit qu'un an[1].

En 1868, son ami Edmond Tarbé des Sablons, fondateur du Gaulois, lui confie la chronique mondaine. Mais dès octobre, Meyer signe au Soir, titre concurrent. Après la Guerre franco-allemande de 1870, Meyer, conservateur et monarchiste, prend la direction de Paris-Journal.

En 1881, Meyer a l’idée de présenter les personnalités qui « font la une » de l'actualité, caricaturées par Alfred Grévin sous forme de mannequins de cire, ce qui permet aux visiteurs, à une époque où la photographie n'est pas encore en usage dans la presse, de mettre un visage sur les noms de l'actualité. C'est le début du Musée Grévin, qui ouvre ses portes le avec les mannequins du président Jules Grévy de Léon Gambetta, de Sarah Bernhardt, et rencontre aussitôt le succès[1]. Quelques jours plus tard, Meyer, qui a embauché deux ans plus tôt Octave Mirbeau comme secrétaire, fait fusionner Paris-Journal avec Le Gaulois, racheté en 1879 à son fondateur et Henry de Pène, et devient directeur-gérant de ce dernier[1] et en fait le grand quotidien mondain de la noblesse et de la grande bourgeoisie. En 1883, Le Gaulois du dimanche est lancé sur papier glacé, avec une large place à la photographie, des plumes telles Anna de Noailles, Gyp puis Colette, des publicités signées par Sem et Paul Iribe.

En 1886, il se battit en duel avec Édouard Drumont, qui l'avait insulté pour ses origines dans La France juive, mais soutient la culpabilité du capitaine Dreyfus[2].

En 1888, il soutient le général Boulanger et complote avec la duchesse d'Uzès pour le retour de la monarchie en France. A cette époque, il touche 72 000 francs et son journal 189 000 francs de la compagnie du canal de Panama[1].

En 1890, il joua un rôle, avec Honoré Charles d'Albert, duc de Luynes (1868-1924), dans la tentative avortée d'accomplir son service militaire en France, du jeune « duc » Philippe d'Orléans, alors exilé, à l'insu de son père, aventure qui vaudra au futur prétendant orléaniste au trône de France le sobriquet de « Prince Gamelle »…

Titre élitiste, Le Gaulois a un tirage relativement faible, entre 20 et 30 000 exemplaires, mais une influence réelle. De juin 1897 à août 1914, Le Gaulois du dimanche est le supplément littéraire hebdomadaire du quotidien et propose de nombreux feuilletons (c'est dans Le Gaulois du dimanche que paraît ainsi Locus Solus de Raymond Roussel). C'est le premier quotidien à avoir une chronique sur le cinéma, en mars 1916.

 
Arthur Meyer dans son cabinet de travail en 1914.

En 1901, il se convertit au catholicisme, sans cesser d'être la cible de l'Action française. Il se marie en 1906 à Marguerite de Turenne, ce qui fait scandale à cause de la grande différence d'âge entre les deux époux[1].

Meyer fit ses débuts comme auteur dramatique avec Ce qu'il faut taire, une pièce qui est représentée au théâtre des Bouffes-Parisiens en 1914.

En février 1917, il assiste aux obsèques de son vieil ennemi, Edouard Drumont, se déroulant à Saint-Ferdinand des Ternes.

Cherchant à singulariser ses livres pour les différencier de ceux des autres bibliophiles, il commanda aux artistes de son temps des dessins et peintures à la dimension de ses ouvrages ; c'est ainsi qu'en décembre 1908, il demanda à Claude Monet, par l'intermédiaire du marchand d'art Durand-Ruel, deux petites peintures destinées à orner les plats de la reliure de son exemplaire de l'édition originale de La Terre de Zola : l'une, intitulée Meule, soleil couchant (huile sur vélin exécutée à Giverny en 1909), passa à sa vente après décès à Drouot en 1924, fut conservée un temps au musée d'Art moderne de Lucerne, repassa en vente à Paris en 1959… puis à nouveau en mars 1995.

Arthur Meyer décède le 2 février 1924 à Paris et est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (93e division).

PublicationsModifier

  • Soyons pratiques, recueil d'articles, 1888 — sur Gallica.
  • Ce que mes yeux ont vu, préfacé par Émile Faguet, Paris, Plon & Nourrit, 1911.
  • Ce que je peux dire : La dame aux violettes, Salons d'hier et d'aujourd'hui, La comtesse de Loynes, Vers la mort, Paris, Plon & Nourrit, 1912 — sur Gallica.
  • Mes livres, mes dessins, mes autographes[3], Paris, 1921 — sur Gallica.

Théâtre :

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f et g Sophie Desormes, « Arthur Meyer, juif et gaulois », LHistoire, avril 2003.
  2. François Guillet, La Mort en face. Histoire du duel en France de la Révolution à nos jours, Aubier, (lire en ligne), p. 431.
  3. L'un des 150 exemplaires de cette unique édition (celui de Meyer ?) fut enrichi de 78 lettres autographes, dont 2 dactylographiées, de remerciements de l'envoi de ce catalogue signées des membres du Gotha comme le collectionneur Camondo, les peintres Monet, Le Sidaner, Leloir, Flameng, Forain, Rochegrosse, les bibliographes Rahir, Seymour de Ricci, Vandérem, L. Carteret, les bibliophiles H. de Rothschild, Barthou, Béraldi (cf. catalogue 2004 de la librairie Florence Hatier à Troyes, p. 67).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Notices d'autorité  : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque nationale d’Israël • Bibliothèque apostolique vaticane • Base de bibliothèque norvégienne • Bibliothèque nationale d’Irlande • Bibliothèque nationale tchèque • WorldCat

BibliographieModifier

  • « M. Arthur Meyer va faire ses débuts d'auteur dramatique avec Ce qu'il faut taire, in Le Miroir, 3 mai 1914  .
  • « Un Monet pour Arthur Meyer, l'histoire singulière d'un tableau singulier » par Françoise de Perthuis, in La Gazette de l'Hôtel Drouot du 31 mars 1995, p. 14.
  • Pierre Assouline, Le dernier des Camondo, Gallimard, 1997.
  • Odette Carasso, Arthur Meyer, directeur du « Gaulois ». Un patron de presse juif, royaliste et antidreyfusard, Paris, Imago, 2002, (ISBN 2-911416-75-9)  .